NATIONS NÈGRES ET CULTURE – CHEIKH ANTA DIOP

Pourquoi Woody Allen n’engage pas d’acteurs noirs dans ses films

Culture

Pourquoi Woody Allen n’engage pas d’acteurs noirs dans ses films

Par Sandro CAPO CHICHI

Malgré ses soixante ans de carrière, le cinéaste américain Woody Allen a n’a quasiment jamais choisi des acteurs noirs pour incarner des personnages de ses films. Comment l’expliquer? L’intéressé a lui-même répondu à la question il y a quelques mois.

Par Sandro CAPO CHICHI
Début 2014, des reproches se multiplièrent dans des tabloïds américains contre le cinéaste américain Woody Allen, aujourd’hui âgé de 78 ans. Le réalisateur des films oscarisés Hannah et ses sœurs (1987), Annie Hall (1978) et Minuit à Paris (2012) fut accusé de ne jamais engager d’acteurs noirs dans ses films. En y regardant de plus près, malgré la longue filmographie d’Allen, s’étalant sur plus de cinquante ans et soixante-dix films, il est difficile d’y trouver un acteur noir à des rôles d’importance, quand bien même ceux-ci se déroulent dans des quartiers noirs comme à Harlem pour ‘Coups de feu sur Broadway’(1994). Attention à ne pas exagérer toutefois, puisque l’acteur nigérian Chiwetel Ejiofor joua par exemple dans Melinda et Melinda (2004) et que Sonia Rolland fut choisie pour interpréter Joséphine Baker (bien qu’on aurait difficilement digéré de voir la danseuse afro-américaine interprétée par Scarlett Johansson ou Charlize Theron). La réponse de Woody Allen à cette polémique fut toutefois la suivante, dans une interview au New York Observer en juillet 2014 :

« [Je n’engagerai pas d’acteurs noirs] sauf si le scénario le nécessite. On n’engage pas de personnes en se basant sur la race, mais sur qui est adapté pour interpréter le rôle. On sous-entend que je n’engage délibérément pas d’acteurs noirs, ce qui est stupide. Je ne choisis que ce qui est bon pour le rôle. La race ou l’amitié n’ont aucune incidence pour moi sur qui est bon pour un rôle.»

Le réalisateur prétend donc que les acteurs noirs sur le marché ne sont pas adaptés à ses rôles, soit. Mais sans tomber dans un anti-racisme pleurnichard ou dans une critique aveugle du niveau des acteurs afro-américains, on peut se demander si, au vu de la longue, abondante et diverse filmographie d’Allen, les acteurs noirs sur le marché depuis les années soixante ne sont pas suffisamment compétents pour interpréter, hors discrimination positive et cinéma communautaire, des rôles au cinéma américain…