SOCIÉTÉ

Lettre ouverte des membres originaux du Black Panther Party aux artistes noirs

Nofi vous propose la traduction de la lettre ouverte des membres originaux du Black Panther Party aux artistes noirs (Hip-Hop) qui s’intéressent à notre communauté (T.I., Killer Mike, Cardi B, Kanye West, Beyonce, Jay-Z, P-Diddy, Ludacris, 50 Cent, et autres), rédigée le 11 juin 2020.

Lettre ouverte des membres originaux du Black Panther Party aux artistes noirs

Salutations et solidarité à chacun d’entre vous. En reconnaissance de votre voix individuelle, de votre influence et de votre suivi culturel parmi les générations actuelles de Noirs/Africains dans la diaspora et sur le continent, nous vous saluons.

Bien que nous ne vous connaissions que du domaine public, nous savons que beaucoup d’entre vous viennent de milieux où vous avez été confrontés à la pauvreté, à la brutalité policière, au manque de soins de santé et à d’autres formes d’oppression comme la plupart des Noirs. Nous reconnaissons tous que nous sommes dans une période charnière d’échec économique et gouvernemental, de pandémie et maintenant de mouvement de résistance dont les choses ne sortiront plus jamais de la même façon.

Ce que nous faisons tous en cette période aura un impact direct sur la fortune, la survie et les rêves de liberté des Noirs, et d’autres personnes dans le monde qui souffrent de la même oppression. Que ce soit dans les favelas sud-américaines, les bidonvilles sud-africains, les territoires palestiniens ou les ghettos urbains noirs de l’Amérique raciste, le capitalisme et la suprématie blanche ont transformé le monde entier en un ghetto pour le profit de quelques-uns. Nous devrions donc faire attention les uns aux autres, car ici, au cœur de l’Amérique raciste, nous sommes tout ce que nous avons, et avec nos véritables alliés, nous sommes vraiment tout ce dont nous avons besoin.

Individuellement, nous qui écrivons cette lettre somme d’anciens membres du premier Black Panther Party, co-fondé en 1966 par feu Huey P. Newton et Bobby Seale à Oakland, en Californie. Nous avons été la cible du tristement célèbre programme de contre-espionnage du FBI (nom de code COINTELPRO) qui a tué nombre de nos camarades, dont Fred Hampton, Mark Clark, et de nombreux autres Panthers et combattants révolutionnaires de la liberté. Nous sommes des vétérans des missions gouvernementales de recherche et de destruction qui ont forcé notre camarade bien-aimée Assata Shakur à s’exiler. Nous sommes d’anciens prisonniers politiques noirs qui ont passé des décennies dans les prisons américaines, comme nos camarades Russell Maroon Shoatz, Romaine « Chip » Fitzgerald, Sundiata Acoli, Jalil Muntaqim, et Mumia Abdul-Jamal qui sont toujours enfermés aujourd’hui. En bref, nous étions en première ligne des efforts du gouvernement pour tuer et détruire les mouvements radicaux noirs pour les droits civils et humains, y compris le droit à l’autodétermination.

Certains d’entre nous étaient aussi le pire cauchemar des forces de l’ordre racistes, des combattants armés dans le mouvement clandestin révolutionnaire noir, l’Armée de libération noire (BLA). Une grande partie de notre histoire dans la lutte de notre peuple a été tenue à l’écart de vous et apparemment inaccessible à votre génération, alors que vous réinventez ce qui a été fait dans le passé. Les ennemis de notre peuple n’ont pas changé, les circonstances et les conditions l’ont fait. L’histoire ne se répète jamais – mais elle peut certainement rimer.

La question est de savoir où nous, les Noirs, les peuples opprimés, allons à partir de là. Que devons-nous faire ? Ne vous y trompez pas, nous sommes toujours en guerre. Une guerre qui a commencé lorsque, comme l’a dit Malcolm, « Plymouth Rock a atterri sur nous » et qui se poursuit jusqu’à ce jour sans relâche.

Il est de notre devoir, en tant que combattants de la liberté révolutionnaires, de transmettre les leçons, la sagesse, les connaissances et les expériences à la prochaine génération de combattants de la liberté, de travailleurs culturels et de militants. De cette manière, un peuple opprimé peut résister à la domination d’une génération à l’autre sans réinventer les échecs, les pièges ou les erreurs de la génération précédente. Il appartient à notre ennemi d’empêcher cela et d’isoler une génération de l’autre. Il est de leur devoir de dénigrer l’histoire des traditions militantes et radicales et de polir l’histoire des intégrationnistes qui pensent que nous pouvons simplement voter pour nous sortir de ce problème. C’est pour cette raison que nous avons fait un pas en avant en ce moment néo-fasciste de l’histoire, sous l’impulsion de la crise actuelle de la culture capitaliste, d’une pandémie en cours et de l’attention désormais renouvelée et des manifestations massives provoquées par les meurtres policiers en cours dans notre communauté.

Nous avons choisi de centrer cette lettre sur vous parce que nos ennemis vous prennent constamment pour cible pour aider à « calmer » les gens. Ils espèrent que votre nouveau statut de classe l’emportera sur votre analyse de la race et de la classe. Vous avez la possibilité de leur prouver qu’ils ont tort et, grâce à vos ressources et à votre influence, vous pouvez jouer un rôle crucial pour la survie collective de notre peuple. Les tatouages, les voitures de luxe et les jets privés ne vaccinent personne contre une maladie et ne vous rendent pas à l’épreuve des balles. Nous devons collectivement pourvoir à notre propre agence humaine et ne pas nous bercer d’illusions en pensant qu’il est plus sûr de s’intégrer dans un système malveillant de cupidité et de déshumanisation.

