Frais de livraison gratuit

La « purification sexuelle » et les hommes hyènes du Malawi

Société

La « purification sexuelle » et les hommes hyènes du Malawi

Par Rédaction Nofi

La « purification sexuelle » est une pratique néfaste courante dans plusieurs pays africains, où une femme est censée avoir des rapports sexuels après ses premières règles, après son veuvage ou après un avortement, en guise de rituel de purification. Au Malawi, les filles sont obligées d’avoir des rapports sexuels avec un travailleur du sexe rémunéré, appelé « hyène », une fois qu’elles ont atteint la puberté.

Connue sous le nom de « kusasa fumbi » (« balayer la poussière »), à interpréter comme le fait de se débarrasser de son inexpérience en matière de sexe en le faisant réellement, la purification sexuelle est considérée comme un rite de passage et une forme d’initiation des jeunes filles à la féminité. Elle est pratiquée dans certaines parties de la Zambie, du Malawi, de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Mozambique, de l’Angola, de la Côte d’Ivoire et du Congo.

Dans la plupart des villages du Malawi, une femme âgée, appelée « nankungwi« , est experte en matière de santé sexuelle et reproductive. Elle est souvent aussi une accoucheuse traditionnelle et agit comme la conseillère principale des jeunes initiés. Elle donne des instructions et des conseils aux initiés pour les préparer à leurs nouvelles expériences et à leurs nouveaux rôles, comme les menstruations et le mariage.

purification sexuelle hyènes

Cependant, de nombreuses filles sont poussées au-delà de ce niveau d’instruction de base vers la purification sexuelle lorsqu’on leur donne l’impression que sans cela, elles souffriront d’un grand malheur ou deviendront malades. La plupart se soumettent et participent parce que c’est une partie importante de leur culture et que leurs parents et leur communauté l’attendent d’elles. En fait, ceux qui participent aux rites se sentent élevés par rapport à ceux qui ne le font pas et sont encouragés à éviter de fréquenter les non-initiés.

« Tout le monde veille à ce que son enfant se rende à la cérémonie d’initiation, car sinon, il ne sera pas accepté dans la communauté« , a déclaré à CNN Jean Mweba, spécialiste des programmes d’éducation pour la santé reproductive et la santé des adolescents au Fonds des Nations unies pour la population. « C’est une question d’être accepté dans la communauté« .

Une fois que les jeunes filles sont en mesure de comprendre le concept de sexe, elles sont envoyées dans des « cérémonies d’initiation » ou des camps sexuels pour accomplir le rituel.

Dès l’âge de six ans, on apprend aux filles qu’elles doivent avoir des rapports sexuels pour se débarrasser de la « poussière d’enfant ».

Selon un article publié par la BBC, « dans certaines régions reculées du sud du Malawi, la tradition veut que les filles soient obligées d’avoir des rapports sexuels avec un travailleur du sexe rémunéré, appelé « hyène », une fois qu’elles atteignent la puberté. Cet acte n’est pas considéré par les anciens du village comme un viol, mais comme une forme de purification rituelle.« 

Dans les camps, des hommes (souvent des travailleurs du sexe) sont engagés pour terminer le rite en ayant des relations sexuelles avec ces jeunes filles. Ce qui est encore plus horrible, c’est qu’il est interdit à la « hyène » de porter un préservatif ou toute autre forme de protection, car cela va à l’encontre des règles du rituel, qui durerait trois jours.

Joyce Mkandawire, conseillère en communication pour le Girls Empowerment Network, a déclaré dans une interview accordée au Daily Mail que de nombreuses filles n’ont pas le choix et que parfois les hommes adultes connus sous le nom de hyènes sont engagés par les propres parents de la fille.

« Une hyène se déplace la nuit. De même, cet homme hyène vient la nuit dans la chambre de la fille« , a déclaré Mkandawire. « La fille ne sait même pas qui est la ‘hyène’ qui vient avoir des relations sexuelles avec elle« .

Alinane Kamlongera, l’auteur de What becomes of ‘her’ ? A look at the Malawian Fisi culture and its effects on young girls, dit :

« La pratique du Fisi (purification sexuelle) ne sert pas seulement l’appétit masculin (dans le cas d’un Fisi lui-même) mais aussi celui du potentiel/futur marié. Tout le processus d’initiation est basé sur l’apprentissage d’une fille à plaire à son prétendant potentiel. »

De lourdes conséquences

Les conséquences de cette pratique sont nombreuses et effroyables. Les filles voient leur enfance et leur éducation écourtées car beaucoup sont mariées après avoir subi le rituel. (Le Malawi occupe la 10e place pour le taux de mariages d’enfants le plus élevé au monde.) Elles souffrent également d’une initiation traumatisante aux relations sexuelles et sont exposées à des risques de grossesse et d’IST.

En outre, selon l’UNICEF, la principale cause de décès des filles âgées de 15 à 19 ans dans les pays en développement est l’accouchement et les complications liées à la grossesse. Le Malawi a l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés du monde, dont 35 % sont des adolescentes. Plus les filles sont jeunes, plus elles risquent d’être confrontées à des problèmes liés à la grossesse, tels que des fistules (une affection qui entraîne des fuites d’urine et de matières fécales), des hémorragies et d’autres complications.

L’accouchement est la principale cause de décès des filles âgées de 15 à 19 ans dans les pays en développement.

Selon CNN, tout n’est pas perdu. Le ministère de la santé du Malawi a publié un manuel de pratiques culturelles pour éliminer les « pratiques culturelles néfastes ». Il a également collaboré avec les dirigeants locaux et mis en place des programmes de sensibilisation pour aider à maintenir les enfants à l’école et élargir leur accès aux services de santé.

NOTES ET RÉFÉRENCES

Article traduit et initialement publié par le site This is AfricaLire l’article original

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !