Placman

Excuses pour l’esclavage : quels pays reconnaissent leurs torts ?

Société

Excuses pour l’esclavage : quels pays reconnaissent leurs torts ?

Par Mathieu N'DIAYE 11 janvier 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Nofi vous propose d’explorer comment différents pays, du Royaume-Uni à l’Allemagne, reconnaissent leur passé d’esclavage et de colonisation (ou pas). Découvrez l’importance des excuses officielles et de la réconciliation dans le processus de guérison historique. Un regard approfondi sur la responsabilité et la réparation dans un contexte mondial.

Introduction

L’histoire de l’esclavage et de la colonisation représente des chapitres sombres et douloureux dans le récit mondial. Ces périodes, marquées par l’oppression et l’exploitation, ont laissé des cicatrices profondes qui continuent d’influencer les sociétés contemporaines. Reconnaître et comprendre cette histoire est fondamental pour la guérison et la réconciliation entre les peuples. C’est dans cet esprit que certains pays ont commencé à faire face à leur passé, en présentant officiellement des excuses pour leur rôle dans ces tragédies historiques.

Dans cet article, Nofi se propose d’explorer les nations qui ont franchi ce pas significatif. Nous examinerons les contextes et les motivations derrière ces excuses (ou ces larmes de crocodiles ?), ainsi que leur impact sur les communautés affectées et sur la scène internationale.

I. Le Royaume-Uni et la traite transatlantique des esclaves

Traite des esclaves, gravure sur papier de John Raphael Smith d’après George Morland, 1762-1812 ; au Rijksmuseum, Amsterdam.

Contexte historique de l’implication britannique

Le Royaume-Uni a joué un rôle majeur dans la traite transatlantique des esclaves1, une période sombre où des millions d’Africains ont été déportés et asservis. Du XVIe au XIXe siècle, les navires britanniques ont transporté environ 3,1 millions d’esclaves africains vers les Amériques, ce qui représente environ 35% du total du commerce transatlantique des esclaves. Cette pratique a non seulement causé d’immenses souffrances humaines, mais a également contribué de manière significative à l’économie britannique de l’époque, en particulier dans les industries du sucre, du tabac et du coton.

Déclarations et regrets officiels du gouvernement britannique

Face à cette histoire, le gouvernement britannique a pris des mesures pour reconnaître officiellement son rôle dans la traite des esclaves. En 2006, l’ancien Premier ministre Tony Blair2 a exprimé des regrets pour la souffrance causée par la traite transatlantique des esclaves :

« Il est difficile de croire que ce qui serait aujourd’hui un crime contre l’humanité était légal à l’époque. (…) Je crois que le bicentenaire nous offre l’occasion non seulement de dire à quel point la traite des esclaves était une honte profonde – comment nous condamnons totalement son existence et louons ceux qui ont lutté pour son abolition – mais aussi d’exprimer notre profonde tristesse qu’elle ait pu avoir lieu et de nous réjouir des temps meilleurs que nous vivons aujourd’hui ».

« Blair ‘sorrow’ over slave trade« , bbc.co.uk, 27 novembre 2006

Bien que cette déclaration n’ait pas été une excuse formelle, elle a marqué une étape importante dans la reconnaissance du passé. Plus tard, en 2007, lors du bicentenaire de l’abolition de la traite des esclaves, d’autres déclarations officielles ont été faites, reconnaissant l’atrocité de cette période et l’impact durable qu’elle a eu sur les communautés africaines et diasporiques3. Beaucoup d’entre nous ont accueilli cette déclaration avec scepticisme, ressentant peut-être que ces mots n’étaient pas suffisants pour compenser des siècles de souffrances et d’exploitation.

II. La France et la reconnaissance de l’esclavage comme crime

La loi Taubira et la reconnaissance française

En France, un pas significatif vers la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité a été franchi avec l’adoption de la loi Taubira en 20014. Cette loi, nommée d’après Christiane Taubira5, alors députée de la Guyane, marque une étape historique. D’une part, elle reconnaît l’esclavage et la traite négrière comme un crime contre l’humanité :

« La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité.« 

Article 1er de la loi du 21 mai 2001 (J. O. R. F. no 119 du 23 mai 2001, page 8175) dite « loi Taubira ».

D’autre part, la loi impose également l’enseignement de cette histoire dans les écoles françaises :

« Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent. La coopération qui permettra de mettre en articulation les archives écrites disponibles en Europe avec les sources orales et les connaissances archéologiques accumulées en Afrique, dans les Amériques, aux Caraïbes et dans tous les autres territoires ayant connu l’esclavage sera encouragée et favorisée.« 

Article 4 de la loi du 21 mai 2001 (J. O. R. F. no 119 du 23 mai 2001, page 8175) dite « loi Taubira ».

Cette loi a été un tournant, car elle a officiellement intégré dans le discours national la gravité de l’esclavage et de la traite des Noirs, soulignant leur impact dévastateur sur des millions de vies.

Débats et implications actuelles en France

La loi Taubira a ouvert la voie à des débats plus larges en France sur la manière de traiter le passé colonial et esclavagiste du pays. Ces discussions portent non seulement sur l’éducation et la mémoire, mais aussi sur des questions de réparations et de justice pour les descendants des esclaves. Bien que la loi ait été un pas en avant, elle a également suscité des controverses et des débats sur son application et sur la manière dont la France devrait gérer son héritage colonial.

III. La Belgique et son passé colonial au Congo

Aperçu de la colonisation belge au Congo

La Belgique a une histoire coloniale particulièrement marquée par sa domination sur le Congo6, qui a débuté à la fin du XIXe siècle et s’est poursuivie jusqu’à l’indépendance du Congo en 1960. Cette période est caractérisée par une exploitation brutale et des abus de droits humains à grande échelle, notamment sous le règne du roi Léopold II7, qui a traité le Congo comme sa propriété personnelle. Les politiques coloniales belges ont entraîné des souffrances et des humiliations immenses pour les populations congolaises.

Excuses officielles et leur impact

En 2020, dans un geste historique, le roi Philippe de Belgique8 a exprimé ses « plus profonds regrets » pour les actes de violence et de cruauté commis pendant la période coloniale au Congo :

« Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore présentes dans nos sociétés ».

AFP, « Le roi des Belges exprime des « regrets » pour le passé colonial en RDC« , 30 juin 2020

Mais des regrets ne constituent pas une excuse formelle, ils représentent au mieux une reconnaissance significative du passé douloureux et un pas vers la « réconciliation ». Cependant, ces déclarations ont également suscité des débats sur la nécessité de mesures plus concrètes, telles que des réparations ou des politiques visant à rectifier les inégalités héritées de cette époque.

IV. Les Pays-Bas et leur héritage du commerce des esclaves

Navires de la Compagnie des Indes hollandaise, passage du Cap de Bonne Espérance, 1762 © Wikimedia commons, domaine public

Rôle des Pays-Bas dans le commerce transatlantique des esclaves

Les Pays-Bas ont joué un rôle crucial dans le commerce transatlantique des esclaves, en particulier au XVIIe et XVIIIe siècles. La Compagnie néerlandaise des Indes occidentales9 et d’autres entités commerciales néerlandaises ont été parmi les principaux transporteurs d’esclaves africains vers les Amériques. Les navires néerlandais ont transporté des centaines de milliers d’esclaves, contribuant ainsi de manière significative à l’économie de l’époque, tout en infligeant d’énormes souffrances humaines. Cette période a laissé des traces profondes dans les régions touchées par la traite des esclaves.

Excuses récentes du gouvernement néerlandais

En décembre 2020, le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte10 a franchi une étape importante en présentant des excuses officielles pour le rôle du pays dans le commerce des esclaves.

« Aujourd’hui, je présente des excuses au nom du gouvernement néerlandais pour les actions de l’État néerlandais dans le passé : à titre posthume à tous les esclaves du monde entier qui ont souffert de cet acte. À leurs filles et fils et à tous leurs descendants (…). Nous ne pouvons que reconnaître et condamner l’esclavage dans les termes les plus clairs comme un crime contre l’humanité. »

M.L (avec AFP), « Les Pays-Bas présentent des excuses officielles pour leur rôle dans l’esclavage« , tf1info.fr, 19 décembre 2022.

Le chef du gouvernement néerlandais ajoutera :

« Des personnes ont été transformées en marchandise. La dignité humaine a été foulée aux pieds, d’une manière horrible ».

M.L (avec AFP), « Les Pays-Bas présentent des excuses officielles pour leur rôle dans l’esclavage« , tf1info.fr, 19 décembre 2022.

Il continuera en répétant « Je m’excuse«  en anglais, en sranan (créole surinamien) et en papiamento (créole des Antilles néerlandaises). 

Cette reconnaissance a été vue comme un moment crucial dans l’histoire des Pays-Bas, reflétant une prise de conscience et une volonté de faire face à ce passé douloureux. Ces excuses ont été accompagnées de discussions sur la manière dont le pays peut contribuer à la guérison et à la réparation, notamment à travers l’éducation et la commémoration.

V. Le Portugal et son rôle dans le commerce des esclaves

Peinture d’un marché d’esclaves dans le Brésil portugais par Jean-Baptiste Debret d’après une gravure originale du XIXe siècle de Johann Moritz Rugendas.

Histoire du Portugal dans le commerce des esclaves

Le Portugal a été l’un des premiers et des plus actifs participants au commerce transatlantique des esclaves. Dès le XVe siècle, les Portugais ont commencé à explorer la côte africaine, établissant des routes commerciales qui deviendraient plus tard centrales dans le commerce des esclaves. Ils ont joué un rôle crucial dans le déplacement de millions d’Africains vers l’Amérique et l’Europe, une entreprise qui a eu des répercussions profondes et durables sur le continent africain. L’implication du Portugal dans la traite des esclaves a non seulement façonné son économie et sa société, mais a également laissé des cicatrices durables sur les cultures et les populations africaines.

Reconnaissance et déclarations actuelles

6 novembre 2017 ; António Costa, Premier ministre, gouvernement du Portugal, au Venture Summit Content pendant le Web Summit 2017 au Convento De Beato à Lisbonne. Photo par Diarmuid Greene/Web Summit via Sportsfile

Récemment, le Portugal a commencé à reconnaître plus ouvertement son rôle dans le commerce des esclaves. Nous retiendrons notamment les propos du président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, en marge de la commémoration annuelle de la Révolution portugaise des œillets de 1974 :

« S’excuser est parfois ce qu’il y a de plus simple : vous vous excusez, puis vous tournez le dos et le boulot est fait ! »

« Le Portugal doit-il s’excuser pour son rôle dans l’esclavage ?« , radiofrance.fr, 27 avril 2023.

Des déclarations publiques et des initiatives éducatives ont été mises en place pour sensibiliser le public à cette partie de l’histoire portugaise. Bien que le pays n’ait pas encore présenté d’excuses formelles, ces efforts représentent des pas importants vers la reconnaissance et la compréhension de l’impact de la traite des esclaves. Le débat sur la manière dont le Portugal devrait aborder cette question de manière plus complète et réparatrice est toujours en cours, avec des appels croissants pour une reconnaissance plus profonde et des mesures de réparation.

VI. L’Espagne et sa relation complexe avec le colonialisme

Histoire coloniale de l’Espagne

L’Espagne, l’une des premières puissances coloniales européennes, a une histoire complexe et profondément enracinée dans le colonialisme. Dès le 15ème siècle, avec les voyages de Christophe Colomb, l’Espagne a établi un vaste empire colonial11, s’étendant de l’Amérique latine à certaines parties de l’Afrique, de l’Asie et même de l’Océanie. Cette période a été marquée par la conquête, l’exploitation des ressources naturelles et humaines, et l’imposition de la domination culturelle et religieuse espagnole. L’esclavage a également joué un rôle dans les colonies espagnoles, bien que son histoire et son impact diffèrent de ceux du commerce transatlantique des esclaves mené par d’autres puissances européennes.

