CULTURE

Ousmane Alhassane perpétue le savoir-faire ancestral de l’artisanat touareg

Ousmane Alhassane est un jeune artisan touareg de 28 ans. Originaire d’Agadez, il vit entre Dakar et son pays d’origine, le Niger, depuis 2011 pour travailler.

Ousmane a été initié par son père dès l’âge de 15 ans. Aujourd’hui, il est à son compte et propose des colliers, bracelets, bagues et boucles d’oreilles confectionnées à la main dans son atelier de la capitale sénégalaise.

Avec des outils souvent rudimentaires, les étapes de gravure et de polissage des pièces impliquent une patience et une rigueur infinies. Mais au-delà de la beauté de leurs créations, les artisans sont aussi les gardiens d’un art qui n’a pas encore révélé tous ses secrets.

Reconnue à travers le monde, la finesse de l’artisanat touareg séduit toujours les connaisseurs comme les néophytes. Célèbres entre tous, les bijoux traditionnels allient argent, ébène, ambre ou pierres semi-précieuses. Le savoir-faire de leur fabrication se perpétue dans les familles à travers les générations d’artisans.

Associant modernité et tradition, les créations du jeune Touareg Ousmane préservent la poésie et la sagesse de l’artisanat touareg. Car la forme et les couleurs de cet art ont un sens originel.

 

Ainsi la croix du sud, nommée croix d’Agadez, a également son histoire fabuleuse.

La « croix d’Agadez » ou « croix du Sud »

Les pères donneraient le bijou (dont les extrémités représenteraient les quatre points cardinaux) à leurs fils lorsqu’ils seraient en âge de virilité, de mariage et de nomadisme, en leur disant :

« Mon fils, je te donne les quatre directions du monde, car on ne sait où tu iras mourir ».

Ousmane fabrique de nombreux bijoux par inspiration mais également sur commande.

Pour toute commande ou question, vous pouvez le joindre via WhatsApp : +221 77 413 43 67

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Au Niger, Assan Ag Midal donne une seconde vie aux palettes

Articles : 152