SOCIÉTÉ

L’Angola a décriminalisé les relations homosexuelles dans son nouveau code pénal

Selon l’ONGI Human Rights Watch, l’Angola a décriminalisé les relations entre personnes du même sexe.

Un nouveau code qui décriminalise les relations homosexuelles

Mercredi 23 janvier 2019, le Parlement angolais a adopté un nouveau code pénal qui dépénalise les relations entre personnes du même sexe. Il interdit par la même occasion les comportements discriminatoires à l’encontre des personnes en raison de leur orientation sexuelle. En vertu du nouveau code pénal angolais, les employeurs et autres services ne seront plus autorisés à discriminer un citoyen angolais sur la base de son orientation sexuelle. Ainsi, le code pénal du deuxième pays lusophone par son étendue et le troisième par sa population punit ces discriminations.

« Le gouvernement interdit également toute discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Et toute personne qui refuse d’employer une personne ou de lui fournir des services en raison de son orientation sexuelle encourra une peine de prison de deux ans maximum. » [1]

L’Angola, pionnier en la matière

Human Rights Watch a signalé qu’en vertu de son ancien droit colonial, il existait une disposition relative aux « vices contre la nature« , que les défenseurs des droits de l’homme ont critiquée pour leur caractère homophobe. Il convient de noter que ce ne sera pas la première fois qu’une disposition de l’époque coloniale criminalisait l’homosexualité dans les pays colonisés [2].

« L’Angola a décriminalisé les relations entre personnes de même sexe, le premier pays en 2019 à franchir cette étape importante! Merci aux efforts inlassables des militants LGBTI! »

La décision de dépénaliser les relations entre personnes de même sexe était attendue depuis longtemps. D’ailleurs, selon Graeme Reid directeur de l’agence LGBTQ :

« En écartant cette relique archaïque et insidieuse du passé colonial, l’Angola a évité la discrimination et embrassé l’égalité » [3]

Les groupes de défense des droits de l’homme tiennent à couvrir l’homophobie dans les pays africains. Parmi eux, figure Amnesty International, une ONG de défense des droits de l’homme, qui a publié un rapport détaillé en 2018 sur les pays africains où il est ou n’est pas légal d’entretenir des relations de même sexe. À cette époque, l’Angola figurait sur la liste des pays où l’homosexualité était illégale.

Parmi les autres pays africains où l’homosexualité est légale, on peut citer entre autres, São Tomé et Príncipe, l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Mozambique, le Mali, la République démocratique du Congo ou le Cap-Vert.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Angola: reconnaissance légale d’une association de défense des LGBT

Notes et références

[1] « L’Angola décriminalise l’homosexualité« , bbc.com, publié le 24 janvier 2019

[2] « African myths about homosexuality« ,theguardian.com , publié le 23 mars 2019

[3] « Angola has decriminalized same-sex relationships, rights group says« ,cnn.com , publié le 24 janvier 2019

Articles : 427