SOCIÉTÉ

Le plus grand parc éolien d’Afrique a ouvert au Kenya

Le Kenya a fait d’énormes progrès dans son engagement en faveur des énergies renouvelables. 

Le plus grand parc éolien d’Afrique a ouvert au Kenya

Jamhuri ya Kenya (République du Kenya en swahili) est désormais dotée du plus grand projet éolien d’Afrique. Ce parc éolien couvre une superficie de 160 km² et se situe dans le district de Loiyangalani, dans le comté de Marsabit, à environ 545 kilomètres, au nord de Nairobi, la capitale du Kenya. La centrale éolienne du lac Turkana [1] a été financée par un consortium de sociétés africaines et européennes, le Kenya devant acheter de l’électricité à un prix fixe sur une période de 20 ans.

Ainsi, le projet s’est donné comme objectif de :

  • renforcer l’approvisionnement en électricité du Kenya,
  • sortir le pays de sa dépendance aux combustibles fossiles,
  • atteindre son ambitieux objectif d’utilisation à 100% d’énergie verte d’ici 2020.

Uhuru Kenyatta met officiellement en service l’énergie éolienne du lac Turkana.

Les autorités espèrent réduire les coûts de production grâce à l’augmentation des investissements dans les énergies renouvelables. Lors de l’inauguration, le 19 juillet 2019, le président Uhuru Kenyatta a qualifié la centrale éolienne « d’exploit monumental » et a déclaré que celle-ci témoignait de l’engagement du Kenya à rechercher des sources d’énergie propres et à réduire les émissions de gaz à effet de serre [2].

A l’heure actuelle, le Kenya produit environ 70% de son électricité à partir de sources renouvelables et le pays figure parmi les principaux pays du monde dans le secteur de la géothermie [3]. Des projets renouvelables tels que l’énergie solaire de Garissa et l’éolienne de Ngong ont également augmenté la capacité électriques du Kenya ces dernières années.

La sous-station électrique du projet éolien du lac Turkana.

De plus en plus d’entreprises d’énergie renouvelable hors réseau, telles que M-Kopa, Azuri et Mobisol, ont développé des services pouvant atteindre les habitants des zones rurales et urbaines sans extension des réseaux traditionnels. Ces sociétés proposent principalement de l’énergie solaire à la carte que les utilisateurs peuvent acheter et gérer via leur téléphone portable.

Depuis que le projet Turkana a été connecté au réseau national en septembre dernier, M. Kenyatta a déclaré que l’usine avait injecté plus de 1,2 milliard de kilowattheures d’électricité et permis aux contribuables d’économiser jusqu’à 8 milliards de shillings (77,5 millions de dollars) grâce à une utilisation réduite de l’énergie thermique générée au diesel.

En dépit de ces améliorations, seuls 6,7 millions de clients kényans étaient connectés au réseau en 2018. Ces clients continuent de recevoir des factures gonflées en raison de la corruption de syndicats au sein de la société de distribution d’électricité nationale Kenya Power [4]. Les projets d’énergie renouvelables tels que le parc éolien de Turkana ont également rencontré des difficultés, notamment l’obtention d’un financement et la résolution de problèmes liés à la compensation foncière [5].

Les activistes ont également accusé le gouvernement d’avoir trahi ses propres engagements en matière d’énergie verte en prévoyant la création d’une centrale à charbon dans l’archipel idyllique de Lamu [6], protégé par l’UNESCO. À la fin du mois de juin, un tribunal a suspendu le projet de la centrale à charbon et a ordonné au promoteur de procéder à une nouvelle évaluation environnementale.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Un Kenyan a inventé une voiture solaire qui permet l’éclairage domestique

Notes et références

[1] « The wind farm provides 310MW of reliable, low cost energy to Kenya’s national grid« , ltwp.co.ke

[2] « Kenya Scores Another First As President Kenyatta Commissions Africa’s Largest Wind Power Project« , president.go.ke, publié le 19 juillet 2019

[3] « Kenya tops Africa, ninth globally in geothermal rankings« ,nation.co.ke , publié le 5 juin 2018

[4] « High bills: How Kenya Power staff stole from you« , mobile.nation.co.ke, publié le 28 juin 2019

[5] « The untold story of Turkana power line« , standardmedia.co.ke, publié le 28 mai 2019

[6] « UNESCO wants Kenya to review plans to build its first coal plant on a world heritage site« , qz.com, publié le 10 juillet 219

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 592