SANTÉ

200 millions de femmes et de filles ont subi une mutilation génitale

Le pourcentage de filles et de femmes qui ont subi une mutilation génitale féminine sur le continent africain pendant près de trois décennies a connu un «déclin énorme et significatif», selon une nouvelle étude publiée par BMJ Global Health.

200 millions de femmes et de filles ont subi une mutilation génitale

Intitulée «Secular trends in the prevalence of female genital mutilation/cutting among girls» [1], l’étude s’inspire de deux enquêtes précédentes portant sur près de 210 000 enfants dans 29 pays entre 1990 et 2017 [2].

Des estimations récentes montrent que plus de 200 millions de femmes et d’enfants à travers le monde entier ont subi une mutilation génitale. La pratique des mutilations génitales féminines (MGF) consiste à retirer tout ou partie des organes génitaux externes d’une fille ou d’une femme, y compris le clitoris. Plusieurs rapports suggèrent que cette pratique dans certaines sociétés est considérée comme un «rite de passage».

Dans une étude de 2003 incluant des étudiants soudanais, la MGF :

«est généralement pratiquée sur de très jeunes filles par des personnes non médicales et souvent sans anesthésie. Les survivantes peuvent avoir des effets néfastes sur leur santé pendant le mariage et la grossesse. Plusieurs raisons ont été citées pour expliquer ses actes, parmi lesquelles la chasteté, l’augmentation des chances de mariage, le décret religieux et la tradition.» [3]

Bien que la mutilation génitale féminine en Afrique ait attiré beaucoup d’attention en Occident, elle est pratiquée ailleurs dans le monde islamique.

Entre culture et religion

De nombreux musulmans et universitaires s’emploient à expliquer que cette pratique n’est aucunement enracinée dans la religion mais plutôt dans la culture. Haseena Lockhat, une psychologue clinicienne pour enfants, dans Middle East Quarterly en 2007, a souligné que lorsque la pratique est condamnée dans une grande partie du monde islamique, «il devient clair que la notion de pratique islamique est fausse», a-t-elle déclaré [4].

La publication trimestrielle suggère que le problème est localisé en Afrique du Nord ou en Afrique subsaharienne, ce qui est faux.

«Le problème est omniprésent dans tout le Levant (vaste territoire couvrant la Méditerranée orientale), le croissant fertile et la péninsule arabique, ainsi que parmi les nombreux immigrants de ces pays qui se sont établis à l’ouest.» [5]

On devine comment les MGF sont désormais attribuées à l’islam. Dans le débat sur cette problématique au Soudan, on insiste sur le fait qu’il s’agit d’une mauvaise interprétation religieuse.

«Bien que la circoncision féminine ne soit pas explicitement mentionnée dans le Coran, le Coran interdit de causer du tort à d’autres musulmans.»[6]

Image result for genital mutilations female

Une pratique pourtant jugée illégale

Nulle part dans le Coran, cette pratique est mentionnée ou autorisée. En effet, selon un texte juridique soudanais :

« Quiconque cause volontairement des lésions aux organes génitaux éternels d’une femme est dit, sauf indication contraire, commettre une circoncision illicite. Quiconque commet une circoncision illégale est passible d’une peine d’emprisonnement maximale de cinq ans, ou d’une amende, ou des deux.» [7]

La même disposition légale exempte ceux qui se contentent de retirer la partie libre et saillante du clitoris un organe génital externe.

Dans un rapport de 2015, des experts juridiques ont exigé l’adoption d’une loi soudanaise définitive contre les mutilations génitales féminines. Le rapport publié sur le site debangasudan.org mentionne une lettre de 2012 du gouvernement soudanais aux Nations Unies, dans laquelle il était informé que le gouvernement s’efforçait de formuler une loi interdisant les mutilations génitales féminines. Il a affirmé avoir déployé une stratégie nationale :

«visant à éliminer les mutilations génitales féminines aux niveaux fédéral et régional en matière de santé, d’éducation, de médias, de droit, de religion et d’information.» [8]

Related image

En 2015, Rashida Manjoo, rapporteure spéciale de l’ONU sur la violence à l’égard des femmes, a effectué une mission de 12 jours au Soudan. Deux questions liées aux filles étaient principalement axées sur les mutilations génitales féminines et les mariages précoces.

