POLITIQUE

Des casques bleus portugais se vantaient dans la ville vide

Des parachutistes étaient en retard à la bataille à Bambari…

Des casques bleus portugais se vantaient dans la ville vide

Citant l’état-major des forces armées, des médias portugais ont informé que les militaires du Portugal, qui prennent part dans la mission de paix « MINUSCA », ont passé cinq heures en combat direct à Bambari, dans la ville à 400 km au nord-est de Bangui. Le combat a eu lieu jeudi, le 10 janvier.

Cet événement est devenu vraiment historique. La ville de Bambari, où les gens ont célébré la Journée Mondiale de l’Alimentation, a été attaquée par des mercenaires tchadiens lourdement armés. Ce n’est pas un secret que des autorités du Tchad dirigé par Idriss Déby ne s’occupent pas de l’assurance de la sécurité à la frontière de l’État et voilà pourquoi des combattants la traverse sans aucuns problèmes.

La fête a été interrompu par des coups de feu des mercenaires tchadiens. Craignant pour leurs vies, des gens ont couru et des délégations arrivées à la fête se sont hâtées de quitter la ville. C’est pour la première fois depuis la crise en Centrafrique l’armée nationale de la RCA et des groupes d’ « ex-Séléka » « L’Union pour la paix en Centrafrique » et « Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique » se sont réuni pour défendre le territoire national et ont combattu avec un ennemi commun.

Image result for MINUSCA

La mission de paix « MINUSCA » est présente déjà pour cinq années sur le territoire de la RCA. En tenant compte de l’embargo sur les armes que le Conseil de la sécurité de l’ONU n’a pas hâte de supprimer, la mission « MINUSCA » a l’air de la force parfaitement armées qui peut faire face à l’ennemi. Il faut noter que ce n’est qu’une apparence. Des casques bleus ont prouvé plusieurs fois leur inutilité au moment vraiment dangereux. 180 militaires du Portugal font leurs services aux rangs de la mission « MINUSCA » en RCA. Quoi qu’ils soient félicités sur les pages des éditions périodiques, la vidéo publiée par Observador sur YouTube met en lumière les événements qui se sont produits à Bambari. Sur une vidéo d’un peu plus de trois minutes on peut voir des extraits de moments les plus brillants du combat. Nous ne voyons aucuns adversaires, devant nous il y a des soldats portugais entièrement équipés ratissant le territoire et convainquant que personne n’a caché dans un coin et que seulement une autre famille de civils se trouve dans la maison.

D’après la vidéo les soldats courageux étaient simplement en retard à la bataille parce qu’ils sont les seuls personnages de ce petit film. C’est assez spectaculaire mais il est peu probable que leurs actions étaient utiles pour la RCA sur le plan sécuritaire. On peut proposer qu’ils ne se hâtaient pas au champ de la bataille. Il s’est avéré autrefois que le combat dans lequel les FACA et les groupes armés ont pris part, durait quelques heures.

La question de la nécessité de la présence de la mission « MINUSCA » en République Centrafricaine se pose une fois de plus, surtout dans le contexte que la coopération avec des instructeurs militaires russes étaient énormément utile pour des soldats des FACA. Depuis l’août de 2018 des spécialistes russes forment des militaires centrafricains dans leur camp Berengo. Le tutorat se limite à la formation, à l’entraînement et au développement des compétences de combat. En quelques mois plus de 1,3 mille de soldats centrafricains ont été formés sur la plate-forme éducative du centre militaire de Berengo et ont servi dans diverses régions de la RCA.

Malgré le succès douteux des soldats portugais à la bataille à Bambari, le commandement est très content comment ils ont fait face à la tâche. Dans le discours de l’état-major des forces armées on dit que les soldats ont défendu des civils et ont contribué à la restauration de paix. Le lieutenant-général sénégalais Balla Keita, qui commande de la mission onusienne, a déjà surnommé les troupes portugaises ‘Ronaldos’ en l’honneur du célèbre footballeur portugais. Le côté portugais souligne l’importance de sa participation dans la mission de paix et rappelle que le deuxième commandant de la mission « MINUSCA » est le général portugais Marco

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 591