Trilogie Kemi Seba

Wladyslaw Jablonowski, général afro-polonais des armées française et polonaise

Histoire

Wladyslaw Jablonowski, général afro-polonais des armées française et polonaise

Par Sandro CAPO CHICHI

Wladyslaw Jablonowski (1769-1802) est le premier général d’ascendance africaine connu pour avoir servi dans l’armée polonaise.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Wladyslaw Jablonowski naît en 1769 à Gdansk en Pologne. Il est le fils de Maria Dealire, une aristocrate britannique et d’un Noir Africain dont l’identité est aujourd’hui inconnue. Il est toutefois reconnu par l’époux de sa mère, l’aristocrate Konstanty Jablonowski.

Wladyslaw Jablonowski

Ancienne Ecole Militaire de Brienne

Très tôt, Wladyslaw Jablonowski part en France. Il étudie à l’Académie Militaire de Brienne, succursale de l’Ecole Militaire de Paris à partir de 1783. Dans ce cadre, il est le notamment le camarade de Napoléon Bonaparte, dont il subit les insultes racistes.
Il sort de l’école comme lieutenant de cavalerie de l’armée royale française en 1786.

En 1791, il intègre l’armée de son pays d’origine, la Pologne, puis prend part aux guerres d’indépendance qui l’opposent à l’Empire russe. Il devient alors le premier général d’ascendance africaine connue à servir dans l’armée polonaise.

Il réintègre ensuite l’armée française par le biais des Légions Polonaises, des armées de soldats polonais combattant  pour la France en espérant que celle-ci libère leur pays. Après une présence en Italie, sa carrière est ensuite interrompue avec les prémices de la paix en Europe qui commence en 1801.

Pour relancer sa carrière,  Wladyslaw Jablonowski demande la nationalité française qu’il obtient et part s’engager avec d’autres Polonais à Saint Domingue en 1802 pour ‘mater’ ce qui deviendra la Révolution haïtienne. Peu avant, il avait épousé une femme française qui l’accompagnera dans les Caraïbes. Malheureusement pour lui, il mourra en 1802 de la fièvre jaune et sa femme le suivra peu après dans son trépas des causes de la goutte.

Comme l’a écrit à son sujet l’historien Philippe R. Girard, parmi les 27 généraux de l’armée française morts à Saint Domingue, celle de Wladyslaw Jablonowski était celle qui avait le moins de sens. Il avait perdu la vie à combattre d’autres afro-descendants pour un autre pays que le sien sous les ordres de son ancien camarade de classe raciste qu’était Napoléon.

Wladyslaw Jablonowski

Wladyslaw Jablonowski(1769-1802)

Vous aimerez aussi:

Domenico Mondelli, premier général noir de l’histoire italienne