NATIONS N√ąGRES ET CULTURE ‚Äď CHEIKH ANTA DIOP

L’histoire de la reine Njinga de Ndongo et Matamba : Partie 1, la jeunesse

Histoire

L’histoire de la reine Njinga de Ndongo et Matamba : Partie 1, la jeunesse

Par Sandro CAPO CHICHI

La reine Njinga de Ndongo et de Matamba est probablement l’une des reines les plus connues de l’histoire de l’Afrique. Diabolis√©e apr√®s sa mort par les Europ√©ens, elle est aujourd’hui souvent pr√©sent√©e comme une ic√īne de la lutte africaine contre l’esclavage et la colonisation europ√©ens. On propose de revenir ici sur la jeunesse de cet extraordinaire personnage.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Naissance et enfance de Njinga

Njinga na√ģt en 1582. Elle est la fille de Mbande a Ngola, roi de l’√©tat mbundu de Ndongo (actuel Angola) et de sa seconde √©pouse, Kengela ka Nkombe. Par cette double filiation, Njinga sera doublement l√©gitime lorsqu’elle revendiquera plus tard le pouvoir royal. Son p√®re est en effet roi et sa m√®re appartient √† l’un des lignages royaux mbundu.

Son nom, Njinga le doit √† la position avec laquelle elle vint au monde : avec la partie inf√©rieure de son corps et avec le cordon ombilical enroul√© autour de son cou. Dans la tradition mbundu de l’√©poque, ce type de naissance √©tait semble-t-il consid√©r√© comme miraculeux. Comme avec son ascendance, Njinga s’est probablement servi de ce fait pour l√©gitimer son accession au pouvoir. A cause de cette condition lors de sa naissance, elle fut nomm√©e Njinga, du verbe mbundu kujinga qui signifie ‘enrouler’.

Plus tard dans sa vie, Njinga racontera avoir √©t√© particuli√®rement choy√©e par son p√®re lors de son enfance. La favorisant plus que ses autres fr√®res et soeurs, il l’aurait autoris√©e √† assister √† ses r√©unions les plus importantes. Durant sa jeunesse, elle aurait surpass√© tous ses fr√®res et soeurs dans le maniement de la hache de guerre, consid√©r√© comme le symbole royal de Ndongo.

On peut être tenté de remettre en question la véracité de tous ces faits racontés a posteriori par Njinga. De nombreux personnages historiques et leurs partisans ont ainsi tendance à embellir leur histoire personnelle, notamment en inventant des histoires justifiant la légitimité de leur accession au pouvoir et des histoires de naissance miraculeuse les prédestinant à une vie extraordinaire.

Ces √©l√©ments de sa jeunesse pourraient avoir √©t√© invent√©s pour justifier que Njinga √©tait en quelque sorte destin√©e √† r√©gner. Toutefois, ils semblent principalement √™tre coh√©rents. L’√©tymologie du nom de Njinga semble justifi√©e par sa naissance ‘extraordinaire’ ; son excellent maniement de la hache de guerre a √©t√© confirm√© par ses contemporains alors qu’elle √©tait √Ęg√©e de 70 ans. Les faveurs que lui aurait accord√© son p√®re semblent confirm√©es par sa participation pr√©coce √† des activit√©s militaires, comme on le verra plus bas.

L’enfance de Njinga s’est d√©roul√©e dans un contexte de r√©sistance √† l’expansion portugaise dans le royaume de Ndongo. Son grand-p√®re, qu’elle perdit √† l’√Ęge de dix ans et son p√®re avaient oppos√© une r√©sistance, certes malheureuse, √† l’avanc√©e des Portugais et de leur religion, le christianisme. Ce contexte a nul doute du fa√ßonner le caract√®re martial de Njinga.

La reine Njinga

La jeune Njinga par Tim O’Brien / obrienillustration.com/

Référence

Linda M. Heywood / Njinga of Angola