SOCIÉTÉ

Il se photoshoppe en noir pour bénéficier de la discrimination positive

Au Brésil, un homme blanc à la peau pâle et aux yeux bleus s’est photoshoppé en homme noir sur son CV. Son objectif était de réussir à un concours administratif. Il espérait bénéficier des politiques de discrimination positive en faveur des non-Blancs dans le monde du travail et de l’éducation.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

En France, il n’est pas rare, dans le milieu d’extrême droite, d’entendre que l’Etat français favoriserait plus les non-Blancs que les Blancs démunis.

Lire aussi: Selon Charles Consigny, « c’est plus simple de réussir quand on est noir et pédé »

Cette importance grandissante du critère social au détriment du critère ethno-religieux trouve peut-être un écho dans une étude de 2010.  Selon celle-ci, il serait  plus difficile de se faire recruter avec un prénom anglo-saxon qu’avec un prénom musulman. On assimilerait inconsciemment les Brandon, Kelly et Dylan « aux jeux vidéos, aux séries bas de gamme, aux CSP- et à des personnes peu cultivées ».

Lire aussi : Laforêt : la discrimination au logement anti-Noirs n’était pas un acte isolé

Toutefois, les discriminations contre des Français ‘non-Blancs’ et/ou musulmans persistent à grande échelle.

La discrimination positive au Brésil

Au Brésil, la discrimination est institutionnelle. Les séquelles de leur histoire ont plongé la plupart des Afro-Brésiliens dans une importante précarité. Cette dernière les tient à l’écart de l’éducation supérieure et d’un grand nombre de professions.

Lire aussi :A 74 ans, une Afro-Brésilienne est émue d’être traitée par un médecin noir pour la première fois

A cet effet, l’Etat brésilien a mis en place des politiques de quotas en faveur des Afro-descendants. Comme on l’a dit, des Français blancs se sentent discriminés dans leur propre pays. La discrimination en faveur des Afro-descendants est une réalité légale au Brésil.

L’hostilité des populations blanches aux lois de discrimination positive ont probablement contribué à l’élection du Président Bolsonaro en 2018.  Les lois sur les quotas au Brésil sont toutefois valables pour dix ans. Elles ne pourront donc pas être abandonnées avant 2022 et 2024.

Les réactions des Brésiliens blancs à la discrimination positive

En attendant, des Blancs brésiliens continuent à avoir  recours à des stratégies plus bizarres les unes que les autres pour ne pas être ‘pénalisés’ par la discrimination positive.

Dans un autre article, nous  avions pointé du doigt le phénomène des étudiants blancs se présentant comme des Noirs pour être acceptés dans des cursus universitaires.

Lire aussi : Au Brésil, des Blancs se font passer pour des Noirs pour accéder à l’université

Lucas Soares Fontes a poussé la ruse à un autre niveau encore. Les dossiers d’accès aux concours administratifs nécessitent une photo.  Fontes a la peau très pâle et les yeux bleus. Ces caractéristiques ne le font que difficilement passer pour un Noir,’Brun’ ou un ‘Amérindien’.  Qu’à cela ne tienne, il a photoshoppé sa couleur de peau, lui donnant l’impression d’avoir la peau d’un Noir. Il a également porté des lentilles de contact lui donnant l’impression d’avoir les yeux marrons sur la photo.

discrimination positive

Lucas Soares Fontes

Une dénonciation de la fraude à la télévision

La télévision nationale brésilienne a évoqué sa fraude à la télévision nationale. L’Institut National de Sécurité Sociale, son employeur, a renvoyé l’intéressé de son poste de technicien en 2019.

Dans une interview avec la télévision nationale TV Globo, Fontes a nié les accusations portées à son endroit. Il a ainsi affirmé que son teint sur la photo était du à un bronzage en vacances. Fontes a aussi expliqué se considérer comme un ‘Brun’ plutôt que ‘Blanc’. Il a déclaré avoir plusieurs ‘Bruns’ et ‘Noirs’ dans sa famille.

Les conditions de l’interview rendent toutefois les explications de Fontes peu crédibles. Dans la lumière sombre de son garage, il y portait en effet des lunettes de soleil cachant la couleur de ses yeux.

discrimination positive

Lucas Fontes Soares lors de son interview à TV GLOBO

Son ancien employeur et la police, qui ont conduit l’enquête, ont toutefois confirmé qu’il s’agissait bel et bien d’une fraude.

Vous aimerez aussi:

Carlos Alberto de Oliveira dit ‘Caó’, militant de la cause noire brésilienne

 

 

Articles : 940