SOCIÉTÉ

#EndSARS, le mouvement social Nigérian contre la brutalité policière

L’unité de police nigériane controversée du SRAS sera dissoute après des jours de protestations dans toute la diaspora.

#EndSARS, le mouvement social Nigérian contre la brutalité policière

#EndSARS est un mouvement social décentralisé contre la brutalité policière au Nigeria. Ce slogan appelle à la fin de l’Escouade spéciale de lutte contre le vol (Special Anti-Robbery Squad en anglais), une unité controversée de la police nigériane avec un long passé d’abus [1]. Les protestations ont commencé en 2017 sous la forme d’une campagne Twitter utilisant le hashtag #ENDSARS pour demander au gouvernement nigérian d’éliminer cette force [2].

Après avoir connu une retour en octobre 2020, des manifestations de masse ont eu lieu dans les grandes villes du Nigeria, et le hashtag a reçu 28 millions de tweets [3]. Les Nigérians ont partagé à la fois des histoires et des preuves vidéos sur la façon dont les membres du SRAS se sont livrés à des enlèvements, des meurtres, des vols, des viols, des tortures, des arrestations illégales, des humiliations, des détentions illégales, des exécutions extrajudiciaires et des extorsions au Nigeria.

Les agents du SRAS sont accusés de dresser le profil des jeunes en fonction de leurs choix vestimentaires, de mettre en place des barrages routiers et des fouilles illégales, de procéder à des contrôles de température injustifiés, d’arrêter sans mandat, de violer des femmes et d’extorquer aux jeunes Nigérians la conduite de véhicules exotiques et l’utilisation d’ordinateurs portables et d’iPhones [4].

Des manifestants lors de la manifestation EndSARS à Lagos, au Nigeria

Quelques jours après la reprise des manifestations, certains ont crié victoire lorsque la police nigériane a annoncé qu’elle dissolvait le SRAS le dimanche 11 octobre 2020 [5]. Cependant, beaucoup ont noté que des promesses similaires avaient été faites ces dernières années et que le gouvernement prévoyait de réaffecter et de revoir les agents atteints du SRAS dans les centres médicaux plutôt que de les retirer complètement [6]. Les protestations se sont poursuivies en conséquence et l’État nigérian a maintenu un schéma de répression violente, y compris l’assassinat de manifestants [7].

Des manifestants lors de la manifestation EndSARS à Lagos, au Nigeria

Des manifestations internationales ont été organisées en solidarité avec celles qui se déroulent dans le pays, et l’ampleur du mouvement a également été de plus en plus critique à l’égard de l’État nigérian et de la société nigériane dans son ensemble, confrontés à Muhammadu Buhari [8].

Muhammadu Buhari, Président de la République fédérale du Nigeria, En fonction depuis le 29 mai 2015.

Notes et références

[1] « End SARS [The Vital First Step]« , thecityceleb.com,  publié le 14 octobre 2020

[2] « Nigerians want police’s SARS force scrapped« , aljazeera.com, publié le 15 décembre 2017

[3] « How a youth-led digital movement is driving Nigeria’s largest protests in a decade« , qz.com, publié le 13 octobre 2020

[4] « Young Nigerians are leading protests yet again to disband a rogue police unit« , qz.com, publié le 9 octobre 2020

[5] « #EndSARS: Nigeria says Special Anti-Robbery Squad dissolved« , aljazeera.com, publié le 11 octobre 2020

[6] « What It Means When the Police Say They are Dissolving SARS« , bellanaija.com, publié le 11octobre 2020

[7] « Another #EndSARS protester shot dead« , premiumtimesng.com, 12 octobre 2020

[8] « #EndSARS protests in Nigeria show that the youth wants change, now », gal-dem.com, publié le 16octobre 2020

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 654