Placman

Henrietta Lacks : la révélation des cellules HeLa et son héritage éthique dans la science

Culture

Henrietta Lacks : la révélation des cellules HeLa et son héritage éthique dans la science

Par Charlotte Dikamona 25 avril 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Découvrez l’histoire extraordinaire de Henrietta Lacks, dont les cellules HeLa ont révolutionné la recherche médicale. Cet article explore son impact durable, les défis éthiques soulevés, et la reconnaissance posthume de ses contributions.

L’histoire de Henrietta Lacks est une narration profonde qui entremêle les thèmes de l’éthique médicale, de l’inégalité raciale et des contributions non reconnues d’une femme afro-américaine dont les cellules sont devenues l’un des outils les plus importants de la recherche médicale moderne. Explorons les chapitres significatifs de sa vie, la découverte des cellules HeLa et l’impact continu ainsi que la reconnaissance de ses contributions.

Jeunesse et défis familiaux d’Henrietta Lacks

Née Loretta Pleasant le 1er août 1920 à Roanoke, Virginie, Henrietta Lacks a rencontré des défis dès le début de sa vie. Orpheline de mère dès l’âge de quatre ans, elle a été élevée par son grand-père dans une humble demeure, un ancien logement d’esclaves à Clover, Virginie. L’enfance de Henrietta a été marquée par un travail précoce dans les champs de tabac et une éducation dans une école ségrégée, limitée jusqu’à la sixième année seulement.

En 1935, alors qu’elle n’avait que quinze ans, Henrietta a donné naissance à son premier enfant, conçu avec son cousin et futur époux, David « Day » Lacks. Le couple s’est uni officiellement en 1941 et, cherchant de meilleures perspectives, a déménagé à Baltimore, Maryland, quelques années plus tard. Ce changement marquait le début d’une nouvelle phase dans leur vie, espérant des opportunités économiques plus favorables loin des contraintes rurales de la Virginie.

La révolutionnaire découverte des cellules HeLa

En début d’année 1951, Henrietta Lacks s’est présentée à l’hôpital Johns Hopkins pour un traitement concernant ce qui a été diagnostiqué comme un cancer du col de l’utérus. Durant ce processus, et sans le consentement ni même la connaissance d’Henrietta, des médecins ont prélevé des échantillons de ses cellules cervicales. Ce prélèvement a conduit à une découverte sans précédent dans le domaine de la recherche médicale.

Ces cellules, une fois en laboratoire, ont montré une capacité exceptionnelle à se diviser et à se multiplier indéfiniment. George Otto Gey, le scientifique responsable de leur étude, a nommé cette lignée cellulaire HeLa, en utilisant les deux premières lettres du prénom et du nom de Henrietta Lacks. Les cellules HeLa se sont distinguées comme les premières cellules humaines à être clonées avec succès, jouant un rôle crucial dans d’innombrables avancées médicales, notamment dans le développement du vaccin contre la polio.

Cette découverte a non seulement marqué un tournant dans la recherche biomédicale mais a également soulevé d’importantes questions éthiques concernant le consentement des patients et l’utilisation de leur matériel biologique. L’histoire des cellules HeLa reste une pièce centrale dans les débats sur les droits des patients et l’éthique en recherche médicale.

Défis éthiques et juridiques posés par l’utilisation des cellules HeLa

L’histoire des cellules HeLa a mis en lumière des problématiques éthiques et juridiques majeures au sein de la recherche médicale. Les cellules prélevées à Henrietta Lacks ont été utilisées sans son consentement explicite, soulevant ainsi d’importantes questions sur les droits des patients et le consentement éclairé. Ce cas a été exacerbé par le fait que la famille de Henrietta n’a été informée de l’existence de la lignée cellulaire HeLa qu’en 1975, longtemps après que ses cellules soient devenues inestimables pour la science.

De plus, ni Henrietta ni sa famille n’ont reçu de compensation financière pour l’utilisation commerciale des cellules HeLa, malgré les profits substantiels générés par leurs applications médicales. Cette situation a exposé les lacunes dans la régulation des pratiques médicales et scientifiques, notamment en ce qui concerne l’exploitation des échantillons biologiques.

Cette affaire a été un catalyseur pour le débat public et a grandement influencé les politiques de consentement médical. Elle a conduit à un examen plus approfondi de l’éthique dans la recherche médicale et a poussé à des réformes pour mieux protéger les droits des individus, garantissant que les contributions des patients à la science soient reconnues et respectées de manière éthique.

Reconnaissance posthume et héritage durable d’Henrietta Lacks

Photograph by Eli Pousson, 2019 August 7.

Les contributions inestimables de Henrietta Lacks à la science médicale ont été largement reconnues, bien que plusieurs décennies après sa mort. Des institutions de renom comme la Morehouse School of Medicine et l’Université Johns Hopkins ont mis en place des programmes et des événements pour honorer sa mémoire et souligner son impact significatif.

Son histoire remarquable a également captivé le grand public et a été mise en lumière dans des œuvres de la culture populaire. Le livre à succès de Rebecca Skloot, « La Vie immortelle d’Henrietta Lacks« , et son adaptation cinématographique produite par HBO et mettant en vedette Oprah Winfrey, ont joué un rôle crucial dans la diffusion de son récit.

Ces œuvres ont non seulement éduqué le public sur l’importance scientifique des cellules HeLa mais ont également soulevé des questions essentielles sur l’éthique médicale.

De plus, l’héritage de Henrietta Lacks a été célébré de diverses manières, notamment par l’érection de statues et le baptême de bâtiments scolaires en son nom, affirmant ainsi son influence durable dans les domaines de la science médicale et de l’éthique.

Ces hommages symbolisent la reconnaissance croissante de sa contribution, non seulement dans le milieu scientifique mais aussi dans la société en général.

L’héritage de Henrietta Lacks témoigne de l’impact profond qu’une seule vie peut avoir sur la science et l’éthique. Son histoire offre des leçons cruciales sur l’importance du consentement et de la reconnaissance dans la recherche médicale, nous rappelant les histoires humaines derrière les avancées scientifiques. Les cellules de Henrietta continuent de contribuer à la recherche médicale, fournissant des données inestimables qui profitent à l’humanité dans le monde entier. Son récit est un puissant rappel de la nécessité de considérations éthiques dans la poursuite de la connaissance scientifique.