Brown Sugar Night #3

Les mécanismes du néo-colonialisme par Kwame Nkrumah

Politique

Les mécanismes du néo-colonialisme par Kwame Nkrumah

Par Makandal Speaks

Nofi vous propose un extrait de « Neo-Colonialism, the Last Stage of imperialism » de Kwame Nkrumah, publié en 1965. Dans cet ouvrage qui constitue un véritable classique, le père de l’indépendance ghanéenne définit le concept de néo-colonialisme. Selon lui, les Etats-nations africains, caribéens et « tiers-mondistes », après avoir accédé à « l’indépendance » du pays, ont acquis le pouvoir gouvernemental ou étatique mais n’ont put contrôler les économies et la politique politique de leur pays.

Les mécanismes du néo-colonialisme par Kwame Nkrumah

« Afin d’arrêter l’ingérence étrangère dans les affaires des pays en développement, il est nécessaire d’étudier, de comprendre, d’exposer et de combattre activement le néo-colonialisme sous quelque forme que ce soitCar les méthodes des néo-colonialistes sont subtiles et variées. Ils opèrent non seulement dans le domaine économique, mais aussi dans les sphères politique, religieuse, idéologique et culturelle.

Face aux peuples militants des ex-territoires coloniaux d’Asie, d’Afrique, des Caraïbes et d’Amérique latine, l’impérialisme se contente de changer de tactique. Sans scrupules, il se défait de ses drapeaux, et même de certains de ses fonctionnaires expatriés les plus haïs. Cela signifie, selon elle, qu’il «donne» l’indépendance à ses anciens sujets, suivi par une «aide» à leur développement. Sous couvert de ces phrases, cependant, il innove d’innombrables moyens d’atteindre les objectifs autrefois atteints par le colonialisme nu. C’est cette somme totale de ces tentatives modernes de perpétuer le colonialisme tout en parlant de «liberté», qui est devenu le néo-colonialisme

Au premier rang des néo-colonialistes se trouvent les États-Unis, qui exercent depuis longtemps leur pouvoir en Amérique latine. Maladroitement au début, elle se tourna vers l’Europe, puis avec plus de certitude après la deuxième guerre mondiale, quand la plupart des pays de ce continent lui étaient redevables. Depuis lors, avec une minutie méthodique et une attention touchante aux détails, le Pentagone a entrepris de consolider son ascendant, dont on peut voir la preuve partout dans le monde.

Qui règne réellement dans des endroits comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne de l’Ouest, le Japon, l’Espagne, le Portugal ou l’Italie? Si le général de Gaulle «déroge» au contrôle du monopole américain, quelle interprétation peut-on faire de ses «expériences» dans le désert du Sahara, de ses parachutistes au Gabon ou de ses voyages au Cambodge et en Amérique latine?

Derrière de telles questions se cachent les tentacules étendus de la pieuvre de Wall Street. Et ses ventouses et la force musculaire sont fournies par un phénomène surnommé «Le Gouvernement Invisible», découlant de la connexion de Wall Street avec le Pentagone et divers services de renseignement. Je cite:

« Le gouvernement invisible … est un groupe amorphe de personnes et d’agences tirées de nombreuses parties du gouvernement visible. Cela ne se limite pas à la Central Intelligence Agency, bien que la CIA en soit le cœur. Il n’est pas non plus limité aux neuf autres agences regroupant la communauté du renseignement: le Conseil de sécurité nationale, la Defense Intelligence Agency, la National Security Agency, l’Intelligence militaire, la Marine Intelligence and Research, la Commission de l’énergie atomique et le Bureau fédéral d’enquête.

Le gouvernement invisible comprend également de nombreuses autres unités et agences, ainsi que des individus, qui semblent faire partie du gouvernement conventionnel. Cela englobe même les entreprises commerciales et les institutions qui semblent privées.

Dans une mesure qui commence à peine à être perçue, ce gouvernement fantôme façonne la vie de 190 000 000 Américains. Un citoyen informé pourrait en venir à soupçonner que la politique étrangère des États-Unis travaille souvent publiquement dans un sens et secrètement par le biais du gouvernement invisible dans la direction opposée.

Ce gouvernement invisible est une institution relativement nouvelle. Elle est née de deux facteurs connexes: la montée des États-Unis après la Seconde Guerre mondiale à une position de puissance mondiale prééminente, et le défi à ce pouvoir par le communisme soviétique …

En 1964, le réseau de renseignement est devenu un énorme appareil caché, employant secrètement environ 200 000 personnes et dépensant des milliards de dollars par an. [1]

Ici, de la citadelle même du néo-colonialisme, se trouve une description de l’appareil qui oriente désormais tous les autres systèmes de renseignement occidentaux, soit par persuasion, soit par la force. Les résultats ont été obtenus en Algérie lors du complot d’avril 1961 des généraux anti-de Gaulle; ainsi qu’au Guatemala, en Irak, en Iran, à Suez et à la fameuse intrusion dans l’espace aérien soviétique pour espionnage par un U-2 qui détruisit le prochain sommet, puis en Allemagne de l’Ouest et en Allemagne de l’Est lors des émeutes de 1953. La Pologne de septembre 1956, et en Corée, en Birmanie, à Formose, au Laos, au Cambodge et au Sud-Vietnam; ils sont évidents dans les troubles au Congo (Léopoldville) qui ont commencé avec le meurtre de Lumumba, et se poursuivent jusqu’à maintenant; dans des événements à Cuba, en Turquie, à Chypre, en Grèce, et dans d’autres endroits trop nombreux pour cataloguer complètement.

Et dans quel but ces innombrables incidents se sont-ils produits? L’objectif général a été mentionné: réaliser le colonialisme en prêchant l’indépendance.

Sur le plan économique, un facteur important favorisant les monopoles occidentaux et agissant contre le monde en développement est le contrôle du marché mondial par les capitaux internationaux, ainsi que les prix des produits achetés et vendus dans ces pays. De 1951 à 1961, sans tenir compte du pétrole, le niveau général des prix des produits primaires a baissé de 33,1 pour cent, tandis que celui des produits manufacturés augmentait de 3,5 pour cent (les prix des machines et du matériel augmentaient de 31,3 pour cent). Au cours de cette même décennie, les pays asiatiques, africains et latino-américains ont subi une perte, en se fondant sur les prix de 1951, qui se sont chiffrés à quelque 41 400 millions de dollars. Au cours de la même période, tandis que le volume des exportations de ces pays augmentait, leurs recettes en devises provenant de ces exportations diminuaient.

Une autre technique de néo-colonialisme, c’est l’utilisation de taux d’intérêt élevés. Les chiffres de la Banque mondiale pour 1962 ont montré que soixante et onze pays asiatiques, africains et latino-américains devaient une dette extérieure d’environ 27 milliards de dollars, sur laquelle ils ont payé des intérêts et des frais de service d’environ 5 milliards de dollars. Depuis lors, ces dettes extérieures ont été estimées à plus de 30 milliards de livres sterling dans ces domaines. En 1961, les taux d’intérêt sur près des trois quarts des prêts accordés par les principales puissances impérialistes représentaient plus de cinq pour cent, dans certains cas jusqu’à sept ou huit pour cent, tandis que les périodes d’appel de ces prêts étaient excessivement courtes.

Des capitaux d’une valeur de 30 milliards de dollars ont été exportés vers cinquante-six pays en développement entre 1956 et 1962, mais on estime que les intérêts et les bénéfices tirés à eux seuls par les pays débiteurs s’élèvent à plus de 15 milliards de livres sterling. Cette méthode de pénétration par l’aide économique a récemment pris de l’importance lorsqu’un certain nombre de pays ont commencé à le rejeter. Ceylan, l’Indonésie et le Cambodge sont parmi ceux qui ont refusé. Cette « aide » est estimée à 2 600 millions de dollars en moyenne annuelle entre 1951 et 1955; Mais les sommes moyennes retirées des pays aidés par ces donateurs au cours d’une année-échantillon, 1961, sont estimées à 5 milliards de dollars de bénéfices, 1 milliard de dollars d’intérêts, et 5 800 millions de dollars d’échanges non équivalents, soit un total de 11 800 millions de dollars extraits contre 6 000 millions de dollars investis. Ainsi, l’aide se révèle être un autre moyen d’exploitation, une méthode moderne d’exportation sous un nom plus cosmétique.

Un autre piège néo-colonialiste sur le front économique est connu sous le nom d ‘«aide multilatérale» par les organisations internationales: le Fonds monétaire international, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (connue sous le nom de Banque mondiale), la Société financière internationale et l’Association internationale de développement sont des exemples, tous, significativement, ayant le capital américain comme principal soutien. Ces agences ont l’habitude de forcer les emprunteurs potentiels à se soumettre à diverses conditions offensives, telles que fournir des informations sur leurs économies, soumettre leur politique et leurs plans à la Banque mondiale et accepter la supervision de l’utilisation des prêts par les agences. En ce qui concerne le développement présumé, entre 1960 et le milieu de 1963, l’Association internationale de développement a promis un total de 500 millions de dollars aux candidats, dont seulement 70 millions ont été effectivement reçus.

Ces dernières années, comme le soulignait Monitor in The Times, le 1er juillet 1965, les activités d’aide technique et économique communiste dans les pays en développement ont considérablement augmenté. En 1964, le montant total de l’assistance offerte s’est élevé à environ 600 millions de livres sterling. C’était près d’un tiers de l’aide communiste totale donnée au cours de la décennie précédente. Le Moyen-Orient a reçu environ 40% du total, l’Asie 36%, l’Afrique 22% et le reste l’Amérique latine.

L’augmentation de l’activité chinoise a été responsable dans une certaine mesure du montant plus élevé de l’aide offerte en 1964, bien que la Chine n’ait contribué qu’à un quart de l’aide totale engagée; l’Union Soviétique fournissait la moitié et les pays d’Europe de l’Est un quart.

Bien que l’aide des pays socialistes soit encore très inférieure à celle offerte par l’Occident, elle est souvent plus impressionnante puisqu’elle est rapide et flexible et que les taux d’intérêt sur les prêts communistes ne sont que d’environ 2% contre 5 à 6% prêts des pays occidentaux.

L’histoire de l’aide ne figure pas non plus dans les chiffres, car il y a des conditions qui la protègent: la conclusion des traités de commerce et de navigation; accords de coopération économique; le droit de s’ingérer dans les finances internes, y compris les devises et les devises étrangères, pour abaisser les barrières commerciales en faveur des biens et des capitaux du pays donateur; protéger les intérêts des investissements privés; détermination de la façon dont les fonds doivent être utilisés; forcer le bénéficiaire à mettre en place des fonds de contrepartie; fournir des matières premières au donateur; et l’utilisation de ces fonds en grande partie, en fait pour acheter des biens de la nation donatrice. Ces conditions s’appliquent à l’industrie, au commerce, à l’agriculture, à la navigation et à l’assurance, à l’exception de celles qui sont politiques et militaires.

Le soi-disant «commerce invisible» fournit aux monopoles occidentaux un autre moyen de pénétration économique. Plus de 90% du transport maritime mondial est contrôlé par les pays impérialistes. Ils contrôlent les tarifs d’expédition et, entre 1951 et 1961, ils les ont multipliés par cinq environ, soit une augmentation totale d’environ 60 pour cent, la tendance à la hausse se poursuivant. Ainsi, les frais de transport annuels nets engagés par l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine s’élèvent à pas moins de 1 600 millions de dollars. C’est au-dessus de tous les autres bénéfices et paiements d’intérêts. En ce qui concerne les paiements d’assurance, rien qu’en 1961, ils ont représenté un solde défavorable en Asie, en Afrique et en Amérique latine de 370 millions de dollars supplémentaires.

Après avoir traversé tout cela, cependant, nous avons commencé à comprendre seulement les méthodes de base du néo-colonialisme. L’ampleur de son inventivité est loin d’être épuisée. »

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Kwame Nkrumah : « Le Ghana est libre pour toujours »

Notes et références

[1] David Wise et Thomas B. Ross, « The invisible government« , Random House, New York, publié en 1964.

Rejoignez la communauté Nofi

La communauté Nofi, c'est du contenu exclusif, des jeux-concours, des codes promos Nofistore et plein d'autres surprises !