Trilogie Kemi Seba

Les chefs d’Etats africains signent un accord de libre-échange continental

Politique

Les chefs d’Etats africains signent un accord de libre-échange continental

Par Makandal Speaks

La Zone de libre-échange continentale (Zlec) sera un maillon essentiel du développement économique de l’Afrique.

Le 21 mars 2018, à Kigali, la capitale du Rwanda, 44 pays ont signé l’accord pour une Zone de libre-échange continentale en Afrique. Il s’agira à l’horizon 2063 de doter le continent africain, d’un marché commun fort de plus d’1,2 milliard d’habitants. La décision de lancer un tel projet a été prise en janvier 2012, lors de la 18ème session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine. Cette avancée est néanmoins pas un total succès, puisque le Nigeria a refusé de signer l’accord conformément aux déclarations de Muhammadu Buhari plus tôt ce mois-ci [1]. La première puissance économique du continent africain préfère « donner plus de temps aux consultations » sur un projet qui ne suscite pas l’adhésion de tous au Nigéria.

Image result for Muhammadu Buhari

Albert Muchanga le commissaire de l’Union Africaine chargé du Commerce et de l’Industrie, s’est voulu rassurant en déclarant :

 « Certains pays ont des réserves et n’ont pas encore finalisé leurs consultations à l’échelle nationale. Mais nous aurons un autre sommet en Mauritanie en juillet et nous espérons que les pays ayant des réserves signeront alors. » [2]

La prochaine étapes sera la ratification, par les pays signataires, de l’accord par leurs Parlements nationaux respectifs.

Related image

Pour Mahamadou Issoufou, le président du Niger qui dirigeait le groupe de travail sur la Zone de libre-échange continentale :

« 84 000 kilomètres de frontières, c’est trop. Abattre, c’est mieux. Se rassembler sous le même drapeau, chanter un seul hymne, c’est répondre aux aspirations des peuples africains à la prospérité pour que la Zone de libre-échange continentale ait un sens. Il faut que les pays africains aient des marchandises, des services à échanger entre eux. Cela suppose qu’on mette un terme au statut actuel d’une Afrique, réservoir de matières premières et consommatrice de produits finis fabriqués ailleurs que sur le continent. Cela suppose le développement industriel des pays africains, que l’Afrique soit capable de produire son alimentation, que soit réalisées les infrastructures énergétiques, routières, ferroviaires, portuaires, aéroportuaires et des télécommunications, indispensables au développement des échanges. » [3]

La Zone de libre-échange continentale vise à terme à abolir les barrières douanières entre les 55 pays du continent et à dynamiser les économies. Pour l’Union africaine, la Zlec est essentielle pour le développement économique du continent.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

L’Union Africaine a annoncé la création d’une Zone de Libre-Échange Continentale

Notes et références

[1] « Le Nigeria suspend sa participation à l’accord de libre-échange de l’UA« , rfi.fr, publié le 19 mars 2018

[2] « 44 pays africains signent un accord créant une Zone de libre-échange continentale« , europe1.fr, publié le 21 mars 2018

[3] « UA: 44 pays signent un accord pour une Zone de libre-échange continental« , rfi.fr, publié le 21 mars 2018