SANTÉ

OMS : accusations d’agressions sexuelles en RDC

Un rapport affirme que les travailleurs de santé internationaux ont exploité sexuellement des femmes pendant des années en République démocratique du Congo.

OMS : accusations d’agressions sexuelles en RDC

Le 29 septembre 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’elle allait enquêter sur les accusations de plus de cinquante congolaises affirmant avoir été exploitées sexuellement par des travailleurs de la ville de Beni, en République démocratique du Congo.

Selon une enquête publiée par The New Humanitarian et la Fondation Thomas Reuters le mois dernier, des dizaines de femmes ont déclaré avoir été exploitées par des travailleurs humanitaires internationaux de sexe masculin sur une période de plusieurs années, de 2018 à mars de cette année, lors de l’épidémie d’Ebola de 2020 [1].

Lors d’entretiens, les femmes ont déclaré qu’elles étaient forcées d’avoir des relations sexuelles avec des hommes en échange d’un emploi, et que leurs contrats seraient résiliés si elles refusaient. Les femmes ont déclaré avoir été « piégées » par des hommes dans des hôpitaux, et enfermées dans des chambres par des hommes qui menaçaient de les renvoyer si elles n’obéissaient pas.

Une femme a déclaré avoir été forcée d’avoir des relations sexuelles avec un homme qui s’est identifié comme un travailleur de l’OMS afin d’obtenir un emploi.

The New Humanitarian et la Thomson Reuters Foundation ont déclaré le 29 septembre que les agences et les ONG qu’elles ont contactées n’avaient reçu que peu ou pas de plaintes pour abus sexuels contre des travailleurs au Congo.

Au cours de l’enquête, les femmes ont signalé 30 cas distincts d’exploitation sexuelle par des travailleurs de l’OMS.

Un nombre plus restreint de femmes ont également déclaré avoir été la proie de travailleurs du ministère de la santé du pays, de World Vision, de l’UNICEF et d’ALIMA, une organisation caritative médicale. Ces agences ont également annoncé des enquêtes et des investigations internes, et beaucoup ont dit qu’il y avait des procédures en place pour prévenir les abus sexuels.

« Malgré tous nos efforts, les cas d’exploitation et d’abus sexuels en RDC restent largement sous-déclarés« , a déclaré Jean-Jacques Simon, un représentant de l’UNICEF.

De nombreuses femmes ont déclaré avoir été approchées par des hommes en dehors des principaux marchés de Beni. Les hommes, dont certaines femmes ont dit qu’ils venaient de pays comme la Belgique, le Burkina Faso, le Canada, la Côte d’Ivoire, la France et la Guinée, les ont souvent approchés après avoir appris qu’on ne leur avait pas proposé d’emploi dans un hôpital.

Une femme a qualifié l’échange de « passeport pour l’emploi« . Deux femmes ont déclaré qu’elles étaient tombées enceintes à la suite de cette extorsion sexuelle, dont l’une par un homme qui se disait médecin de l’OMS.

Une autre femme a déclaré que son agresseur conduisait un véhicule portant l’inscription « Organisation mondiale de la santé« . L’abus a souvent eu lieu à l’intérieur d’hôtels qui servaient également de plaque tournante pour les travailleurs des ONG et des Nations unies.

Dans une déclaration, l’OMS a déclaré qu’elle était « scandalisée » par les allégations d’abus, et qu’elles feraient l’objet « d’une enquête approfondie »[2].

« L’OMS a une politique de tolérance zéro en ce qui concerne l’exploitation et les abus sexuels« , selon la déclaration.

Notes et références

[1] « EXCLUSIVE: More than 50 women accuse aid workers of sex abuse in Congo Ebola crisis« , thenewhumanitarian.org, publié le 29 septembre 2020

[2] « WHO to investigate allegations of sexual exploitation and abuse in Ebola response in the Democratic Republic of the Congo« , who.int, publié le 29 septembre 2020

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 654