Position actuelle de l’Espagne sur les excuses

La position de l’Espagne concernant les excuses pour son passé colonial reste complexe et quelque peu ambivalente. Contrairement à certains de ses homologues européens, l’Espagne n’a pas encore présenté d’excuses formelles pour les actions et les politiques menées pendant sa période coloniale. Cette réticence peut être attribuée à divers facteurs, notamment la manière dont l’histoire coloniale est perçue et enseignée en Espagne, ainsi qu’aux implications politiques et diplomatiques d’une telle démarche.

VII. L’Italie et ses excuses pour la colonisation de la Libye

Contexte de la colonisation italienne en Libye

L’histoire de la colonisation italienne en Libye12, débutant en 1911 et se poursuivant jusqu’à l’après Seconde Guerre mondiale, est marquée par des périodes de conflit intense et de répression brutale. L’Italie, cherchant à établir son empire colonial, a imposé sa domination sur la Libye par des moyens militaires et politiques, entraînant des pertes humaines considérables et des déplacements massifs de populations. Cette période a également vu l’application de politiques de ségrégation raciale et l’exploitation économique du territoire libyen, laissant des cicatrices profondes qui ont affecté les relations italo-libyennes pendant des décennies.

Excuses formelles de l’Italie et leur signification

MUAMMAR AL GHEDDAFI SILVIO BERLUSCONI

En 2008, dans un geste historique, l’Italie, sous la direction du Premier ministre Silvio Berlusconi13, a présenté des excuses formelles à la Libye pour les souffrances infligées pendant la période coloniale :

« Il est de mon devoir, en tant que chef du gouvernement, de vous exprimer au nom du peuple italien notre regret et nos excuses pour les blessures profondes que vous nous avons causées »

« L’Italie présente ses excuses à la Libye pour la colonisation« , france24.com, 30 août 2008.

Ces excuses ont été accompagnées d’un accord de réparation, incluant des investissements et des compensations financières. Ce moment a été significatif non seulement en termes de reconnaissance du passé douloureux, mais aussi comme un effort pour améliorer les relations bilatérales et promouvoir la coopération future. Les excuses de l’Italie ont été un exemple de la manière dont les nations peuvent s’engager dans un processus de réconciliation et de réparation pour les injustices historiques.

VIII. L’Allemagne et le génocide des Herero et Namaqua

Le génocide en Namibie sous la colonisation allemande

L’histoire coloniale de l’Allemagne en Namibie est marquée par un épisode tragique et brutal : le génocide des peuples Herero et Namaqua au début du 20ème siècle14. Sous le régime colonial allemand, ces communautés ont subi des atrocités massives, notamment des massacres, des déplacements forcés et des conditions de vie inhumaines dans des camps de concentration. On estime que 65 000 de Héréros et près de 20 000 Namaqua ont perdu la vie durant cette période, ce qui constitue le premiers génocide du 20ème siècle. Cette tragédie a laissé des cicatrices profondes et durables sur le peuple namibien et a eu un impact significatif sur l’histoire de la Namibie.

Reconnaissance et excuses de l’Allemagne

Après des années de négociations et de pressions internationales, l’Allemagne a officiellement reconnu en 2021 le génocide des Herero et Namaqua comme tel :

« Nous qualifions officiellement ces événements pour ce qu’ils sont du point de vue d’aujourd’hui : un génocide. »

Thomas Wieder, « L’Allemagne demande pardon à la Namibie pour le génocide des Herero et des Nama« , lemonde.fr, 29 mai 2021.

Heiko Maas15 le ministre allemand des affaires étrangères a présenté ses excuses et s’est engagé à fournir une aide au développement et des projets de reconstruction en Namibie, en guise de réparation :

« A la lumière de la responsabilité historique et morale de l’Allemagne, nous allons demander pardon à la Namibie et aux descendants des victimes « 

Thomas Wieder, « L’Allemagne demande pardon à la Namibie pour le génocide des Herero et des Nama« , lemonde.fr, 29 mai 2021.

Cette reconnaissance a été un moment historique, non seulement pour les relations entre l’Allemagne et la Namibie, mais aussi dans le contexte plus large de la reconnaissance des crimes coloniaux. Cependant, cette démarche a également suscité des débats sur l’adéquation des mesures prises et sur la nécessité d’une implication plus directe des communautés affectées dans le processus de réparation.

Notre réponse Noire&Fière…

Nous, la communauté noire d’Europe, sommes à un tournant historique. Face aux excuses présentées par divers pays pour leur rôle dans l’esclavage et la colonisation, il est temps pour nous d’agir de manière unie et déterminée. Ces excuses ne doivent pas être perçues comme une fin en soi, mais plutôt comme le début d’un processus de guérison et de réparation16. Nous devons saisir cette opportunité pour exiger des réparations tangibles et des actions concrètes qui vont au-delà des mots. Organisons-nous en manifestations, en initiatives éducatives, et en forums pour renforcer notre unité et sensibiliser davantage à notre histoire.

C’est le moment de promouvoir l’autodétermination17 économique et politique de notre communauté. Engageons-nous dans des dialogues directs et significatifs avec les gouvernements, en veillant à ce que les voix de notre communauté soient entendues et prises en compte. Notre lutte va au-delà de la reconnaissance des torts passés ; elle aspire à un avenir où l’héritage de l’esclavage et du colonialisme est non seulement reconnu, mais aussi activement rectifié. Unissons-nous dans cette quête d’équité et de dignité, car c’est ensemble que nous trouverons la force de bâtir un avenir meilleur pour nous-mêmes et les générations futures.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Notes et références

  1. Traite transatlantique des esclaves : La traite transatlantique des esclaves, également connue sous le nom de commerce triangulaire, a été un système de commerce d’esclaves qui a eu lieu du XVIe au XIXe siècle. Elle impliquait le transport massif d’Africains, capturés et vendus comme esclaves, vers les Amériques. Les esclaves étaient principalement utilisés dans les plantations de produits tels que le tabac, le sucre, le coton et le café. Cette traite a été l’une des plus grandes déportations forcées de l’histoire de l’humanité, avec des estimations indiquant que plus de 12 millions d’Africains ont été transportés vers le Nouveau Monde. La traite transatlantique des esclaves a eu des conséquences dévastatrices sur les sociétés africaines et a joué un rôle central dans l’économie des empires coloniaux européens. Elle a également laissé un héritage durable de racisme et d’inégalité. La traite a progressivement pris fin au XIXe siècle, avec l’abolition de l’esclavage dans les principales puissances coloniales. ↩︎
  2. Tony Blair (né en 1953) : Homme politique britannique, Tony Blair a été Premier ministre du Royaume-Uni de 1997 à 2007, sous l’étiquette du Parti travailliste. Pendant son mandat, il a été connu pour ses réformes intérieures et sa politique étrangère active. En 2007, Blair a exprimé des regrets au nom du Royaume-Uni pour le rôle du pays dans la traite transatlantique des esclaves. Cette déclaration, bien qu’elle ne soit pas une excuse formelle, a été un moment significatif dans la reconnaissance du passé esclavagiste du Royaume-Uni. Blair a également joué un rôle clé sur la scène internationale, notamment en participant à l’intervention en Irak en 2003, une décision qui reste controversée. ↩︎
  3. « Blair ‘sorry’ for UK slavery role« , .bbc.co.uk, 14 mars 2007 ↩︎
  4. Loi Taubira (2001) : Officiellement connue sous le nom de « Loi tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité », cette loi française a été adoptée le 21 mai 2001. Portée par Christiane Taubira, députée de Guyane à l’époque, la loi Taubira reconnaît la traite négrière transatlantique et l’esclavage comme un crime contre l’humanité. Elle a été une étape majeure dans la reconnaissance officielle de ces tragédies historiques en France. La loi prévoit également des mesures pour l’enseignement de l’histoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions dans les écoles, ainsi que pour la commémoration annuelle de leur abolition. La loi Taubira a ouvert la voie à un dialogue plus large sur l’histoire coloniale de la France et ses répercussions contemporaines. ↩︎
  5. Christiane Taubira (née en 1952) : Femme politique française originaire de Guyane, Christiane Taubira est surtout connue pour avoir été à l’origine de la loi du 21 mai 2001, dite loi Taubira, qui reconnaît la traite et l’esclavage en tant que crime contre l’humanité en France. Cette loi a marqué un tournant dans la reconnaissance officielle de l’histoire de l’esclavage dans le pays. Taubira a également occupé diverses fonctions politiques importantes, notamment celle de Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, sous la présidence de François Hollande. Elle est une figure emblématique de la gauche française et est reconnue pour son engagement en faveur des droits de l’homme et de la justice sociale. ↩︎
  6. Colonisation Belge au Congo (fin XIXe siècle – 1960) : La période de colonisation belge au Congo, qui a débuté à la fin du XIXe siècle et s’est poursuivie jusqu’à l’indépendance du Congo en 1960, est une ère marquée par une exploitation et des abus sévères, en particulier sous le règne de Léopold II. Initialement administré comme une propriété personnelle du roi Léopold II sous le nom d’État indépendant du Congo, le territoire a été le théâtre d’atrocités massives, notamment des travaux forcés, des mutilations et des massacres, dans le cadre de l’extraction de ressources naturelles comme le caoutchouc. La gestion du Congo par Léopold II a suscité une indignation internationale, conduisant finalement à la prise de contrôle du territoire par l’État belge en 1908. La période coloniale qui a suivi a continué d’être caractérisée par une domination et une exploitation économique, bien que les abus les plus flagrants aient été atténués. La colonisation a pris fin avec l’indépendance du Congo en 1960, un événement qui a marqué un tournant majeur dans l’histoire de la région. ↩︎
  7. Roi Léopold II (1835-1909) : Léopold II fut roi de Belgique de 1865 à 1909. Il est tristement célèbre pour son régime brutal en État indépendant du Congo, une région qu’il contrôlait personnellement et qui est devenue plus tard la République démocratique du Congo. Sous son règne, le Congo a été le théâtre d’atrocités massives et d’une exploitation extrême. Les politiques de Léopold en matière de collecte de caoutchouc et d’ivoire ont conduit à des abus systématiques, y compris des mutilations, des massacres et des conditions de travail inhumaines, causant la mort de millions de Congolais. Sa gestion du Congo est souvent citée comme un exemple parmi les plus brutaux de l’ère coloniale. La pression internationale a finalement forcé Léopold à transférer le contrôle du Congo à l’État belge en 1908. ↩︎
  8. Roi Philippe de Belgique (né en 1960) : Philippe est l’actuel roi des Belges, ayant accédé au trône en 2013. En 2020, il a marqué l’histoire en exprimant, pour la première fois de la part d’un souverain belge, des regrets pour les actes de violence et de cruauté commis pendant la période coloniale au Congo. Cette période, particulièrement sous le règne de Léopold II, a été caractérisée par une exploitation et des abus extrêmes, entraînant des souffrances et des pertes humaines considérables parmi la population congolaise. Les déclarations du roi Philippe ont été perçues comme un pas important vers la reconnaissance et la réconciliation pour les atrocités commises pendant cette période coloniale. ↩︎
  9. Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (1621-1791) : La Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (WIC) était une compagnie commerciale chartered créée par les Provinces-Unies (aujourd’hui les Pays-Bas) en 1621. Elle avait pour but de mener des activités commerciales dans les Amériques et en Afrique de l’Ouest. La WIC a joué un rôle majeur dans le commerce atlantique, y compris dans la traite transatlantique des esclaves. Elle était responsable du transport de nombreux esclaves africains vers les Amériques, notamment vers les colonies néerlandaises dans les Caraïbes et au Brésil. La compagnie a également été impliquée dans des activités militaires et coloniales, notamment la prise de contrôle de territoires en Amérique du Sud et dans les Caraïbes. La WIC a été dissoute en 1791, à la suite de difficultés financières et de la perte de ses monopoles commerciaux. ↩︎
  10. Mark Rutte (né en 1967) : Homme politique néerlandais, Premier ministre des Pays-Bas depuis 2010. Sous sa direction, le gouvernement néerlandais a présenté des excuses pour le rôle du pays dans le commerce transatlantique des esclaves, marquant une étape importante dans la reconnaissance de ce passé historique. ↩︎
  11. Empire Colonial Espagnol (1492-1975) : L’Empire colonial espagnol, initié avec le voyage de Christophe Colomb en 1492, représente l’une des plus grandes expansions impériales de l’histoire. Cet empire s’étendait sur de vastes régions des Amériques, des Philippines, de parties de l’Afrique et même de territoires dans l’Océanie. La période coloniale espagnole est marquée par la conquête et la colonisation de vastes territoires, l’exploitation des ressources naturelles et humaines, ainsi que la conversion forcée des populations autochtones au christianisme. L’empire a eu un impact profond sur les cultures mondiales, notamment à travers la diffusion de la langue espagnole et du catholicisme. La décolonisation a commencé au début du 19ème siècle avec les guerres d’indépendance en Amérique latine et s’est poursuivie jusqu’au milieu du 20ème siècle, avec la perte des dernières colonies en Afrique, notamment le Sahara occidental et la Guinée équatoriale en 1975. ↩︎
  12. Colonisation Italienne de la Libye (1911-1943) : La période de colonisation italienne en Libye a débuté en 1911, lorsque l’Italie a envahi et occupé la région, alors sous contrôle de l’Empire ottoman. Cette occupation s’est transformée en une administration coloniale qui a duré jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Durant cette période, l’Italie a mis en œuvre des politiques de colonisation et d’assimilation forcée, accompagnées de répression militaire et de discrimination contre la population locale. La colonisation a également été marquée par des projets d’infrastructure et de modernisation, mais ceux-ci étaient souvent au service des intérêts italiens et se faisaient au détriment des populations et cultures locales. La résistance libyenne à la domination italienne a été notable, notamment sous la direction de figures comme Omar Al-Mukhtar. La colonisation a pris fin avec la défaite de l’Italie lors de la Seconde Guerre mondiale en 1943. ↩︎
  13. Silvio Berlusconi (1936-2023) : Homme politique italien et entrepreneur médiatique, Silvio Berlusconi a été Premier ministre de l’Italie à plusieurs reprises. Il a joué un rôle notable dans les relations internationales de l’Italie, notamment en présentant des excuses formelles à la Libye pour les souffrances infligées pendant la période de colonisation italienne. Berlusconi était également connu pour son style de leadership controversé et son impact significatif sur la politique et les médias italiens. ↩︎
  14. Génocide des Herero et Namaqua (1904-1908) : Ce génocide, perpétré par les forces coloniales allemandes dans ce qui est aujourd’hui la Namibie, est considéré comme le premier génocide du 20ème siècle. Il a été dirigé contre les peuples autochtones Herero et Namaqua. Suite à une série de rébellions contre la domination coloniale allemande, les forces allemandes ont répondu par une campagne de répression brutale, entraînant la mort de dizaines de milliers d’Herero et de Namaqua par le biais de massacres, de déplacements forcés dans le désert (où beaucoup sont morts de soif), et de conditions inhumaines dans des camps de concentration. Les estimations suggèrent que jusqu’à 80% de la population Herero et 50% de la population Namaqua ont été tués. ↩︎
  15. Heiko Maas (né en 1966) : Homme politique allemand, membre du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD). Il a été ministre des Affaires étrangères de l’Allemagne de 2018 à 2021. Pendant son mandat, il a joué un rôle clé dans la reconnaissance par l’Allemagne du génocide des Herero et Namaqua en Namibie, contribuant à l’établissement d’un accord de réparation et à la présentation d’excuses officielles pour ces crimes historiques. ↩︎
  16. Réparations : Compensation pour l’injustice et les dommages causés par l’esclavage et la colonisation, pouvant inclure des mesures financières, des excuses officielles, et des politiques de restitution. ↩︎
  17. Autodétermination : Principe selon lequel les peuples ont le droit de choisir librement leur statut politique et de poursuivre leur développement économique, social et culturel. ↩︎