«Le silence et les dénégations, de la part des autorités de l’État ou de nombreux participants de la société civile, au sujet de la violence subie par les femmes sont une source de préoccupation», a déclaré Manjoo.

L’année dernière, OpenDemocracy.net, dans un article intitulé «Paper tiger law forbidding FGM in Sudan», a expliqué que si la loi plaisait aux «parties prenantes», la loi ne protégeait pas les filles qui étaient victimes de ces mutilations [9].

Les trois co-auteurs de l’article citent le travail de terrain effectué à Khartoum en 2015, où plusieurs personnes ont expliqué au cours d’entretiens :

«que l’islam interdit de porter atteinte au corps d’une femme et que des preuves médicales montrent que les mutilations génitales féminines causent des dommages considérables aux corps et à l’esprit des femmes».

Image result for genital mutilations female

Ils ont écrit que tous les comités requis avaient approuvé le projet de loi avant sa présentation au Conseil des ministres :

« Cependant, avant cette réunion (ils ont découvert), des chefs religieux ont convaincu le président (Omar) al-Bashir que l’article 13 était contre la charia, et il a ensuite ordonné son retrait.« 

Nafisa Bedri, de l’Université pour femmes d’Ahfad, a déclaré: «Cette décision faisait suite à une fatwa du Conseil de jurisprudence islamique appelant à une distinction entre les différentes formes de MGF.» Cette fatwa appelle à une distinction entre la circoncision «pharaonique» et le type « Sunna ».

La circoncision pharaonique est un acte assertif qui met l’accent sur la fertilité féminine. Cette forme de mutilation génitale féminine la plus blessante, appelée infibulation, consiste à exciser le clitoris et les lèvres de la fille ou de la femme et à coudre les bords de la vulve pour éviter les rapports sexuels.

Le type traditionnel de MGF, connu sous le nom de circoncision de Sunna, consiste à enlever le pli rétractable de la peau et le bout du clitoris. Une étude a révélé que «Quatre-vingt-dix-sept (97%) des filles égyptiennes subissent la circoncision de la Sunna. Dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, la pointe du clitoris est enlevée. »

Related image

Malgré cet échec au niveau national, plusieurs États, dont le Kordofan méridional, le Darfour méridional, Dedaref et Red Sea, ont adopté des lois interdisant les mutilations génitales féminines.

L’étude de BMJ Global Health a révélé un :

«déclin énorme et significatif de la prévalence des MGF / E (excision) chez les enfants âgés de 0 à 14 ans dans plusieurs pays et régions. Les preuves actuelles témoignent du succès des investissements nationaux et internationaux et des interventions politiques des trois dernières décennies. Une explication possible de la diminution des MGF / E chez les jeunes filles (de 0 à 14 ans) pourrait être l’interdiction légale actuellement en vigueur dans la plupart de ces pays, où une forte influence culturelle et traditionnelle aurait pu avoir un effet dissuasif efficace, comme le montre le déclin parmi ces cohortes.« 

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Le prolapsus, une conséquence tardive de l’excision

Source : Jehron Muhammad, « 200 million women, girls have undergone Female Genital Mutilation« , finalcall.com, publié le 29 novembre 2018.

Notes et références

[1] Traduction : Tendances séculaires de la prévalence des mutilations génitales féminines/excisions chez les filles

[2] Ngianga-Bakwin Kandala, Martinsixtus C Ezejimofor, Olalekan A Uthman, Paul Komba ~ « Secular trends in the prevalence of female genital mutilation/cutting among girls: a systematic analysis« .

[3] E Herieka, J Dhar ~ « Female genital mutilation in the Sudan: survey of the attitude of Khartoum university students towards this practice« .

[4] « Is Female Genital Mutilation an Islamic Problem ?« , meforum.org, publié en hiver 2007.

[5] Ibid.

[6] E Herieka, J Dhar ~ « Female genital mutilation in the Sudan: survey of the attitude of Khartoum university students towards this practice« .

[7] Loi soudanaise (vol. 9, 1974-1975)

[8] « Legal experts demand Sudanese law against female circumcision« , dabangasudan.org, publié le 26 juin 2015.

[9] « Paper tiger law forbidding FGM in Sudan« , opendemocracy.net, publié le 17 mars 2017.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 475