Placman

Le nationalisme noir pour le pouvoir noir (Partie 1)

Société

Le nationalisme noir pour le pouvoir noir (Partie 1)

Par Abdul Karim Assahly 20 février 2023

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

La vie des Noirs dans les millénaires à venir est menacée des pouvoirs extra-africains. Le véritable pouvoir doit se nicher dans la propriété des biens dans lesquels vit le peuple africain dans son ensemble. Le destin économique détermine le destin biologique. Dans cet article, je résume les relations de pouvoir et un plan de réparation psychologique pour la révolution du pouvoir nécessaire à la survie des Noirs au 22e siècle. Le traitement des Afro-descendants par les impérialistes, malgré une myriade de théories expliquant le comportement des Blancs, est finalement basé sur le fait qu’ils peuvent le faire. Ils possèdent le pouvoir de le faire. Cette différence de pouvoir doit être neutralisée si les Noirs veulent prospérer au 22e siècle. Il est donc vital de former un Front panafricain uni entre le continent de Mère Kama et ses diasporas de l’hémisphère occidental et des Caraïbes, équipé de tout ce qui est nécessaire à la défense des Noirs sur la planète Terre. Mais il faut d’abord et avant tout que notre psyché se familiarise avec le pouvoir.

Qu’est-ce que le Pouvoir ?

