Placman

Les Malgaches : le premier peuple métissé ‘blasian’ de l’histoire ?

Histoire

Les Malgaches : le premier peuple métissé ‘blasian’ de l’histoire ?

Par Sandro CAPO CHICHI 7 avril 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Explorez l’histoire fascinante des Malgaches, considérés comme le premier peuple métissé afro-asiatique, résultant d’un mélange unique de cultures indonésienne et africaine.

Le terme « blasian« , désignant le métissage entre personnes noires et asiatiques, est souvent perçu comme un phénomène moderne ou même une tendance actuelle. Cependant, ce mélange culturel et génétique a des racines historiques profondes, remontant à près de 1200 ans sur l’île de Madagascar. Là, les descendants de migrants indonésiens se sont mêlés aux populations noires venues d’Afrique de l’Est, créant ainsi l’une des premières communautés métissées afro-asiatiques connues de l’histoire.

La popularité du métissage afro-asiatique a été propulsée sur le devant de la scène médiatique par des célébrités telles que Tiger Woods, Naomi Campbell, Tyson Beckford, ainsi que des personnalités comme Jean Ping, Kimora Lee Simmons, Ne-Yo, et Amerie. Ce mélange culturel, bien que perçu comme un phénomène de société contemporain favorisant l’émergence de nombreux couples mixtes, de blogs et de discussions en ligne, s’inscrit en réalité dans une histoire bien plus ancienne et riche.

Des descendants de marins chinois du 15e siècle au Kenya ?

La fascinante histoire des îles kényanes de Pate et Lamu1 révèle un chapitre méconnu de l’histoire mondiale, où les vagues de l’océan ont tissé des liens inattendus entre l’Afrique et l’Asie. Selon des recherches et des récits traditionnels, les habitants actuels de ces îles pourraient tracer leur ascendance jusqu’aux marins chinois de la flotte de l’amiral Zheng He2, qui a navigué vers l’Afrique de l’Est au XVe siècle. Cette hypothèse s’appuie sur la tradition orale des communautés locales, qui se distinguent par des caractéristiques physiques uniques, telles que des yeux bridés et une pigmentation de peau plus claire, suggérant un héritage métissé.

Ces marins, explorateurs intrépides sous la dynastie Ming3, auraient établi des liens avec les populations locales, donnant naissance à une génération métissée afro-asiatique. Le métissage, loin d’être superficiel, s’est enraciné dans la culture et l’identité des habitants de ces îles, comme en témoignent les artefacts archéologiques trouvés dans la région. La découverte de tombes et de poteries, dont le style et la fabrication rappellent ceux de la Chine du XVe siècle, offre une preuve matérielle de ces interactions historiques.

La girafe de compagnie du sultan du Bengale, apportée de l’empire somalien d’Ajuran, puis emmenée en Chine dans la treizième année de Yongle (1415).

Toutefois, cette théorie fascinante suscite encore des débats parmi les historiens et les résidents des îles. Alors que certains voient dans ces preuves matérielles et orales une confirmation de leur héritage sino-africain, d’autres appellent à une validation plus scientifique, notamment à travers des analyses génétiques, pour établir de manière incontestable ces liens transcontinentaux.

La perspective d’une telle étude génétique ouvre des possibilités passionnantes pour mieux comprendre non seulement l’histoire de ces communautés insulaires mais aussi les dynamiques de migration et de métissage qui ont façonné l’histoire humaine. En attendant, l’histoire des descendants des marins chinois au Kenya reste un témoignage captivant de la richesse et de la complexité des échanges culturels et humains à travers les siècles.

Les Malgaches, premiers métisses ‘blasians‘ de l’Histoire ?

Le roi Andrianampoinimerina (vers 1787-1810).

Les Malgaches offrent un exemple fascinant de la complexité des migrations humaines et du métissage culturel. Madagascar, située au sud-est de l’Afrique dans l’Océan Indien, est un creuset de diversité ethnique, où les influences africaines et asiatiques se mêlent pour créer une culture unique.

Des recherches approfondies, combinant génétique, archéologie et linguistique, révèlent que la population malgache est principalement issue du métissage entre des migrants indonésiens de l’Empire de Sriwijaya4 (actuelle Indonésie) arrivés autour de l’an 830 après J-C, et des populations d’origine africaine, probablement Bantoues, venues de l’Est du continent. Cette rencontre entre peuples de continents différents a donné naissance à une identité culturelle riche et diversifiée, caractéristique de l’île.

