Malkia - Le réveil du Ka

Un site permet de rechercher qui étaient propriétaires d’esclaves

Société

Un site permet de rechercher qui étaient propriétaires d’esclaves

Par Makandal Speaks

Une équipe d’universitaires a mis au point une base de données qui permet à tout un chacun de faire des recherches sur les anciens propriétaires d’esclaves et de connaître le montant des indemnités qu’ils ont touché au moment de l’abolition.

Un site permet de rechercher qui étaient propriétaires d’esclaves

Des chercheurs ont construit une base de données et un moteur de recherche qui permettront au public d’avoir des éléments précis sur les indemnités touchées par les propriétaires d’esclaves français. Le site ESCLAVAGE & INDEMNITÉS présente les données sur les indemnités payées par Haïti en 1825 aux propriétaires français, et celles versées, en 1849, par la France, aux propriétaires d’esclaves de l’empire français.

Réparations, compensations et indemnités au titre de l’esclavage

La création de cette base de donnée s’inscrit dans le cadre du projet REPAIRS. Ce projet a pour objectif de faire une étude de l’indemnité, des réparations et des compensations au titre de l’esclavage, à la fois globale et située (selon les colonies et les sociétés post-coloniales) entre le XIXe et le XXIe siècle, sous l’angle de la philosophie politique, de l’histoire, de la sociologie et des sciences politiques. Cette approche pluridisciplinaire se divise en 3 axes, décrit ci-dessous. Il veut ainsi abonder le débat sociétal avec des éléments scientifiques informés. Il analyse à la fois les institutions et les acteurs historiques et contemporains autour des notions de droit, de justice, de mémoire, d’égalité qui définissent une nouvelle forme de citoyenneté.  Les 3 axes sont les suivants :

Axe 1 Esclavage, justice, réparations : définitions et enjeux sociaux et théoriques

Magali Bessone, professeure de philosophie politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

L’axe 1, coordonné par Magali Bessone (Université de Paris 1), fixe le cadre théorique de la réflexion, en travaillant sur la généalogie, les sens et les usages des termes mobilisés dans les discours (théoriques, juridiques, politiques) sur les réparations tant dans l’histoire que dans le monde contemporain (France, Europe, Amériques, Afrique).

Deux objectifs majeurs ont guidé la réflexion menée dans cet axe :

  • élucider les concepts et conceptions mobilisés dans les discours normatifs sur les réparations et les revendications de réparations ;
  • offrir un cadre conceptuel et normatif commun.

Ont été produits notamment

  1. une revue bibliographique des théories de la justice réparatrice ;
  2. l’étude de la manière dont les catégories et procédures mobilisées en droit (civil ou pénal), national ou international, pour répondre aux demandes de réparations, traduisent et influencent à la fois nos perceptions du caractère « juste » ou non des réparations ;
  3. une étude de la généalogie des inégalités actuelles et des revendications de leurs compensations.

Axe 2 La question de la réparation et des indemnités au cours du XIXe siècle : du global au local

Myriam Cottias – professeur à l’université des Antilles (Guyane), chercheuse au CNRS, Centre international de recherche sur les esclavages.

Cet axe, coordonné par Myriam Cottias (CNRS) , aborde les termes par l’histoire, sous l’angle comparatiste, et plus spécifiquement dans l’espace colonial français par l’étude du versement des indemnités aux anciens maîtres d’esclaves.

La question de l’indemnité a été examinée en étudiant :

  • d’une part, l’histoire de l’indemnité versée au titre de l’esclavage dans un contexte européen, et américain (les contextes nationaux, le rôle des Eglises, la question du travail et le droit des personnes),
  • d’autre part la question de l’indemnité dans l’espace colonial français du XIXe siècle (l’indemnité en Haïti entre 1825 et 1880, l’indemnité dans les colonies françaises en 1848-1849, la parole des « nouveaux affranchis » de 1848, les revendications et les sentiments, la question de la terre).

Axe 3 Les débats contemporains dans les sociétés post-esclavagistes

Elisabeth Cunin. Directrice de recherche (DR2) à l’IRD.

Le troisième axe, coordonné par Elisabeth Cunin (IRD), s’interroge, dans la période contemporaine, sur la réactualisation et la globalisation de la question des réparations en analysant à la fois les acteurs et institutions nationales et internationales.

Les réparations peuvent-elles être considérées comme un dépassement des politiques de la différence instaurées jusqu’à présent et y eut-il  à l’œuvre des modalités nouvelles de citoyenneté ?

Des études de cas aux Etats Unis, en Grande Bretagne, en Jamaïque, à Haïti, en Colombie, en République de Maurice, au Portugal, en Afrique et en France ont permis de nourrir une réflexion sur les réparations matérielles et symboliques, les acteurs et contextes.

La question des réparations a été étudiée au niveau transnational, en analysant les circulations transnationales (de personnes et d’idées), en évaluant le rôle des institutions internationales dans l’émergence, la légitimation et l’institutionnalisation de la question, mais aussi dans les tensions et conflits entre Etats et organisations ; et en étudiant leur influence dans les débats politiques nationaux et en faisant une étude spécifique des « acteurs nodaux » au cœur des réseaux internationaux et sur le rôle des agences internationales (ONU, La Conférence de Durban, l’UNESCO, le CARICOM et l’Union Africaine).

Certains résultats de ces recherches peuvent être consultés sur le blog : https://repairs.hypotheses.org/

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Les commémorations du 10 mai : commémorations de paille ?

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !