Placman

Analyse de la lettre ouverte de George Washington Williams à Léopold II

Société

Analyse de la lettre ouverte de George Washington Williams à Léopold II

Par Mathieu N'DIAYE 25 avril 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Découvrez l’impact historique de la lettre ouverte de George Washington Williams à Léopold II, un document clé qui a mis en lumière les atrocités du colonialisme au Congo. Cet article explore le contexte, le contenu et les répercussions de la lettre, soulignant son rôle dans la lutte pour la justice et la dignité humaine face aux abus de pouvoir.

Dans une démarche audacieuse et révélatrice, George Washington Williams, figure marquante de l’histoire et de la politique américaine, adresse une lettre ouverte à Léopold II, le souverain de la Belgique, mettant en lumière les sombres réalités de l’État Indépendant du Congo. Cette correspondance, loin d’être une simple critique, se dresse comme un témoignage accablant des exactions et des injustices perpétrées sous le régime colonial belge.

À travers une exploration minutieuse de cette lettre, nous plongeons dans le contexte historique de l’époque, révélant les mécanismes et les conséquences d’une exploitation impitoyable. L’impact de ce document dépasse largement les frontières du Congo, ébranlant la conscience internationale et redéfinissant la perception globale du colonialisme.

Révélation des ombres du colonialisme

George Washington Williams, 1889.

En 1890, George Washington Williams, après un séjour édifiant dans l’État Indépendant du Congo, choisit de s’adresser directement à Léopold II, roi des Belges, par le biais d’une lettre ouverte. Cette démarche intervient dans un contexte où le Congo, sous prétexte de civilisation et de progrès, subit en réalité une exploitation et des abus inimaginables orchestrés par le régime colonial belge.

La lettre de Williams ne se contente pas de dénoncer ces atrocités ; elle agit comme un catalyseur, éveillant la conscience internationale aux horreurs cachées du colonialisme. À travers cet acte de bravoure, Williams expose sans filtre la réalité brutale de l’oppression et de l’exploitation des populations congolaises, marquant ainsi un tournant décisif dans la lutte contre l’injustice coloniale.

Les accusations implacables de George Washington Williams, une dissection de l’injustice au Congo

Peinture de George Washington Williams s’adressant à la législature de l’État de l’Ohio. Williams a été le premier Afro-Américain élu à la législature de l’État de l’Ohio, où il a siégé pendant un mandat, de 1880 à 1881.

Dans sa lettre ouverte à Léopold II, George Washington Williams dévoile avec une précision chirurgicale les sombres réalités de l’État Indépendant du Congo. Il commence par critiquer les méthodes déloyales employées pour manipuler les chefs africains, utilisant des tours de magie et des promesses vides pour les amener à signer des traités qui cèdent leurs terres et leurs droits. Williams souligne l’absence totale d’infrastructures essentielles, telles que les hôpitaux et les écoles, qui contraste fortement avec les promesses de progrès et de civilisation portées par le régime colonial.

La lettre poursuit avec une dénonciation des conditions de travail inhumaines imposées aux Africains, qui sont soumis à des traitements cruels et à une exploitation sans merci. Williams accuse directement Léopold II d’être à la tête d’un système qui viole massivement les droits humains, engageant le commerce des esclaves et menant des guerres brutales pour capturer davantage d’esclaves et de femmes, destinées à servir les officiers de son gouvernement.

Cette partie de la lettre met en lumière les pratiques abusives et les injustices perpétrées sous le régime de Léopold II, révélant une réalité terrifiante cachée derrière le voile de la mission civilisatrice. Williams, par ses mots, cherche non seulement à informer le roi des atrocités commises en son nom mais aussi à éveiller la conscience du monde face à l’urgence d’agir contre ces crimes contre l’humanité.

Dénonciation des horreurs coloniales

Voici la retranscription fidèle de la lettre ouverte poignante de George Washington Williams, qui dévoile sans filtre les horreurs perpétrées dans l’État Indépendant du Congo, adressée directement à Sa Majesté Léopold II, roi des Belges :

George Washington Williams, « Lettre ouverte à Sa Sérénissime Majesté Léopold II, Roi des Belges et Souverain de l’État indépendant du Congo par le Colonel, l’Honorable Geo. W. Williams, des États-Unis d’Amérique », 1890

Cher et grand ami,

J’ai l’honneur de soumettre à la considération de Votre Majesté quelques réflexions concernant l’État indépendant du Congo, fondées sur une étude et une inspection minutieuses du pays et du caractère du gouvernement personnel que vous avez établi sur le continent africain.

J’ai eu le grand plaisir de profiter de l’occasion qui m’a été offerte l’année dernière de visiter votre État en Afrique ; et combien j’ai été désenchanté, déçu et découragé, c’est maintenant mon douloureux devoir de le faire savoir à Votre Majesté dans un langage simple mais respectueux. Chaque accusation que je m’apprête à porter contre le gouvernement personnel de Votre Majesté au Congo a fait l’objet d’une enquête minutieuse ; une liste de témoins compétents et véridiques, de documents, de lettres, de dossiers officiels et de données a été fidèlement préparée, qui sera déposée auprès du secrétaire d’État aux affaires étrangères de Sa Majesté britannique, jusqu’à ce qu’une commission internationale puisse être créée avec le pouvoir de convoquer des personnes et des documents, de faire prêter serment et d’attester de la véracité ou de la fausseté des accusations portées contre moi.

Dans certains cas, M. HENRY M. STANLEY a envoyé un homme blanc, accompagné de quatre ou cinq soldats de Zanzibar, pour conclure des traités avec des chefs indigènes. L’argument principal était que le coeur de l’homme blanc s’était lassé des guerres et des rumeurs de guerre entre un chef et un autre, entre un village et un autre ; que l’homme blanc était en paix avec son frère noir et qu’il souhaitait « confédérer toutes les tribus africaines » pour la défense générale et le bien-être public. Tous les tours de passe-passe avaient été soigneusement répétés et il était maintenant prêt à travailler. Un certain nombre de piles électriques avaient été achetées à Londres et, attachées au bras sous le manteau, elles communiquaient avec une bande de ruban qui passait sur la paume de la main du frère blanc, et lorsque celui-ci donna au frère noir une poignée de main cordiale, le frère noir fut très surpris de trouver son frère blanc si fort qu’il faillit le renverser en lui donnant la main de la fraternité.

Lorsque l’indigène s’enquit de la disparité de force entre lui et son frère blanc, on lui répondit que l’homme blanc pouvait arracher des arbres et accomplir les exploits de force les plus prodigieux. Vient ensuite l’acte de la lentille. Le frère blanc tira de sa poche un cigare, en mordit négligemment le bout, tendit son verre vers le soleil et fuma complaisamment son cigare à la grande stupéfaction et à la terreur de son frère noir. L’homme blanc expliqua sa relation intime avec le soleil et déclara que s’il lui demandait de brûler le village de son frère noir, il le ferait.

Le troisième acte est le tour du pistolet. L’homme blanc prit un pistolet à percussion, déchira l’extrémité du papier qui retenait la poudre à la balle et versa la poudre et le papier dans le pistolet, tout en glissant la balle dans la manche du bras gauche. Un bouchon fut placé sur le mamelon du pistolet et le frère noir fut supplié de s’éloigner de dix mètres et de tirer sur son frère blanc pour démontrer son affirmation qu’il était un esprit et que, par conséquent, il ne pouvait pas être tué. Après maintes supplications, le frère noir vise son frère blanc, appuie sur la gâchette, l’arme se décharge, l’homme blanc se baisse … et prend la balle dans sa chaussure !

Par de tels moyens, trop stupides et dégoûtants pour être mentionnés, et quelques boîtes de gin, des villages entiers ont été cédés à votre Majesté.

Lorsque je suis arrivé au Congo, j’ai naturellement cherché à connaître les résultats de ce brillant programme : « soins encourageants », « entreprise bienveillante », « effort honnête et pratique » pour accroître les connaissances des indigènes « et assurer leur bien-être ». 1 n’avait jamais pu concevoir que des Européens établissent un gouvernement dans un pays tropical sans construire un hôpital ; et pourtant, de l’embouchure du fleuve Congo à sa source, ici à la septième cataracte, soit une distance de 1 448 milles, il n’y a pas un seul hôpital pour les Européens, et seulement trois hangars pour les Africains malades au service de l’État, qui ne sont pas dignes d’être occupés par un cheval. Les marins malades meurent fréquemment à bord de leurs navires à Banana Point ; et s’il n’y avait pas l’humanité de la Dutch Trading Company à cet endroit – qui a souvent ouvert son hôpital privé aux malades d’autres pays – beaucoup d’autres pourraient mourir.

Il n’y a pas un seul aumônier au service du gouvernement de Votre Majesté pour consoler les malades ou enterrer les morts. Vos hommes blancs tombent malades et meurent dans leurs quartiers ou sur la route des caravanes, et ont rarement droit à un enterrement chrétien. À quelques exceptions près, les chirurgiens du gouvernement de Votre Majesté ont été des hommes d’une grande compétence professionnelle, dévoués à leur devoir, mais généralement laissés avec peu de matériel médical et sans logement pour soigner leurs patients. Les soldats et les ouvriers africains du gouvernement de Votre Majesté sont moins bien lotis que les Blancs, parce qu’ils ont des logements plus pauvres, tout aussi mauvais que ceux des indigènes ; et dans les hangars, appelés hôpitaux, ils languissent sur un lit de perches de bambou, sans couvertures, sans oreillers et sans autre nourriture que celle qui leur est servie lorsqu’ils sont en bonne santé, à savoir du riz et du poisson.

Il n’y a eu, à ma connaissance absolue, aucun « effort honnête et pratique pour accroître leurs connaissances et assurer leur bien-être ». Le gouvernement de Votre Majesté n’a jamais dépensé un franc à des fins éducatives, ni institué un système pratique d’industrialisation. En fait, les mesures les plus impraticables ont été adoptées à l’encontre des indigènes dans presque tous les domaines ; et dans la capitale du gouvernement de Votre Majesté, à Boma, aucun indigène n’est employé. Le système de main-d’oeuvre est radicalement impraticable ; les soldats et les ouvriers du gouvernement de Votre Majesté sont très largement importés de Zanzibar au prix de 10 livres sterling par personne, et de Sierra Leone, Liberia, Accra et Lagos au prix de 1 livre sterling à 1/10 livre sterling par personne.

Ces recrues sont transportées dans des conditions plus cruelles que le bétail dans les pays européens. Ils mangent leur riz deux fois par jour en s’aidant de leurs doigts ; ils ont souvent soif d’eau lorsque la saison est sèche ; ils sont exposés à la chaleur et à la pluie et dorment sur les ponts humides et sales des navires, souvent si serrés qu’ils reposent dans des ordures humaines. Et, bien sûr, beaucoup meurent.

À leur arrivée au Congo, les survivants sont mis au travail comme ouvriers à raison d’un shilling par jour ; comme soldats, on leur promet seize shillings par mois, en monnaie anglaise, mais ils sont généralement payés en mouchoirs bon marché et en gin empoisonné. Les traitements cruels et injustes auxquels ces gens sont soumis sapent le moral de beaucoup d’entre eux, les amènent à se méfier du gouvernement de Votre Majesté et à le mépriser. Ce sont des ennemis, pas des patriotes.

Il y a de soixante à soixante-dix officiers de l’armée belge au service du gouvernement de Votre Majesté au Congo, dont une trentaine seulement sont à leur poste, l’autre moitié étant en Belgique en permission. Ces officiers perçoivent une double solde, en tant que militaires et en tant que civils. Il n’est pas de mon devoir de critiquer l’utilisation illégale et inconstitutionnelle de ces officiers au service de cet Etat africain. Une telle critique viendra avec plus d’élégance de la part de quelque homme d’État belge, qui se souviendra peut-être qu’il n’existe aucune relation constitutionnelle ou organique entre son gouvernement et la monarchie purement personnelle et absolue que Votre Majesté a établie en Afrique. Mais je prends la liberté de dire que beaucoup de ces officiers sont trop jeunes et inexpérimentés pour se voir confier la tâche difficile de traiter avec les races indigènes. Ils ignorent le caractère des indigènes, manquent de sagesse, de justice, de force d’âme et de patience. Ils ont éloigné les indigènes du gouvernement de votre Majesté, ont semé la discorde entre les tribus et les villages, et certains d’entre eux ont souillé l’uniforme de l’officier belge par des meurtres, des incendies criminels et des vols. D’autres officiers ont servi l’État avec loyauté et méritent l’estime de leur royal maître.

À partir de ces observations générales, je souhaite maintenant passer à des accusations spécifiques contre le gouvernement de votre Majesté.

PREMIÈREMENT – Le gouvernement de Votre Majesté n’a pas la force morale, militaire et financière nécessaire pour gouverner un territoire de 1.508.000 milles carrés, 7.251 milles de navigation et 31.694 milles carrés de surface lacustre. Il n’y a qu’un seul poste dans le bas Congo et un seul dans la région des cataractes. De Léopoldville à N’Gombe, sur une distance de plus de 300 miles, il n’y a pas un seul soldat ou civil. Pas un fonctionnaire d’Etat sur vingt ne connaît la langue des indigènes, bien qu’il édicte constamment des lois, difficiles même pour des Européens, et qu’il s’attende à ce que les indigènes les comprennent et y obéissent. Les indigènes se livrent à des actes de cruauté des plus stupéfiants : ils enterrent des esclaves vivants dans la tombe d’un chef décédé, ils coupent la tête des guerriers capturés lors de combats indigènes, et le gouvernement de votre Majesté ne fait aucun effort pour les empêcher. Entre 800 et 1000 esclaves sont vendus chaque année pour être mangés par les indigènes de l’Etat du Congo ; et des raids d’esclaves, accomplis par les agences les plus cruelles et les plus meurtrières, sont menés dans les limites territoriales du gouvernement de Votre Majesté, qui est impuissant. Il n’y a que 2 300 soldats au Congo.

DEUXIÈMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté a établi près de cinquante postes, composés de deux à huit esclaves-soldats mercenaires de la côte est. Il n’y a pas d’officier blanc dans ces postes ; ils sont sous la responsabilité des soldats noirs de Zanzibar, et l’Etat attend d’eux non seulement qu’ils subviennent à leurs besoins, mais aussi qu’ils fassent des razzias suffisantes pour nourrir les garnisons où sont stationnés les hommes blancs. Ces postes de pirates et de flibustiers obligent les indigènes à leur fournir du poisson, des chèvres, des volailles et des légumes à la bouche de leurs mousquets ; et chaque fois que les indigènes refusent de nourrir ces vampires, ils le signalent au poste principal et des officiers blancs viennent avec un corps expéditionnaire et brûlent les maisons des indigènes. Ces soldats noirs, dont beaucoup sont des esclaves, exercent le pouvoir de vie et de mort. Ils sont ignorants et cruels, car ils ne comprennent pas les indigènes ; ils leur sont imposés par l’État. Ils ne font aucun rapport sur le nombre de vols qu’ils commettent, ni sur le nombre de vies qu’ils prennent ; ils sont seulement tenus de subsister sur les indigènes et de soulager ainsi le gouvernement de votre Majesté du coût de leur alimentation. Ils sont le plus grand fléau dont souffre actuellement le pays.

TROISIÈMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté est coupable de violer les contrats qu’il a conclus avec ses soldats, ses mécaniciens et ses ouvriers, dont beaucoup sont sujets d’autres gouvernements. Leurs lettres ne parviennent jamais à la maison.

QUATRIÈMEMENT – Les tribunaux du gouvernement de Votre Majesté sont inefficaces, injustes, partiaux et délinquants. J’ai été personnellement témoin et j’ai examiné leurs opérations maladroites. Les lois imprimées et diffusées en Europe « pour la protection des noirs » au Congo, sont une lettre morte et une fraude. J’ai entendu un officier de l’armée belge plaider la cause d’un Blanc de basse condition coupable d’avoir battu et poignardé un Noir, et faire valoir les distinctions et les préjugés raciaux comme des raisons bonnes et suffisantes pour que son client soit jugé innocent. Je connais des prisonniers qui sont restés en détention pendant six et dix mois parce qu’ils n’avaient pas été jugés. J’ai vu le serviteur blanc du Gouverneur Général, CAMILLE JANSSEN, découvert en train de voler une bouteille de vin sur la table d’un hôtel. Quelques heures plus tard, le Procureur général a fouillé sa chambre et a trouvé de nombreuses autres bouteilles de vin volées et d’autres objets, qui ne sont pas la propriété des domestiques. Personne ne peut être poursuivi dans l’Etat du Congo sans un ordre du Gouverneur Général, et comme il a refusé que son serviteur soit arrêté, rien n’a pu être fait. Les serviteurs noirs de l’hôtel où le vin avait été volé avaient été souvent accusés et battus pour ces vols, et ils étaient heureux de pouvoir se justifier. Mais à la surprise de tous les honnêtes gens, le voleur a été protégé par le gouverneur général du gouvernement de votre Majesté.

CINQUIÈMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté est excessivement cruel envers ses prisonniers, les condamnant, pour les moindres délits, à la chaîne de bœufs, dont on ne voit l’équivalent dans aucun autre gouvernement du monde civilisé ou non civilisé. Souvent ces chaînes de bœuf rongent le cou des prisonniers et produisent des plaies autour desquelles les mouches tournent, aggravant la plaie qui coule ; le prisonnier est donc constamment inquiet. Ces pauvres créatures sont fréquemment battues avec un morceau de peau d’hippopotame séché, appelé « chicote », et le sang coule généralement à chaque coup lorsqu’il est bien appliqué. Mais les cruautés infligées aux soldats et aux ouvriers ne sont pas comparables aux souffrances des pauvres indigènes qui, sous le moindre prétexte, sont jetés dans les misérables prisons de l’Upper River. Je ne peux pas parler des dimensions de ces prisons dans cette lettre, mais je le ferai dans mon rapport à mon gouvernement.

SIXIÈMEMENT – Des femmes sont importées dans le gouvernement de votre Majesté à des fins immorales. Elles sont introduites par deux méthodes : des hommes noirs sont envoyés sur la côte portugaise où ils engagent ces femmes comme maîtresses d’hommes blancs, qui paient au proxénète une somme mensuelle. L’autre méthode consiste à capturer des femmes indigènes et à les condamner à sept ans de servitude pour un crime imaginaire contre l’État dont les villages de ces femmes sont accusés. L’État loue ensuite ces femmes au plus offrant, les officiers ayant le premier choix, puis les hommes. Lorsque des enfants naissent de ces relations, l’Etat soutient que les femmes étant sa propriété, l’enfant lui appartient également. Il y a peu de temps, un commerçant belge a eu un enfant d’une esclave de l’Etat et il a essayé d’en obtenir la possession pour pouvoir l’éduquer, mais le chef de la station où il résidait a refusé de se laisser attendrir par ses supplications. Il finit par faire appel au gouverneur général, qui lui donna la femme et le commerçant obtint ainsi l’enfant. Il s’agissait cependant d’un cas inhabituel de générosité et de clémence ; et il n’y a qu’un seul poste que je connaisse où l’on ne trouve pas d’enfants d’officiers civils et militaires du gouvernement de Votre Majesté abandonnés à la dégradation ; des hommes blancs amenant leur propre chair et leur propre sang sous le fouet d’un maître des plus cruels, l’État du Congo.

SEPTIEMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté est engagé dans le commerce, en concurrence avec les sociétés commerciales organisées de Belgique, d’Angleterre, de France, du Portugal et de Hollande. Il taxe toutes les sociétés commerciales, exonère ses propres marchandises des droits d’exportation et fait de nombre de ses fonctionnaires des négociants en ivoire, avec la promesse d’une commission généreuse sur tout ce qu’ils peuvent acheter ou obtenir pour l’État. Les soldats de l’Etat patrouillent dans de nombreux villages, interdisant aux autochtones de commercer avec qui que ce soit d’autre qu’un fonctionnaire de l’Etat, et lorsque les autochtones refusent d’accepter le prix de l’Etat, leurs marchandises sont saisies par le gouvernement qui leur a promis sa « protection ». Lorsque les indigènes ont persisté à commercer avec les sociétés commerciales, l’État a puni leur indépendance en brûlant les villages situés à proximité des maisons de commerce et en chassant les indigènes.

HUITIEMEMENT. -Le gouvernement de Votre Majesté a violé l’Acte général de la Conférence de Berlin en tirant sur des canoës indigènes, en confisquant les biens des indigènes, en intimidant les commerçants indigènes et en les empêchant de commercer avec les compagnies commerciales blanches, en casernant des troupes dans les villages indigènes alors qu’il n’y a pas de guerre ; en obligeant les navires allant de « Stanley-Pool » à « Stanley-Falls » à interrompre leur voyage et à quitter le Congo, à remonter la rivière Aruhwimi jusqu’à Basoko, à être visités et à montrer leurs papiers ; en interdisant à un vapeur de mission de battre son pavillon national sans la permission d’un gouvernement local ; en permettant aux indigènes de faire le commerce des esclaves, et en se livrant au commerce des esclaves en gros et au détail lui-même.

NEUVIÈMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté a été, et est encore, coupable de mener des guerres injustes et cruelles contre les indigènes, dans l’espoir d’obtenir des esclaves et des femmes pour répondre aux demandes des fonctionnaires de votre gouvernement. Dans ces raids de chasse aux esclaves, un village est armé par l’État contre l’autre, et la force ainsi obtenue est incorporée aux troupes régulières. Je n’ai pas de termes adéquats pour décrire à Votre Majesté les actes brutaux de vos soldats lors de ces raids. Les soldats qui ouvrent le combat sont généralement des Bangalas sanguinaires et cannibales, qui ne font pas de quartier à la grand-mère âgée ou à l’enfant au sein de sa mère. Il est arrivé qu’ils apportent les têtes de leurs victimes à leurs officiers blancs sur les bateaux d’expédition, et qu’ils mangent ensuite les corps des enfants tués. Au cours d’une guerre, deux officiers de l’armée belge ont vu, depuis le pont de leur bateau, un indigène dans un canoë à une certaine distance. Il n’était pas un combattant et ignorait le conflit qui se déroulait sur le rivage, à une certaine distance. Les officiers parient 5 livres sterling qu’ils peuvent atteindre l’indigène avec leurs fusils. Trois coups de feu furent tirés et l’indigène tomba mort, transpercé à la tête, et le canoë de commerce fut transformé en chaland funéraire et flotta silencieusement sur le fleuve.

DIXIÈMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté se livre à la traite des esclaves, en gros et au détail. Il achète, vend et vole des esclaves. Le gouvernement de Votre Majesté donne 3 livres sterling par tête pour les esclaves valides destinés au service militaire. Les officiers des postes principaux obtiennent les hommes et reçoivent l’argent lorsqu’ils sont transférés à l’État ; mais il y a des intermédiaires qui ne reçoivent que de vingt à vingt-cinq francs par tête. Trois cent seize esclaves ont été envoyés sur le fleuve récemment, et d’autres vont suivre. Ces pauvres indigènes sont envoyés à des centaines de kilomètres de leurs villages, pour servir parmi d’autres indigènes dont ils ne connaissent pas la langue. Lorsque ces hommes s’enfuient, une récompense de 1 000 N’taka est offerte. Il n’y a pas si longtemps, un esclave repris recevait cent « chikote » par jour jusqu’à ce qu’il meure. Trois cents N’taka – brassrod – est le prix que l’Etat paie pour un esclave, lorsqu’il est acheté à un indigène. La main-d’œuvre des stations du gouvernement de Votre Majesté dans le Haut Fleuve est composée d’esclaves de tous âges et des deux sexes.

ONZIÈMEMENT – Le gouvernement de Votre Majesté a conclu un contrat avec le gouverneur arabe de cet endroit pour l’établissement d’une ligne de postes militaires depuis la septième cataracte jusqu’au lac Tanganyika, territoire sur lequel Votre Majesté n’a pas plus de droits que je n’en ai d’être commandant en chef de l’armée belge. Pour ce travail, le gouverneur arabe doit recevoir cinq cents pièces d’armes, cinq mille barils de poudre et 20 000 livres sterling, à payer en plusieurs versements. Au moment où j’écris ces lignes, j’apprends que ce matériel de guerre, si précieux et si longtemps recherché, sera déchargé à Basoko et que le résident de cette ville aura toute latitude pour le distribuer. Les Arabes ressentent un profond mécontentement et semblent avoir l’impression qu’on se moque d’eux. L’Europe et l’Amérique peuvent juger de l’importance de ce mouvement sans aucun commentaire de ma part, en particulier l’Angleterre.

DOUZIÈMEMENT – Les agents du gouvernement de Votre Majesté ont donné une fausse image du Congo et du chemin de fer congolais. M. H. M. STANLEY, l’homme qui a été votre principal agent pour établir votre autorité dans ce pays, a grossièrement déformé le caractère du pays. Au lieu d’être fertile et productif, il est stérile et improductif. Les indigènes peuvent à peine subsister grâce à la vie végétale produite dans certaines parties du pays. Cette situation ne changera pas tant que l’Européen n’aura pas enseigné aux indigènes la dignité, l’utilité et la bénédiction du travail. Il n’y a pas d’amélioration parmi les indigènes, parce qu’il y a un fossé infranchissable entre eux et le gouvernement de votre Majesté, un fossé qui ne pourra jamais être comblé. Le nom de HENRY M. STANLEY fait frémir ces gens simples lorsqu’on l’évoque ; ils se souviennent de ses promesses non tenues, de ses grossièretés, de son caractère emporté, de ses coups durs, de ses mesures sévères et rigoureuses, par lesquelles ils ont été spoliés de leurs terres. Sa dernière apparition au Congo produisit une profonde sensation parmi eux, lorsqu’il conduisit 500 soldats de Zanzibar avec 300 partisans du camp en route pour soulager EMIN PASHA. Ils pensaient qu’il s’agissait d’une soumission complète et ils se sont enfuis dans la confusion. Mais la seule chose qu’ils trouvèrent dans le sillage de sa marche fut la misère. Aucun homme blanc ne commandait sa colonne arrière, et ses troupes ont été laissées à l’abandon, malades et mourantes ; leurs ossements ont été dispersés sur plus de deux cents miles de territoire.

CONCLUSIONS

Face à la tromperie, à la fraude, aux vols, aux incendies criminels, aux meurtres, à la traite des esclaves et à la politique générale de cruauté du gouvernement de Votre Majesté à l’égard des indigènes, se dresse le bilan d’une patience, d’une longanimité et d’un esprit de pardon inégalés, qui font rougir la civilisation dont se targue le gouvernement de Votre Majesté et la religion qu’il professe. En treize ans, un seul Blanc a perdu la vie aux mains des indigènes, et deux Blancs seulement ont été tués au Congo. Le major Barttelot a été abattu par un soldat de Zanzibar, et le capitaine d’un bateau de commerce belge a été victime de son propre traitement irréfléchi et injuste d’un chef indigène.

Tous les crimes perpétrés au Congo l’ont été en votre nom, et vous devez répondre devant la barre du sentiment public du mauvais gouvernement d’un peuple dont la vie et la fortune vous ont été confiées par l’auguste Conférence de Berlin, 1884-1 885. J’en appelle maintenant aux puissances qui ont confié ce jeune État à la charge de Votre Majesté, et aux grands États qui lui ont donné une existence internationale, et dont vous avez méprisé et piétiné la loi majestueuse, pour qu’ils convoquent et créent une Commission internationale chargée d’enquêter sur les accusations portées ici au nom de l’humanité, du commerce, d’un gouvernement constitutionnel et de la civilisation chrétienne.

Je fonde cet appel sur les termes de l’article 36 du chapitre VII de l’Acte général de la Conférence de Berlin, dans lequel cette auguste assemblée d’Etats souverains s’est réservé le droit « d’y introduire ultérieurement et d’un commun accord les modifications ou améliorations dont l’expérience aura démontré l’utilité ».

J’en appelle au peuple belge et à son gouvernement constitutionnel, si fier de ses traditions, riche du chant et de l’histoire de ses champions de la liberté humaine, et si jaloux de sa position actuelle dans la fraternité des Etats européens, pour qu’il se lave de l’imputation des crimes dont l’Etat personnel de Votre Majesté, le Congo, est pollué.

J’en appelle aux sociétés antiesclavagistes de toutes les parties de la chrétienté, aux philanthropes, aux chrétiens, aux hommes d’État et à la grande masse des gens partout dans le monde, pour demander aux gouvernements d’Europe de hâter la fin de la tragédie que la monarchie illimitée de Votre Majesté est en train de jouer au Congo.

J’en appelle à notre Père céleste, dont le service est un amour parfait, pour témoigner de la pureté de mes motifs et de l’intégrité de mes objectifs ; et j’en appelle à l’histoire et à l’humanité pour qu’elles démontrent et justifient la véracité de l’accusation que j’ai brièvement exposée ici.

Et tout cela sur la parole d’honneur d’un gentleman, je me présente comme l’humble et obéissant serviteur de Votre Majesté,

GEO. W. WILLIAMS

Stanley Falls, Afrique centrale,
18 juillet 1890.

Un appel intemporel à la justice et à l’humanité

La dénonciation de George Washington Williams a servi de catalyseur pour un changement de perspective mondiale sur les pratiques coloniales en Afrique. En exposant les atrocités commises sous le régime de Léopold II dans l’État Indépendant du Congo, Williams a non seulement attiré l’attention internationale sur les souffrances des populations colonisées mais a également initié un mouvement global en faveur de la réforme coloniale.

La lettre ouverte de George Washington Williams à Léopold II se dresse comme un témoignage des horreurs du colonialisme et un plaidoyer inébranlable pour la justice et la dignité humaine. À travers les âges, elle continue de résonner comme un rappel poignant de notre responsabilité collective envers la transparence, l’équité et le respect des droits humains dans toutes les sphères de gouvernance. Ce document historique, par sa critique sans concession des abus coloniaux, inspire encore aujourd’hui les mouvements pour la justice sociale et la reconnaissance des injustices passées, soulignant l’importance cruciale de la mémoire historique dans la construction d’un avenir plus juste et plus humain.