L’excellence Noire – Kouokam KAMTCHUENG

Les instructeurs russes ont commis des exactions en Centrafrique

Société

Les instructeurs russes ont commis des exactions en Centrafrique

Par Makandal Speaks

Selon un rapport d’enquête, les agents russes présents en République centrafricaine mènent en fait les combats, y compris les massacres de civils.

Les instructeurs russes ont commis des exactions en Centrafrique

Des experts de l’ONU accusent les instructeurs militaires russes et les forces de la République centrafricaine qu’ils soutiennent de « recours excessif à la force, de meurtres aveugles, d’occupation d’écoles et de pillage à grande échelle » – des allégations que Moscou a fermement rejetées lundi 28 juin 2021.

Dans un rapport de 40 pages, le groupe d’experts chargé de surveiller les sanctions prises à l’encontre de cette nation africaine déchirée par un conflit a déclaré avoir recueilli des « témoignages » d’un grand nombre de responsables locaux, de membres des forces militaires et de sécurité intérieure du gouvernement et de sources communautaires dans plusieurs endroits du pays, qui ont fait état de « la participation active d’instructeurs russes à des opérations de combat sur le terrain« .

Le panel a déclaré que de nombreux responsables et autres sources ont rapporté que les instructeurs russes « ont souvent dirigé plutôt que suivi » les troupes de la République centrafricaine alors qu’elles avançaient sur différentes villes et villages dans une contre-offensive contre les rebelles liés à l’ancien président François Bozize. Bozize a tenté d’empêcher la tenue d’élections en décembre et a ensuite essayé de s’emparer du pouvoir du président Faustin Archange Touadera.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a catégoriquement démenti les allégations, d’abord rapportées par le New York Times, selon lesquelles des instructeurs russes auraient été impliqués dans le meurtre de civils et le pillage de maisons.

« Les conseillers militaires russes ne pouvaient pas prendre part et n’ont pas pris part à des meurtres ou des pillages« , a déclaré Peskov lors d’une conférence téléphonique avec les journalistes. « C’est encore un autre mensonge« .

Selon les experts, la Russie a informé en décembre le comité du Conseil de sécurité des Nations unies chargé de surveiller les sanctions contre la République centrafricaine qu’elle enverrait 300 instructeurs non armés pour soutenir la formation de l’infanterie et des forces motorisées du pays et que les personnes déployées ne prenaient pas part aux opérations militaires menées par les forces de sécurité.

La semaine dernière, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont accusé le personnel russe en République centrafricaine d’avoir commis des abus contre des civils et d’avoir entravé les opérations de maintien de la paix de l’ONU – des accusations que la Russie a vivement démenties.

Selon les conclusions des experts, la Russie a confirmé le 18 avril qu’elle disposait de 532 instructeurs dans le pays africain, et n’avait jamais dépassé 550. Mais le comité a noté que de multiples sources ont estimé que le nombre d’instructeurs russes se situait entre 800 et 2 100, et a indiqué que de multiples sources ont signalé que les instructeurs comprenaient des personnes qui se sont identifiées comme des ressortissants de Libye, de Syrie et d’autres pays.

Bien que le comité des sanctions ait été informé que les instructeurs ne seraient pas armés, le panel a déclaré avoir « observé directement et reçu des témoignages selon lesquels les instructeurs russes » soutenant les opérations militaires du gouvernement et fournissant une protection rapprochée aux responsables de la République centrafricaine « étaient armés« .

Des responsables russes ont confirmé que les instructeurs étaient armés, affirmant que c’était pour leur propre protection et que les armes n’étaient utilisées que « lorsqu’on leur tirait dessus ». Il a déclaré que les armes et les munitions provenaient de stocks fournis par la Russie au ministère de la Défense, ce qui constitue une violation des engagements pris par le président de la République centrafricaine en 2018 et 2019 à l’égard des utilisateurs finaux devant le comité des sanctions.

Le panel a déclaré que dans plusieurs zones qu’il a visitées, ses experts ont reçu des informations confidentielles et ont trouvé des preuves d’un usage excessif de la force par l’armée centrafricaine et les instructeurs russes.

Notes et références :

[1] « Centrafrique : l’ONU accuse l’armée et ses alliés russes de violer les droits humains« , france24.com, publié le 24 juin 2021

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Viol d’enfants en Centrafrique : la Justice française innocente les soldats

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !