Brown Sugar Night #3

La loi nigériane fait de la tentative de suicide un crime

Société

La loi nigériane fait de la tentative de suicide un crime

Par Makandal Speaks

La criminalisation du suicide concentre les efforts sur la punition, ce qui n’a pas d’effet dissuasif significatif.

Le suicide (Acte de se donner volontairement la mort) fait partie de l’histoire humaine depuis l’Antiquité. Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 700 000 suicides ont lieu chaque année dans le monde. Pour chaque suicide accompli, il y a au moins 20 tentatives infructueuses.

Environ 79 % des suicides ont lieu dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, bien que les taux de suicide soient les plus élevés dans les pays à revenu élevé.

Dans pas moins de 20 pays, le suicide est un crime. Mais cela n’a jamais permis de l’éliminer. Les résultats des recherches montrent des réserves quant à savoir si les sanctions légales ou religieuses peuvent réellement servir à prévenir les suicides. Si les objections morales et religieuses au suicide peuvent réduire le comportement suicidaire, les sanctions légales n’ont pratiquement aucun effet perceptible. Par exemple, au Royaume-Uni, le taux de suicide n’a pas augmenté après sa dépénalisation.

Au Nigeria, la position juridique est que le suicide n’est pas un crime mais que la tentative de suicide l’est. La section 327 de la loi sur le code pénal (qui s’applique au sud du Nigeria) dispose que :

« Toute personne qui tente de se donner la mort est coupable d’un délit et est passible d’une peine d’emprisonnement d’un an. »

Section 327 de la loi sur le code pénal

De même, la section 231 du code pénal (applicable au nord du Nigeria) dispose que :

« Quiconque tente de se suicider et accomplit tout acte tendant à la commission d’un tel délit est passible d’une peine d’emprisonnement d’une durée pouvant aller jusqu’à un an ou d’une amende ou des deux. »

Section 231 du code pénal

Malgré la criminalisation des tentatives de suicide au Nigeria, le taux de suicide reste considérablement élevé, à 6,9 pour 100 000 habitants en 2019. Cela se traduit par environ 7 019 personnes par an. Le taux actuel est inférieur au taux mondial moyen de 9,0 pour 100 000. Bien que le taux de suicide en Afrique semble être inférieur à la moyenne mondiale, il reste préoccupant.

L’impact de la loi

L’impact de la criminalisation de la tentative de suicide est multiple.

Premièrement, elle transforme un être humain en détresse en un criminel. Des recherches ont montré qu’environ 90 % des personnes qui tentent de se suicider ont un problème de santé mentale. Une proportion considérable – 20,8 % à 35,8 % – de ces personnes souffrirait de dépression.

Deuxièmement, cela peut inciter la personne à faire une nouvelle tentative de suicide pour ne pas subir les conséquences juridiques.

Troisièmement, elle détourne l’attention de la société des soins et des traitements. Au lieu de cela, elle oriente les ressources vers la punition, dont il n’a pas été démontré qu’elle avait un effet dissuasif significatif.

Il faut dépénaliser le suicide

Il existe plusieurs bonnes raisons de dépénaliser de toute urgence la tentative de suicide au Nigeria.

Premièrement, il est incohérent de définir juridiquement comme un crime la tentative d’un acte qui n’en est pas un en soi.

Deuxièmement, la définition légale d’une tentative comprend l’intention, la préparation et la tentative proprement dite. Les mesures de dissuasion légales ne peuvent faire face à la détérioration du bien-être mental qu’à la dernière étape – la tentative de suicide. En revanche, les évaluations de la santé mentale peuvent facilement identifier les premiers stades de l’idéation suicidaire (intention) et de la préparation. En termes d’efficacité de la dissuasion, l’aide est préférable à la punition. Les recherches ont montré que la plupart des personnes qui tentent de se suicider souffrent de troubles mentaux et il serait manifestement injuste de punir les malades au lieu de les soigner.

Enfin, si la tentative de suicide n’était pas un crime, la stigmatisation qui y est associée disparaîtrait et les gens se sentiraient peut-être plus à même d’en parler et d’obtenir l’aide dont ils ont besoin.

La prévention du suicide

L’OMS a formulé des mesures qui peuvent être prises pour prévenir le suicide.

Tout d’abord, les gouvernements doivent prendre l’initiative d’établir des politiques. Le Parlement devrait dépénaliser les tentatives de suicide afin que les gens puissent se faire soigner. Le gouvernement de l’État de Lagos, via sa loi pénale de 2011, a déjà fait un pas en avant en prévoyant une ordonnance d’hospitalisation en cas de tentative de suicide.

Les gouvernements doivent également développer et mettre en œuvre des interventions préventives culturellement appropriées et fondées sur des preuves. Cela nécessite une vision avec des objectifs et un calendrier précis.

Les gouvernements comme les citoyens peuvent jouer un rôle en réduisant l’accès aux différents moyens de se suicider. Par exemple, il a été démontré que 30 % des suicides sont réalisés grâce à l’utilisation de pesticides.

Il faut également aider les jeunes à développer leur résilience personnelle : en développant des compétences de vie, en améliorant l’estime de soi, en développant des compétences de résolution de problèmes, en adoptant un optimisme réaliste et même en faisant appel à la spiritualité.

Les médias doivent rapporter les nouvelles relatives au suicide de manière responsable, ce qui contribuera à éviter les « suicides copieurs ». Il existe des lignes directrices pour un reportage responsable sur le suicide.

Au niveau de la famille et de l’individu, il est crucial de donner et de recevoir un soutien social (attention, écoute active, partage de mots encourageants) les uns des autres. Cela aidera les membres de la famille en détresse à faire face à l’adversité.

Enfin, l’identification précoce des personnes à risque (en particulier celles souffrant de troubles mentaux et ayant vécu des événements traumatisants récents) peut se traduire par un traitement rapide et le rétablissement du bien-être.

Notes et références

suicide tentative
Adegboyega Ogunwale, psychiatre consultant en chef à l’hôpital neuropsychiatrique d’Aro, à Abeokuta, et président du groupe d’intérêt sur les systèmes médico-légaux émergents de l’Association internationale des services de santé mentale médico-légale. Principaux domaines d’expertise : Psychiatrie légale, psychiatrie générale pour adultes, législation sur la santé mentale, droit médical et éthique.

Cet article est une traduction d’un article d’Adegboyega Ogunwale, maître de conférences, hôpital neuropsychiatrique, Aro, Abeokuta, publié dans de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !