ECONOMIE

« Atlantique », autre imaginaire sur la question migratoire

Atlantique, un long-métrage de la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop, réalisé à Dakar en wolof, primé à Cannes et porté par des comédiens non professionnels, touche du doigt la question des « migrants économiques » de manière unique. Mêlant à la fois précision documentaire, mysticisme et balade poétique, cette ode à l’amour couplé à la tragédie de l’absence et l’impossibilité du deuil est la cadre parfait d’une réflexion sur la réalité de la « crise migratoire ».

« Atlantique », autre imaginaire sur la question migratoire

Mati Diop a réussi à évoquer avec brio le phénomène migratoire du point de vue personnel de celles et ceux qui restent [1]. Atlantique est un présent de la réalisatrice, elle nous a fait le cadeau d’un autre imaginaire sur la question, nous inspirant ainsi à faire de même en vous proposant nous aussi un nouveau regard sur cette immigration africaine, depuis trop longtemps fantasmée.

Comme Souleiman (incarné à l’écran par Ibrahima Traoré), ils sont nombreux à tenter l’aventure du départ à la recherche d’un meilleur niveau de vie, parce que les conditions ou les perspectives d’emploi chez eux sont insuffisantes. Ces ouvriers de Thiaroye qui n’ont pas été payés depuis des mois, se sont résignés à laisser derrières eux les êtres chers. Ils bravent l’océan au péril de leur vie, devenant ainsi des « migrants économiques » tel que définis par les Nations Unies.

ONUDC: Mondialisation de la criminalité: évaluation de la menace que fait la criminalité transnationale organisée (2010), p. 68

Les migrants économiques ne sont généralement pas admissibles à l’asile, à moins que les conditions économiques auxquelles ils sont confrontés soient suffisamment graves pour avoir provoqué une violence généralisée ou perturbé gravement l’ordre public. Ces jeunes qui laisseront un vide abyssal dans le coeur de ceux qui restent, ne partent pas pour l’Europe ou l’Amérique du Nord. En réalité, ce sont vers d’autres pays africains que ces migrant économique ce tournent la plupart du temps [2]. D’ailleurs, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la migration des pays africains vers les pays plus développés est faible comparée à la migration globale dans le monde [3].

Mais pourquoi, à l’instar de Souleiman et ses amis, d’autres veulent-ils quitter leur Sénégal natal ?

Principalement pour chercher du travail et sortir de la pauvreté et des difficultés économiques. En fait, la migration de l’Afrique vers l’Europe est alimentée par une demande structurelle de main-d’œuvre migrante bon marché dans les secteurs informels. La plupart migre de leur propre initiative, plutôt que d’être victime de trafiquants. Autant de raisons économiques qui finiront par faucher la tendre histoire d’amour entre Souleiman et Ada (interprétée par l’éblouissante Mame Bineta Sané). Au 21e siècle, l’océan raconte encore une histoire de la violence capitaliste qui empêche de jeunes gens de s’aimer.

Mame Bineta Sané alias Ada

En outre, alors que les médias et les perceptions populaires considèrent les migrants irréguliers comme arrivant principalement par voie maritime, la plupart arrivent en réalité avec des visas de tourisme ou avec de faux documents, ou via les enclaves espagnoles, de Ceuta et Melilla. La majorité des migrants africains en situation irrégulière entrent en Europe légalement et dépassent ensuite la durée de validité de leurs visas.

De même, malgré l’hystérie médiatique provoquée par la croissance de la migration africaine en Europe, le nombre réel semble assez limité – bien qu’il y ait un manque surprenant de précision dans les données. C’est à se demander pourquoi…

Avec Atlantique, Mati Diop, nous invite à dépasser la vision qui détermine le fait migratoire par des conditions purement économiques et statistiques. C’est ce qui nous a convaincu que cet ovni cinématographique est voir absolument! Il sortira dans les salles obscures hexagonales le

Nous vous proposons de visualiser la bande annonce d’Atlantique qui nous l’espérons vous poussera à voir ce chef d’oeuvre du 7ème Art.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

« Atlantique » : le regard saisissant des femmes qui restent

Notes et références

[1] « « Atlantique », le Grand Prix de Cannes au cinéma« , arte.tv, publié en 2019

[2] « Migrations : les Africains optent de plus en plus pour d’autres destinations que la France« , lemonde.fr, publié le 12 juin 2019

[3] « Immigration, un débat biaisé« , monde-diplomatique.fr, publié en novembre 2018

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 601