ENTREPRENEURIAT

Kamix, la startup blockchain et sociale à suivre de près en Afrique

Nofi vous propose de découvrir Kamix, une application de chat et de transfert d’argent originale, identitaire et économique.

Kamix, la startup blockchain et sociale à suivre de près en Afrique

Crée par Justin Lock, diplômé de l’Ecole Polytechnique de Yaoundé et du master grande école d’HEC Paris et son associé, Bernat Serra Deola, diplômé de l’université Polytechnique de Catalogne et du master grande école d’HEC Pariset, Kamix se trouve au croisement des passions des deux spécialistes du digital. A savoir, le développement en Afrique et le numérique. Multipliant les casquettes d’ingénieur, de développeur informatique, et de consultant en stratégie et en finance, tout deux ont identifié il y de cela, un an et demi une opportunité de lancer une activité de grande envergure en Afrique avec un fort impact social. le projet Kamix était né.

les co-fondateurs de Kamix, Justin (Camerounais, gauche) et Bernat (Espagnol, droite).

Le nom de cette application est assurément familier à bon nom d’entre vous. Et pour cause, le nom Kamix peut être vu comme un dérivé du terme Kamite qui, comme vous le savez sans doute,tire son origine du terme Kam (ou Kem) signifiant « noir » en Medu Netjer, la langue africaine ancienne de la période pharaonique. Pour être plus précis, Kamix est la contraction de « Kamite » et de « Exchange ». Lorsque l’on sait que pour l’Afrique noire et particulièrement pour les Noirs d’Egypte antique le fait de nommer signifiait « donner vie ». Vous comprendrez ainsi que le nom Kamix constitue et affirme l’identité de l’application.

« Mais en quoi consiste donc ce projet ? », vous demandez-vous certainement. Pour faire simple, Justin Lock et son acolyte Bernat Serra Deola ont développé une application de chat et de transfert d’argent qui regroupe les trois services :

  • Mobile money international grâce à la blockchain [1]
  • Messagerie Africaine, de type whatsapp
  • Marketplace Africaine, de type eBay ou Jumia

Interrogé par nos soins à ce sujet, Justin Lock déclarait d’ailleurs :

« Créée par des Africains et pour des Africains, l’application se veut originale en termes d’expérience utilisateur, identitaire en termes de design et de fonctionnalités, et économique en termes de coûts notamment pour les transferts d’argent en Afrique que nous voulons réduire, voire rendre gratuit grâce à la blockchain. »

En pratique, l’application fonctionne comme Orange Money, WhatsApp et ou Jumia (plateforme Panafricaine de commerce électronique). L’avantage étant que ces trois fonctionnalités se retrouvent sur Kamix. Ainsi, après avoir téléchargé et installé cette application, il vous suffira de configurer son compte afin d’envoyer de l’argent, de communiquer avec vos contacts, ou d’acheter et de vendre en ligne sur le marketplace intégrée. Pas mal hein ? Il ne vous reste plus qu’à télécharger la version bêta test, actuellement disponible sur PlayStore.

Mais ce n’est pas tout! Kamix, c’est aussi la possibilité de disposer de coûts de transaction significativement réduits, grâce à la désintermédiation des banques et opérateurs de transfert classiques [2]. Kamix vous proposera également la traçabilité des transactions puisque les données sont stockées dans la blockchain qui est distribuée et immuable. Enfin, la sécurité des transferts, puisque les transactions sont protégées par des fonctions cryptographiques.

Aperçu du mobile money Kamix.

Notons que contrairement à d’autres crypto-monnaies à l’instar du Bitcoin, Kamix n’envisage pas de s’en servir pour trois limites aisées à comprendre. En effet, les crypto-monnaies sont généralement volatiles, et donc risquées à la fois pour l’entreprise et les utilisateurs. Elles ne sont pas toujours « facilement » convertibles en monnaie locale Africaine, notamment en franc CFA pour des raisons de liquidité et d’accessibilité. Enfin, un nombre limité de personnes, en particulier en Afrique, savent les manipuler, contrairement aux acteurs qui se servent d’elles. Les deux créateurs de Kamix ont donc :

« Développé un nouveau protocole de transfert d’argent basé sur nos propres contrats intelligents sur la blockchain Ethereum afin de mitiger ces 3 limites identifiées. »

Grâce à ce protocole, Kamix élimine le risque et les problèmes de liquidité et d’accessibilité susmentionnés. En plus, vous n’aurez plus à vous soucier de la complexité de la blockchain puisque l’interface est conçue pour qu’il gère ses transactions en devises et non en crypto-monnaies. Génial, non ? En plus de la version Android qui est déjà disponible, Justin Lock et Bernat Serra Deola travaillent d’arrache-pied afin de finaliser à la mi-Août une version iOS et une version web.

A la question de savoir quels étaient les objectifs de Kamix à court et moyen terme ceux-ci nous ont répondu :

« Aujourd’hui, l’Afrique n’a pas de géant du numérique. Nous dépendons tous d’entités comme Facebook, Google, WhatsApp, Twitter, Snapchat, Yahoo, etc. pour communiquer entre nous. Pour s’envoyer de l’argent, nous utilisons des services étrangers comme Western Union et MoneyGram qui leurs profitent plus qu’à nous aux étrangers tandis qu’elles nous appauvrissent à une échelle macroéconomique, les chiffres sont connus. La vision de Kamix, c’est de doter l’Afrique d’un géant du numérique dont les utilisateurs Africains pourront être fiers à travers des applications auxquelles ils pourront facilement s’identifier, et sur lesquelles ils se sentiront « chez-eux ». »

Aperçu de la messagerie instantanée Kamix.

Il va sans dire qu’un tel projet participe à l’émancipation économique du continent Africain. Car à l’heure actuelle, une grande partie de la stratégie des africains est basée sur le mobile money international. Ainsi chaque année, l’Afrique perdrait brutalement environ $2 milliards à cause des frais élevés de transfert d’argent en Afrique par rapport au reste du monde. Cette situation avait d’ailleurs été qualifiée par Kofi Annan de « super racket ».

Les deux concepteurs de Kamix ont à cœur de d’améliorer le bien être des populations africaines. Pour eux, la technologie permettra d’être plus efficace en termes d’efforts ou de temps à tous les niveaux : la manière dont on se déplace, la manière dont on travail, la manière dont on communique, la manière dont on se soigne. Ils ajouteront que :

« Dans un continent constitué majoritairement de pays émergents, il faut davantage miser sur la technologie pour le développement dans tous les secteurs, d’autant plus que les technologies s’exportent avec des retombées économiques au même titre que les ressources naturelles. »

Puisse l’application de chat et de transfert d’argent originale, identitaire et économique, Kamix, participer à cette amélioration de la qualité de vie des populations africaines. C’est un projet ambitieux et panafricain qui n’attend que votre soutient.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Akon se lance dans la crypto-monnaie avec « Akoin »

Notes et références

[1] Le blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle.

[2] La désintermédiation phénomène économique et commercial qui se traduit par la réduction ou la suppression des intermédiaires.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 610