LES DÉFINITIONS DU POUVOIR sont variées et contradictoires. Cela est principalement dû à la nature multiforme du pouvoir lui-même, plutôt qu’à son irréalité ou à son esprit éphémère. Peu de personnes, voire aucune, ne doutent de la réalité du pouvoir et des effets tangibles que son application génère. Notre confusion quant à sa définition exacte provient très probablement du fait que le pouvoir, selon le contexte et les circonstances, prend des formes omniprésentes, avec des degrés variables de transparence et de visibilité. Le pouvoir est un caméléon : il prend la consistance de son environnement.
Mon but n’est pas ici de démêler l’écheveau des définitions du pouvoir. Il n’est pas nécessaire de le faire. Cependant, un examen de quelques définitions et de différentes formes de pouvoir nous permettra de comprendre intuitivement sa signification essentielle, ce qui est tout ce qui est nécessaire pour ma mission.
La pouvoir vient de l’être, de l’existence interactive, du fait d’être vivant. Il est l’essence de la vie et le moteur de la croissance, du développement et de l’adaptabilité des êtres vivants aux changements et aux exigences de l’environnement.
Le pouvoir désigne la capacité de faire, la capacité d’être, la capacité de prévaloir. L’être et l’activité ont pour origine le pouvoir. Être impuissant, c’est être sans volonté, sans pouvoir et sans vie ; sans effet ou influence ; être rien, sans importance. Je suis donc d’accord avec Rollo May lorsqu’il affirme que : Le pouvoir est essentiel pour tous les êtres vivants. L’homme, en particulier, jeté sur la croûte terrestre stérile avec l’espoir et le besoin de survivre, se voit obligé d’utiliser ses
pouvoirs et d’affronter des forces opposées à chaque instant de sa lutte avec la terre et avec ses semblables.
L’intentionnalité sans entrave des systèmes vivants, en particulier des êtres humains, est l’auto-réalisation, la réalisation du potentiel ou des possibilités génétiques. Cette intentionnalité doit être renforcée pour pouvoir se réaliser. Ainsi, pour paraphraser Friedrich Nietzsche, « partout où nous trouvons la volonté de vivre, nous trouvons la volonté de puissance ». Le pouvoir est essentiel à notre existence et le facteur le plus influent pour déterminer la qualité de notre vie. Comme l’affirme Wartenberg, « le pouvoir est l’un des phénomènes centraux de la vie sociale humaine ». Et comme l’affirme Parenti, « tout type de relation interpersonnelle [et nous pourrions ajouter, intergroupe] peut être considéré comme impliquant le pouvoir, même entre amants ou entre parents et enfants ». Le pouvoir ! On ne peut échapper à sa présence sous une forme ou une autre. On ne peut échapper à son utilisation par les autres pour influencer nos personnes, nos esprits et nos comportements d’une manière ou d’une autre, et à notre utilisation pour influencer les personnes, les esprits et les comportements des autres.
Nous nions l’omniprésence du pouvoir à nos risques et périls. Il ne disparaît pas de la réalité et ne perd pas son influence par notre refus de reconnaître son existence. Par conséquent, nous sommes tenus de reconnaître sa réalité permanente et d’en tirer le meilleur parti, de le contrôler et de l’utiliser à bon escient. Le pouvoir en soi « peut être un aspect à la fois nuisible et bénéfique des relations sociales » et peut jouer « un rôle à la fois négatif et positif… dans la constitution de la vie sociale humaine » (Wartenberg). Le pouvoir peut être utilisé pour atteindre des objectifs personnels, sociaux, politiques et matériels s’il est développé, organisé et appliqué de manière appropriée. La question de savoir si le pouvoir est bénéfique ou nuisible ne peut être résolue que par rapport à son utilisation spécifique dans une situation particulière.
Nombreux sont ceux qui, parmi ceux qui lisent ces lignes, trouveront cette discussion sur le pouvoir dérangeante ou malsaine. Ayant été victime de l’abus et de la mauvaise utilisation du pouvoir, souvent écrasé par les puissants, le lecteur qui s’identifie comme l’un des impuissants ou comme un membre d’un groupe relativement impuissant, par exemple un afro-descendant, sera le plus perturbé par ma discussion. Les opprimés et les exploités, ayant été traumatisés par l’abus de pouvoir de leurs oppresseurs puissants, en viennent souvent à percevoir le pouvoir lui-même comme intrinsèquement mauvais, comme corrompu par nature et donc comme quelque chose à fuir, à nier et à renoncer. La poursuite du pouvoir est considérée comme indigne des personnes vertueuses et le désir de le posséder comme un péché. C’est pourquoi de nombreux impuissants et pauvres se sentent obligés de trouver dans leur impuissance et leur pauvreté les signes emblématiques de leur piété et de leur salut rédempteur.
En raison de la manipulation idéologique des puissants et de leur perception réactionnaire erronée de la réalité, les pauvres et les impuissants ont été amenés à percevoir la poursuite, la possession et l’application du pouvoir en leur faveur comme déshonorantes pour eux-mêmes. C’est encore plus vrai lorsque, grâce à l’acceptation naïve de la propagande trompeuse et intéressée perpétrée par les puissants, à leur renoncement réactionnaire et à l’alimentation de leurs complexes d’infériorité intériorisés, les masses pauvres perçoivent la
possession et l’exercice du pouvoir comme la prérogative inhérente et exclusive des classes dirigeantes ou des élites.
De nombreux Noirs ont été convaincus par la propagande raciste que le pouvoir suprême est divinement attribué aux Blancs dominants. C’est pourquoi ils souffrent de crises d’angoisse et ont l’impression de se rebeller contre Dieu lui-même si – ne serait-ce qu’un instant – ils osent envisager de conspirer pour arracher le pouvoir des mains de leurs oppresseurs.
Plus regrettable encore que cette perception théologique erronée est l’impression d’auto-abnégation de la part de nombreux Africains, qui pensent qu’ils sont intrinsèquement incapables de mener une campagne réussie contre le pouvoir oppresseur blanc et qu’ils doivent donc rechercher le moins onéreux des accommodements.
Cette perception et cette orientation du pouvoir par les Afro-descendants de manière globale n’est rien d’autre qu’une prescription pour leur subordination, leur exploitation et finalement, lorsque cela convient aux objectifs de leurs oppresseurs, leur mort génocidaire. Par conséquent, si les Africains veulent survivre et prospérer dans la liberté, ils doivent, que cela leur plaise ou non, accepter le pouvoir. Nous devons toujours être conscients que « l’establishment, quelles que soient les récompenses qu’il nous accorde, nous tuera si nécessaire pour maintenir son contrôle » (Nathalie Yamb, Kemi Seba, Assimi Goïta, sont dans le collimateur du pouvoir suprême actuel, un plan de défense est nécessaire de toute urgence).

La typologie du pouvoir

Dans son sens le plus général, Rollo May définit le pouvoir comme « la capacité de provoquer ou d’empêcher le changement ». Le pouvoir est fondamentalement ambivalent en ce sens qu’il existe à la fois sous forme latente et manifeste, qu’il est à la fois stabilisant et déstabilisant, qu’il est à la fois un facteur causal pour provoquer certains changements dans les circonstances sociales et environnementales et pour les prévenir. Le pouvoir peut se référer à la capacité d’atteindre un objectif souhaité, ou à la capacité de résister volontairement ou de surmonter certaines conditions sociales et environnementales imposées à soi-même par d’autres, ou à la capacité d’imposer certaines circonstances sociales et environnementales et des exigences comportementales à d’autres, contre leur volonté ou sans qu’ils en soient conscients. 

Parmi les cas où le pouvoir est défini comme une « capacité à » ou un « pouvoir sur », citons la définition du pouvoir comme « la capacité d’obtenir ce que l’on veut » (Parenti) ; comme « la capacité de certaines personnes à produire des effets intentionnels et non intentionnels sur d’autres » (Wrong) ; ou comme la capacité d’une personne ou d’un groupe à « produire des effets intentionnels sur le monde qui l’entoure, à y réaliser ses propres objectifs, quels qu’ils soient ». 

Le pouvoir en tant que « pouvoir sur » met l’accent sur l’utilisation du pouvoir par une personne ou un groupe pour limiter ou restreindre les possibilités ou les options d’une autre personne ou d’un autre groupe. Le « pouvoir sur » fait référence au pouvoir qui « est exercé sur un agent [c’est-à-dire une personne ou un groupe] lorsqu’il est incapable d’agir librement, c’est-à-dire avec un ensemble complet de possibilités à sa disposition ». Wartenberg explique plus clairement le concept de « pouvoir sur » dans les déclarations suivantes :

Un agent agissant dans un contexte où quelqu’un d’autre a du pouvoir sur lui n’est pas en mesure de faire ce qu’il veut, mais est confronté à une situation dans laquelle la structure de son environnement d’action est sous le contrôle de quelqu’un d’autre. Il ne se trouve donc pas dans les circonstances normales de l’action humaine et, par conséquent, la responsabilité de ses actes est modifiée. 

Parmi les cas où le pouvoir est défini comme un « pouvoir sur », citons la définition du pouvoir comme « la capacité d’imposer sa volonté au comportement d’autres personnes » (Weber) ; « la capacité d’influencer ou de contrôler les actions d’autrui, de leur faire faire ce que nous voulons et ce qu’ils n’auraient pas fait autrement » et, enfin, comme « la capacité d’influencer la conduite des individus par l’utilisation effective ou la menace de récompenses et de punitions ». 

La personne ou le groupe qui possède et applique un « pouvoir sur » une autre personne ou un autre groupe est donc en mesure de structurer et de restreindre le champ d’action de la personne ou du groupe subordonné et de limiter les options qui lui sont offertes. Le « pouvoir sur », tel que défini ci-dessus, caractérise la relation de pouvoir primaire entre les Noirs et les Blancs. En tant que tel, il définit essentiellement le caractère de la suprématie blanche sur la subordination noire. 

Le pouvoir, qu’il s’agisse du « pouvoir de » ou du « pouvoir sur », se manifeste sous diverses formes ou types. Nous définirons brièvement certains de ces types ou formes de pouvoir et leur pertinence pour la domination et l’exploitation racistes des Noirs par les Blancs et la nécessité pour les Noirs de développer le pouvoir de mettre fin à cette domination et à cette exploitation.