Certains diront qu’en tant que vétérans des Panthères, nous ne sommes pas les Noirs avec lesquels il faut vous voir parler. Les nègres devraient connaître leur place, nous a-t-on dit, et c’est l’une des raisons pour lesquelles les Noirs impuissants ont des sportifs, des acteurs, des musiciens et des politiciens achetés comme faiseurs d’opinion publique. La voix des personnes privées de leurs droits n’est entendue que lorsqu’elles s’insurgent contre la machine qui a détruit leur vie.

Nous avons tous été encouragés par l’énergie des masses noires et de nos alliés à protester contre le meurtre de George Floyd, mais comme chacun d’entre vous le sait, le meurtre et la brutalité dont notre peuple est victime n’ont rien d’aberrant ou de nouveau. Le massacre, la torture et la déshumanisation des Noirs remontent à l’époque des fouets, des castrations et des viols collectifs dans les plantations des « pères fondateurs » européens de l’Amérique et se poursuivent encore aujourd’hui. C’est de cet héritage que l’application moderne de la loi en Amérique a tiré son objectif primordial, la protection de la propriété et des richesses, et non des personnes – surtout pas des Noirs. Aucune formation, aucune sensibilité sociale, aucun conseil ni aucune force de police réduite ne pourra changer l’impact actuel de cette histoire sur l’application de la loi. Seul notre contrôle de la sécurité publique dans nos communautés permettra de rompre ce contexte historique pour l’application moderne de la loi. Cela commence par la décentralisation de la police et le contrôle communautaire de la sécurité publique.

Cette saison de lutte politique est en effet celle du « Ballot and the Bullet« . Pour organiser le premier, (ballotter) toutes les forces progressistes et radicales en Amérique doivent se rassembler dans un Front uni contre le fascisme et l’État policier militarisé. C’est ce que le BPP a fait au plus fort des années soixante, ce qui a retardé la consolidation de la prise de contrôle raciste de la politique étrangère et intérieure américaine par la droite.

Nous devons également regarder au-delà des solutions qui sont strictement basées sur la réforme législative, le vote ou les entreprises capitalistes individuelles. Les Noirs doivent survivre aux paradigmes racistes institutionnels du pouvoir et exercer un pouvoir politique et social autodéterminant. Les plateformes publiques dont chacun d’entre vous dispose peuvent contribuer largement à la création de cette vision organisationnelle tactique et stratégique. Dans cette optique, nous vous demandons, à vous qui avez une certaine influence sur les attitudes et les esprits des jeunes Noirs d’aujourd’hui, de faire ce qui suit.

Rencontrons-nous et discutons d’une stratégie basée sur la libération des personnes noires et de nos rôles respectifs.

  • Créons une Agence panafricaine de secours et de protection des réfugiés où nous devenons nos propres premiers intervenants en cas de catastrophes naturelles ou d’origine humaine.
  • Aidons à créer un consortium afin que nous puissions développer un nouveau système économique coopératif dans lequel la propriété est partagée et orientée vers les besoins de nos personnes/travailleurs, et non vers des entreprises consuméristes.
  • Soutenir les organisations noires radicales et révolutionnaires qui ont un passé de réalisations et de renforcement des institutions dans notre communauté, indépendamment des dons importants des entreprises, des subventions gouvernementales ou de la création de fondations.
  • Par le biais de votre couverture médiatique, soutenez la rébellion actuelle dans les rues et l’organisation de masse pour un changement radical.
  • Si vous êtes opposés à la destruction de biens, appelez à des manifestations massives dans les principales institutions gouvernementales et privées et donnez des concerts gratuits pour vous assurer qu’un grand nombre de personnes se manifestent.
  • Travaillez avec nous et d’autres pour créer et financer une plateforme politique noire indépendante et des candidats ayant des revendications radicales pour le contrôle des Noirs et la redistribution des richesses de ce pays et des réparations.
  • Lutter pour la démilitarisation et la décentralisation de la police où la communauté locale, par le biais de conseils locaux, contrôle l’embauche, le licenciement et la discipline des policiers dans leur communauté.
  • Créons un système non seulement d’un nouveau paradigme policier mais aussi d’un système où nous créons une justice réparatrice communautaire et mettons fin au complexe industriel carcéral.

Ce ne sont là que quelques-unes des choses que vous/nous pouvons faire pour créer un Front de libération des Noirs uni afin de contester nos conditions d’oppression aux États-Unis et d’effacer la division de classe entre l’écrasante majorité de notre peuple et les quelques personnes comme vous qui ont une certaine richesse et influence. C’est notre chance de faire ce qu’il y a de mieux pour notre peuple et d’être du bon côté de l’histoire.

Membres originaux des Black Panthers,

KATHLEEN CLEAVER, SEKOU ODINGA, CLEO SILVERS, JAMAL JOSEPH, YASMEEN MAJID, VICTOR HOUSTON, PAULA PEEBLES, BILAL SUNNI ALI, JIHAD MUMIT, DHORUBA BIN-WAHAD, KIM HOLDER, HAROLD WELTON, HAROLD TAYLOR, ARTHUR LEAGUE, RASHAD BYRDSONG, KHALID RAHEEM, ASHANTI ALSTON.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 631