SOCIÉTÉ

Des étudiants de l’école d’art Emile Cohl de Lyon ont été noircis pour «ajouter de la diversité» à la photo

L’école d’art Émile Cohl de Lyon a dû s’excuser après que des étudiants aient remarqué que leur visage avait été noirci numériquement pour « ajouter de la diversité » à une photo publiée sur la version américaine du site Web de l’école.

La photo grossièrement « photoshoppée« , ainsi que l’original, ont été diffusées sur les réseaux sociaux lorsque l’un des anciens élèves de l’école a publié les deux versions sur Twitter. Kelsi Phụng, ancien étudiant à Émile Cohl , a déclaré à la presse :

« La photo a été initialement partagée dans un studio d’animation français par un étudiant [actuel] de l’école, puis diffusée sur un groupe Facebook. « Désirant préserver l’anonymat de l’étudiant, je suis responsable de la diffusion du photomontage. » [1]

En comparant les deux photo on voit clairement que les visages de certains élèves ont été assombris pour les faire passer pour des Noirs. Pire, dans la version « photoshoppée« , deux Noirs ont même été ajoutées au milieu du groupe.

L’institution, qui a conçu le site Web en anglais pour consolider sa réputation en envisageant d’ouvrir une succursale à Los Angeles au cours des quatre prochaines années, s’est depuis excusée de cette erreur (c’est la moindre des choses) et a blâmé la société de communication qu’elle a embauché aux États-Unis. Emmanuel Perrier, directeur-adjoint de l’école d’art à pour sa part déclaré :

« La société de communication a décidé d’assombrir la peau de certains étudiants pour ajouter de la diversité. La campagne de communication a été faite à partir des États-Unis. » [1]

Le directeur-adjoint a expliqué que la photo est celle d’un groupe d’étudiants de cinquième année qui « font actuellement un stage de six mois« . Il a également déclaré que le conseil scolaire avait immédiatement décidé de retirer la photo à partir du moment où certains élèves l’avaient prévenu. « Lorsque le site Web a été rendu public, nous n’avons rien remarqué, les étudiants de notre école ont été les premiers à le remarquer« , a déclaré Emmanuel Perrier, ajoutant que le site avait été rendu public le 5 septembre. Il a refusé de divulguer le nom de l’entreprise de communication qui a conçu la campagne aux États-Unis, mais a garanti qu’Émile Cohl mettrait fin au contrat. Pour lui :

« Le droit américain est complexe, mais nous ne voulons pas que cela s’arrête là, nous voudrions déposer une plainte. » [1]

VOUS AIMEREZ AUSSI :

le CRAN épingle un groupe coupable de « blackface »

Notes et références

[1] « French art school accused of photoshopping in black students for US ads« , edition.cnn.com, publié le 12 septembre 2018.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 464