Les premiers migrants indonésiens, majoritairement des femmes selon certaines sources, ont joué un rôle clé dans l’établissement des premières communautés sur l’île. Leur arrivée à Madagascar pourrait avoir été précédée ou suivie par des migrations de populations polynésiennes, suggérant une histoire de peuplement encore plus complexe et variée qu’on ne le pensait auparavant.

L’interaction entre ces migrants indonésiens et les hommes d’origine africaine a créé une société métissée unique, où les traditions, les langues et les gènes des deux continents se sont entrelacés. Ce métissage est visible dans les traits physiques des Malgaches, dans leur langue qui emprunte à la fois au vocabulaire austronésien et bantou, ainsi que dans leurs pratiques culturelles et sociales.

La découverte de poteries, d’outils et d’autres artefacts archéologiques sur l’île témoigne de cette fusion culturelle et de l’échange continu entre Madagascar et le reste du monde. Les études génétiques confirment cette diversité, montrant des liens étroits non seulement avec l’Indonésie et l’Afrique mais aussi avec des régions aussi éloignées que l’Inde et le Moyen-Orient.

L’histoire des Malgaches illustre la capacité des sociétés humaines à s’adapter, à se mélanger et à créer de nouvelles identités à partir de diverses influences. Elle remet en question les idées reçues sur l’isolement des cultures et souligne l’importance des migrations dans la formation des sociétés. En tant que premiers métisses ‘blasians‘, les Malgaches représentent un chapitre captivant de l’histoire humaine, témoignant de la richesse et de la complexité des échanges entre peuples et cultures à travers les âges.

Références

  • Cox, Murray P., et al. (2012). « Une petite cohorte de femmes d’Asie du Sud-Est insulaire a fondé Madagascar. » Cette étude approfondie explore les origines génétiques des Malgaches, mettant en évidence le rôle crucial des femmes migrantes d’Asie du Sud-Est dans la formation de la population de l’île. L’analyse génétique révèle un mélange unique de lignées asiatiques et africaines, soulignant la diversité culturelle et ethnique de Madagascar.
  • Conway-Smith, Erin (2011). « Recherche en mer d’un ancien navire chinois au large de la côte africaine. » Cet article examine les efforts pour retrouver les traces des expéditions maritimes chinoises en Afrique, notamment celles de l’amiral Zheng He. La recherche met en lumière les interactions historiques entre l’Afrique et l’Asie, offrant une perspective fascinante sur les échanges culturels et commerciaux qui ont eu lieu bien avant l’ère coloniale.

Vous aimerez aussi:

  1. Pate et Lamu : Îles situées au large de la côte est de l’Afrique, dans l’archipel de Lamu. Ces îles font partie du Kenya et sont connues pour leur riche histoire culturelle et leur patrimoine architectural swahili. Des recherches suggèrent que Pate et Lamu ont été parmi les premiers points de contact entre l’Afrique et l’Asie, témoignant des échanges commerciaux et culturels entre les deux continents dès le 8e siècle. ↩︎
  2. Zheng He : Amiral et explorateur chinois de la dynastie Ming, Zheng He (1371-1433) est célèbre pour avoir dirigé sept grandes expéditions maritimes entre 1405 et 1433. Ses voyages, qui s’étendaient jusqu’à l’Afrique de l’Est, l’Arabie, et au-delà, visaient à étendre l’influence chinoise et à établir des liens commerciaux. Ces expéditions ont marqué l’apogée de la puissance navale chinoise. ↩︎
  3. Dynastie Ming : Règne de 1368 à 1644, la dynastie Ming est l’une des périodes les plus stables et prospères de l’histoire chinoise. Elle est connue pour ses réalisations dans les domaines de l’art, de la littérature, et de l’architecture, notamment la construction de la Cité Interdite et la restauration de la Grande Muraille de Chine. La dynastie Ming a également marqué une ère d’exploration maritime, symbolisée par les voyages de Zheng He. ↩︎
  4. Empire de Sriwijaya : Puissant thalassocratie basé sur l’île de Sumatra, en Indonésie, l’Empire de Sriwijaya a prospéré du 7e au 13e siècle. Il a dominé le commerce maritime dans l’Asie du Sud-Est, contrôlant les routes stratégiques et les détroits importants comme le détroit de Malacca. Sriwijaya est reconnu pour son rôle dans la propagation du bouddhisme et pour son influence culturelle et économique dans la région. ↩︎