L’excellence Noire – Kouokam KAMTCHUENG

Le célèbre test des poupées de Mamie et Kenneth Clark

Histoire

Le célèbre test des poupées de Mamie et Kenneth Clark

Par Makandal Speaks

Dans les années 40, les psychologues Kenneth et Mamie Clark ont conçu et mené une série d’expériences connues sous le nom familier de « tests des poupées » afin d’étudier les effets psychologiques du racisme sur les enfants afro-américains.

Le célèbre test des poupées de Mamie et Kenneth Clark

L’arrêt de la Cour suprême, Brown contre Board of Education a imposé la fin de la ségrégation raciale dans les écoles américaines. A cette époque deux scientifiques noirs, Mamie and Kenneth Clark, un couple de psychologues qui a consacré sa vie à comprendre et à aider à guérir les préjugés raciaux des enfants, ont étudié les effets de la Ségrégation et du racisme sur ces derniers . Leur « test des poupées » a joué un rôle clé dans le raisonnement de la Cour suprême pour cette décision de justice rendu le 17 mai 1954.

Un enfant noir est assis dans une pièce avec quatre poupées sur la table. Deux des poupées ont la peau brune et les cheveux noirs. Deux poupées ont la peau blanche et les cheveux blonds. Le scientifique s’assied à la table avec l’enfant. Puis, il lui pose une série de questions.

  1. Donne-moi la poupée avec laquelle tu aimes jouer
  2. Donne-moi la poupée qui est une belle poupée
  3. Donne-moi la poupée qui n’a pas l’air bien
  4. Donne-moi la poupée qui a une belle couleur
  5. Donne-moi la poupée qui ressemble à un enfant blanc
  6. Donne-moi la poupée qui ressemble à un enfant de couleur
  7. Donne-moi la poupée qui ressemble à un enfant noir
  8. Donne-moi la poupée qui te ressemble

Les réponses de l’enfant sont enregistrées, et l’expérience se termine. Les réponses sont compilées, et nous avons appris quelque chose sur nous-mêmes.

test des poupées

À la surprise générale, les réponses des écoliers du Sud et du Nord des USA étaient très similaires. La plupart des enfants préféraient les poupées blanches aux poupées de couleur dans tous les domaines. 67% ont indiqué qu’ils préféraient jouer avec la poupée blanche, 59% ont trouvé que la poupée blanche était « sympa » et seulement 17% ont trouvé que la poupée blanche avait mauvaise mine. En revanche, pas moins de 59 % de ces enfants ont indiqué que la poupée brune était « moche ». N’oubliez pas que tous ces enfants étaient noirs.

La réponse à la dernière question était des plus troublantes.

« Donne-moi la poupée qui te ressemble »

À cette question, les Clarks ont rapporté que certains enfants « se sont effondrés et ont pleuré« . Deux d’entre eux sont même sortis en trombe de la salle de test, « inconsolables, convulsés par les larmes« . Le Dr Kenneth Clark se souviendra plus tard et conclura que :

« la couleur dans une société raciste était une composante très perturbante et traumatisante du sentiment d’estime de soi et de valeur d’un individu ».

Cette réponse déchirante est toujours d’actualité. Les enfants qui ont passé le test en 2007 ont également fondu en larmes en se voyant dans la poupée rejetée.

test des poupées

Image de Gordon Parks de 1947 montrant Kenneth Clark observant un enfant faisant le test de la poupée.

Le « test des poupées » est sans doute l’une des expériences scientifiques les plus importantes sur le plan social en raison du rôle qu’elle a joué dans le mouvement des Droits Civiques au Etats-Unis. Les Clark ont posé cette série de questions à 253 enfants. Ils souhaitaient principalement comprendre l’impact de la ségrégation sur la préférence raciale des enfants (voir question 1-4), la conscience raciale (5-7) et l’auto-identification (8).

Environ la moitié de ces enfants de 3 à 7 ans provenaient d’écoles ségréguées du sud de l’Arkansas. Ils n’avaient pas beaucoup d’interaction avec les enfants blancs. L’autre moitié fréquentait des écoles intégrées dans l’État du Massachusetts, au nord du pays.

test des poupées

Résultat de l’étude du test des poupées des Clark en 1947.

Le test des poupées lui-même n’est cependant pas exempt de critiques.

Plus important encore, et inexpliqué à l’époque, l’étude a montré que les enfants des écoles intégrées (mixtes) étaient plus susceptibles d’évaluer négativement les poupées brunes. Comme nous le verrons bientôt, l’ordre des questions a également son importance.

L’étude semble également fournir des mesures minimales pour éliminer les biais et les influences externes. Menée par deux universitaires noirs, l’étude présente également un risque potentiel de biais involontaires ou intentionnels lorsqu’il s’agit d’évaluer des groupes raciaux particuliers. Le fait que les chercheurs aient dû peindre les poupées blanches en brun parce que les poupées brunes n’étaient pas encore fabriquées à l’époque, signifie que ces poupées peuvent paraître très inhabituelles aux enfants et, par conséquent, influencer leurs préférences.

 

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Les Black Dolls : Une aide à la construction identitaire

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !