CULTURE

Retour sur le festival ÉRITAJ, MÉMOIRES VIVANTE 2019

Nofi vous invite à revivre le festival ÉRITAJ, un événement qui commémore depuis 2015 le le 27 Mai 1848, date de l’Abolition de l’Esclavage en Guadeloupe.

Retour sur le festival ÉRITAJ, MÉMOIRES VIVANTE 2019

Du 25 au 27 mai 2019, se tenait la 5ème édition du festival ÉRITAJ, MÉMOIRES VIVANTES, en Guadeloupe. L’occasion de rendre hommage aux Ancêtres et de découvrir l’essence de la culture guadeloupéenne (et caribéenne en général) à travers une approche symbolique et émotionnelle de la Mémoire.

crédit photo: IDLineStudio

Cette année, le festival, qui accueillait près de 9 000 visiteurs, se déroulait dans un lieu sacré, les Marches des Esclaves. Un lieu chargé d’Histoire et de symboles, situé à Petit-Canal. Il était question d’explorer cette mémoire  à travers le thème du Ka, cette musique traditionnelle guadeloupéenne, principalement jouée avec des tambours, sous le parrainage de l’un des fondateurs du mythique groupe KASSAV‘, Pierre-Edouard Décimus.

crédit photo: IDLineStudio

Aux côtés de la pléiade d’artistes et d’experts invités, le guitariste japonais Yosuke Onuma, la dramaturge guadeloupéenne Gerty Dambury, la designer guadeloupéen Myriam Maxo ou encore la chanteuse haïtienne Rutshelle Guillaume ont restauré l’Histoire et revisité les influences du Gwoka et des musiques nées de son influence. Seule la chanteuse nigériane Yémi Alade n’a finalement pas pu se rendre au festival

crédit photo: Anaïs Cheleux

Entre village mémoriel, conférences, ateliers découvertes et concerts, festival ÉRITAJ, MÉMOIRES VIVANTES disposait d’un programme riche de transmission, à destination de toutes les générations.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Histoire du GWOKA : « misik a vié neg, bitin à diab* ».

Contact :

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 595