ENVIRONNEMENT

Un mois après Idai, un autre cyclone menace le Mozambique

Il y a un mois, le 14 mars 2019, l’Afrique australe a été touchée par le terrible cyclone Idai. « La pire crise humanitaire dans l’histoire récente » a fait un millier de morts dans le centre du Mozambique et au Zimbabwe. Aujourd’hui, le Mozambique est de nouveau menacé par la tempête tropicale Kenneth, qui pourrait s’abattre dans la nuit de jeudi à vendredi.

Kenneth menace le Mozambique

Alors que le pays n’est pas encore remis des dégâts du cyclone Idai, le Mozambique est de nouveau menacé. Cette fois, il s’agit d’une tempête tropicale nommée Kenneth. Elle pourrait concerner le nord du Mozambique, le Malawi ainsi que le nord de la Zambie ou encore le Sud de la Tanzanie. Les autorités mozambicaines ont conseillé aux populations vivant dans les zones à risques de quitter les lieux.

La tempête tropicale Kenneth « pourrait être devenue un cyclone tropical à ce moment-là, avec des vents qui pourraient dépasser les 150 km/h », a précisé Philippe Caroff, de Météo France. Néanmoins, Kenneth est « beaucoup plus réduit » que le cyclone Idai et ne va pas « toucher une zone aussi peuplée et vulnérable aux risques d’inondations ».

Image du cyclone Kenneth qui menace le Mozambique
Crédit photo: wunderground.com

Un contexte déjà fragile

Il y a un mois, le 14 mars dernier, les pluies diluviennes du cyclone Idai avaient dévasté le Mozambique et les pays voisins. Avec un millier de victimes et plus de 1.5 millions de personnes touchées, Idai est considéré comme « la pire crise humanitaire dans l’histoire récente » pour l’Afrique australe. Par ailleurs, les dégâts matériels s’élèveraient à plus de 2 milliards de dollars selon la Banque mondiale.

Ainsi, avec cette nouvelle menace météorologique, les secours déjà débordés craignent le pire. En effet, sur les sols encore gorgés d’eau, Kenneth risque de provoquer des glissements de terrain, d’inonder des villages, les routes et les ponts qui ne sont pas encore reconstruits.

Un contexte propice à la propagation de maladies telles le choléra qui a déjà fait plusieurs de victimes mais également le paludisme, la dengue ou le chikungunya.

Dégâts causés par le cyclone Idai au Mozambique le 14 mars 2019

Les conséquences économiques

Les conséquences du cyclone Idai a obligé le gouvernement mozambicain à annoncer la, semaine dernière, une réduction de ses perspectives de croissance pour l’année 2019. En marge des réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI, le ministre mozambicain des Finances, Adriano Maleiane, a indiqué que le pays table désormais sur une croissance située entre 2,8% et 1,1% en 2019. Ces nouvelles perspectives sont nettement en baisse par rapport aux 3,8% initialement prévus.

Le secteur agricole qui représente près de 25% du PIB du pays a été particulièrement touché par la catastrophe. D’après les informations relayées par Macauhub, plus de 800 000 hectares de terres agricoles auraient été touchés par le cyclone, augmentant ainsi le niveau d’insécurité alimentaire de la population.

Il y a quelques semaines, le FMI annonçait qu’il pourrait débloquer jusqu’à 120 millions $ pour aider le pays. Notons que, pour 2019, les prévisions de croissance de l’institution pour le pays restent à 4%.

Beira, Mozambique, le 21 mars 2019.
Crédit photo: Denis Onyodi/Red Cross Red Crescent Climate Centre/Handout via REUTERS

Sources:

AfricaNews

La1ereFranceTVInfo

Vivafrik

VOUS AIMEREZ AUSSI:

[Cyclone Idai] plus de 1000 cas de choléra dont un premier décès

Articles : 124