One Love

IDA B. WELLS AVAIT CONDUIT UNE CROISADE

Société

IDA B. WELLS AVAIT CONDUIT UNE CROISADE

Par Amadu Kunta Akil BUMBESIA 16 février 2023

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Ida Bell Wells-Barnett, connue sous le nom d’Ida B. Wells, était une militante connue pour avoir dénoncé les horreurs du lynchage des Noirs. Elle était aussi une journaliste et sociologue américaine qui a conduit une croisade dans les années 1890 contre le lynchage et elle s’est également battue pour le suffrage femme.

L’HISTOIRE D’IDA B. WELLS

Ida Bell Wells-Barnett.

Elle est née en esclavage à Holly Springs, en 1862, la fille aînée de Lizzie et James Wells. Défenseur des droits civiques, Madame Wells a été impliqué dans la Freedman’s Aid Society et elle a aidé à démarrer Rust College. Rust est un collège d’arts libéraux historiquement noir. C’est l’une des 10 collèges et universités noirs historiques fondés avant 1869 et toujours en activité. Ida B. Wells a fréquenté le Rust College pour recevoir sa première éducation, mais elle était obligé d’abandonner. À 16 ans, Wells a perdu ses deux parents et l’un de ses frères à cause d’une épidémie de fièvre jaune. Elle a convaincu un directeur d’école voisin qui avait 18 ans et a obtenu un emploi d’enseignant pour s’occuper de ses frères et sœurs. En 1882, Wells a fait a déménagé avec ses sœurs à Memphis, Tennessee pour vivre avec leur tante. Ses frères ont trouvé travaille comme apprentis menuisiers et pendant un certain temps, Wells a poursuivi ses études à Fisk Université de Nashville. Lors d’un trajet en train de Memphis à Nashville en mai 1884, Wells a atteint un tournant. Elle avait acheté un billet de première classe, mais le personnel du train l’a forcée à se déplacer vers la voiture afro-américaine, exactement comme ça devait etre, alors que malgré la loi disant que les Noirs pouvaient voyager en première classe. Wells a refusé en principe, avant d’être expulsé de force du train. Pendant qu’elle était retiré, elle a mordu un des membres d’équipage. Wells a poursuivi le chemin de fer et a remporté un règlement de 500 $ une cour de circuit. La décision a été annulée par la Cour suprême du Tennessee. Suite à cet incident, Wells a commencé à écrire sur les questions de race et de politique dans le Sud. En utilisant le nom « Iola », Wells a fait publier certains de ses articles dans des journaux et des périodiques noirs. Elle etait par la suite devenue propriétaire de deux journaux : The Memphis Free Speech et Headlight and Free Speech. Travaillant comme journaliste et rédacteur en chef, Wells a travaillé aussi comme enseignant dans une école publique séparés à Memphis. Critiquant ouvertement l’état des écoles ségréguées dans la ville elle a été renvoyée de son travail en 1891. En 1892, Wells a tourné l’attention vers l’anti-lynchage après qu’un ami et deux de ses associés ont été assassinés. Tom Moss, Calvin McDowell et Will Stewart ont ouvert une épicerie, qui a détourné les clients du magasin de propriété blanche dans le quartier. Le propriétaire d’une boutique blanche et ses partisans tels que exemple le shérif, ils se sont affrontés avec Moss, McDowell et Stewart à plusieurs reprises. Une nuit ils ont dû protéger leur magasin d’une attaque et ont fini par tirer sur plusieurs hommes blancs. Ils ont été arrêtés et emmenés en prison. Malheureusement, ils n’ont pas eu l’occasion de se défendre. Une foule de lyncheurs les a fait sortir de leurs cellules et les a abattus, les traînant dans une gare de triage déserte au nord de Memphis. Wells a écrit des articles dans lesquels elle dénonça le lynchage et risqua sa propre vie en parcourant le Sud pour récolter informations sur d’autres lynchages. Un de ses éditoriaux a poussé certains des Blancs de la ville sur le limite. Une foule a pris d’assaut le bureau de son journal et détruit tout son équipement. Wells était à New York au moment de l’accident, ce qui lui a probablement sauvé la vie. Resté dans le nord après que sa vie a été menacée et il a écrit un rapport détaillé sur le lynchage en Amérique pour l’ère de New York. C’était un journal dirigé par T. Thomas Fortune, un ancien aussi réduit en esclavage. Elle a porté sa campagne anti-lynchage à la Maison Blanche en 1898 et il a demandé au président McKinley de faire des réformes. En 1896, Wells a formé plusieurs organisations pour roits civils, y compris la National Association for the Advancement of Colored People. Après des attaques brutales contre communauté afro-américaine à Springfield, Illinois en 1908, Wells a agi. En 1909, elle participa à une conférence pour une organisation qui deviendra plus tard l’Association nationale pour la Promotion des personnes de couleur (NAACP). Bien qu’elle soit considérée comme l’une des fondatrices de la NAACP, Wells, à un moment donné, a coupé les ponts avec l’organisation. Wells était un combattant actif pour le suffrage des femmes, en particulier pour les femmes Noires. Le 30 janvier 1913 Wells fonde l’Alpha Suffrage Club à Chicago. Le club a organisé les femmes de la ville pour élire les candidats qui serviraient le mieux la communauté Noire. En tant que président de club, Wells a été invité à participer au défilé du suffrage de 1913 à Washington DC avec des dizaines des autres membres du club. Le travail effectué par Wells et l’Alpha Suffrage Club a joué un rôle crucial pour gagner le suffrage des femmes dans l’Illinois le 25 juin 1913. Wells est décédée d’une maladie rénale le 25 mars 1931 à Chicago, en laissant derrière elle un héritage d’activisme social et politique.