POLITIQUE

Diddy crée un parti politique pour donner du pouvoir aux Noirs américains

Le rappeur et homme d’affaires Sean « Diddy » Combs a annoncé qu’il soutenait une nouvelle organisation politique qui vise à centraliser les voix des afro-américains en politique et à promouvoir un programme radicalement noir appelé « Our Black Party« .

Diddy crée un parti politique pour donner du pouvoir aux Noirs américains

Déçu par la situation politique des Noirs Outre-Atlantique, le magnat du Hip-Hop et de la télévision Sean « Diddy » Combs met sa fortune au service d’une nouvelle plateforme politique visant à donner du pouvoir à la communauté noire et changer le visage de la politique du pays de l’oncle Sam.

Diddy a été critiqué au cours de l’été pour avoir dit aux gens de « prendre le vote en otage » en novembre [1]. Le Patron de Bad Boy records mobilise maintenant les afro-américains avec Our Black Party, annoncé pour la première fois en juillet, dans le but de « s’approprier » la politique avec une plateforme qui soutient et produit des politiciens noirs.

« L’objectif numéro 1 est de s’unir derrière un programme noir« , a déclaré Diddy à l’animateur radio « The Breakfast Club« , Charlamagne Tha God, lors d’une interview télévisée de Revolt, publiée jeudi 15 octobre 2020.

Pendant l’émission, Diddy a déclaré que les États-Unis sont au bord d’une guerre civile, et il a donc soutenu « à contrecœur » le candidat démocrate Joe Biden pour réaliser l’objectif de Our Black Party pour 2020 : faire tomber le président Trump.

Selon Diddy :

« Si Trump est élu, je crois vraiment dans mon cœur qu’il y aura une guerre raciale. C’est pourquoi ce message n’est pas seulement destiné aux Noirs. Ce message s’adresse à tout le monde. Cet homme essaie vraiment de nous monter les uns contre les autres et de nous mettre dans cette situation. »

Selon le site officiel de Our Black Party, le parti est un comité politique enregistré auprès de la FEC et reconnu en vertu de l’article 527, bien qu’il n’ait pas encore le statut d’organisme de vote. On peut y lire :

« Nous allons le faire légalement. Nous allons jouer à votre jeu [politique], mais nous allons mieux jouer à ce jeu. Parce que ces vieux chats qui se présentent aux élections – ces vieux chats aux cheveux blancs – ils sont sur le point de mourir. Ces enfants ici, veulent vivre. Ils veulent s’épanouir. Ils ne peuvent pas s’épanouir si cela continue dans cette direction »

Le quinquagénaire a décrit l’élection du 3 novembre comme un « point de basculement » et a critiqué les deux candidats pour ne pas avoir tenu compte des jeunes ou des communautés noires et latinos dans leur premier débat désormais tristement célèbre. Diddy a déclaré, en déplorant également qu’aucun des candidats n’ait gagné le vote des Noirs ou même essayé de le faire :

« Ils ne parlent même pas de nous. Ils sont dans une émission de télé-réalité qui joue un jeu et des gens perdent la vie. C’est pourquoi cette fois-ci est si importante et il est temps pour nous de nous mobiliser et de ne pas avoir peur. »

Diddy, qui est devenu plus actif politiquement depuis la mort par balle de Trayvon Martin en 2012, a déclaré qu’il n’avait pas vraiment l’impression que Biden défendait les Noirs américains contre le racisme systémique. Mais il semblait considérer l’ancien vice-président comme une menace moins importante pour les moyens de subsistance des Noirs que Trump. Il se sert donc de notre parti noir pour maintenir la pression sur le vainqueur de l’élection :

« Vous pourriez faire partie du Parti démocrate, du Parti républicain, vous pourriez être un indépendant. Mais si vous êtes Noir, vous n’êtes pas né Républicain. Vous n’êtes pas né Indépendant. Vous êtes né Noir. Et nous devons saisir notre pouvoir politique, parce que sinon, ce serait plus ou moins la même chose. Nous devons changer le ton. Nous devons commencer par nous intensifier et prendre vraiment la responsabilité de faire partie de ce mouvement politique. »

Notes et références

« Sean Diddy Comb : the black vote will not be free this year« , blackenterprise.com,  publié le 30 avril 2020

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 654