ECONOMIE

Folorunsho Alakija : Portrait d’une des trois femmes noires les plus riches du monde…

Peu de gens en dehors du Nigeria avaient entendu parler d’elle avant son entrée soudain dans le classement formes des milliardaires l’année dernière. Voici l’histoire toute aussi fascinante qu’inspirante … de Folorunsho Alakija.

Oui! La deuxième femme noire la plus riche du monde actuellement est la magnat du pétrole nigérianne Folorunsho Alakija, âgée aujourd’hui de 61ans. Après avoir remporté une victoire historique en justice contre le gouvernement nigérian l’année dernière, la fortune nette de Folorunsho Alakija a grimpé en flèche pour atteindre 3,2 milliards de dollars la rendant de 500 millions (seulement) plus riche que Oprah Winfrey. Avec 3,2 milliards de dollars,  Alakija a été propulsée cinquième personnalité noire la plus riche de la planète derrière ses compatriotes nigérians Aliko Dangote (11,2 milliards de dollars), Mike Adenuga (4,3 milliards de dollars), et l’éthiopien Mohammed Al Amoudi(12,5 milliards de dollars).

En plus d’être la femme noire la plus riche, Folorunsho Alakija est aussi une mère, grand-mère, et femme mariée depuis 40 ans, styliste et philanthrope. Mme Alakija a gagné ses milliards à travers l’entreprise pétrolière Famfa Oil qu’elle a fondé. Famfa Oil détient 60% de parts d’un gisement de pétrole situé au Nigeria  appelé OML 127, et qui produit 200.000 barils de pétrole chaque jour.

folorunsho-alakija

Folorunsho Alakija, deuxième femme noire la plus riche au monde.

L’histoire de la façon dont Folorunsho Alakija est devenu milliardaire  est particulièrement fascinante.

Alakija nait en 1951, fille d’un riche Nigérian qui avait huit femmes et 52 enfants. Après des études au Pays de Galles (Angleterre), Alakija retourne au Nigeria où elle travaille comme simple secrétaire pour une banque locale. Lorsque la banque ferme ses portes suite à une faillite, elle repart s’installer à Londres pour étudier le stylisme. Peu de temps après son diplôme, Alakija lance sa propre ligne de vêtements appelée « Supreme Stitches ». Un an plus tard, en 1986, Folorunsho Alakija remporte le prix du meilleur designer/styliste au Nigeria. Nous somems alors au début des années 1990. Alakija utilise son succès financier et la notoriété acquise dans le milieu de la mode pour demander une licence de prospection pétrolière auprès du gouvernement Nigérian. Si le Nigeria est aujourd’hui  l’un des plus grands producteurs mondiaux de pétrole au monde, il faut se rappeler qu’en 1993, la prospection était encore extrêmement coûteuse et risquée. Alakija persiste dans sa demande et obtient finalement une parcelle 620.000 acres de terres à explorer. Sauf qu’il y a un petit problème – Alakija n’a aucune idée de la façon de forer des puits de pétrole. En 1996, Elle embauche conglomérat pétrolier Texaco pour préparer un rapport sur le potentiel pétrolier de ses terres. Après quatre années de recherches, Texaco rapporte que Alakija est en fait assise sur un milliard de barils de pétrole environs!

Et c’est là qu’on fait péter le champagne diriez-vous? Malheureusement, tout n’a pas été si facile. En 2000, peu de temps après la découverte du pétrole sur ces terres, le gouvernement nigérian annonce qu’il révoque les droits d’ Alakija sur les 620.000 acres de terre. Initialement, le gouvernement prétend vouloir juste reprendre 50% des droits, mais il fini par en reprendre 90%. Sauf que Alakija est une combattante et elle refuse de se laisser faire! Elle traine le gouvernement en justice pour non respect de contrat et après 12 longues années de procès et de batailles juridiques, Alakija est finalement réhabilitée dans ses droits en 2012 par la Cour suprême du Nigeria. En début d’année 2012, la cour suprême par jugement, augmente les part de Alakija de 10% à 60%, faisant instantanément augmenter sa valeur nette de plusieurs milliards de dollars et la propulsant au titre de plus riche femme noire au monde.

Folorunsho-Alakija-husband

Aujourd’hui Famfa Oil est dirigée par ses fils et son mari Modupe Alakija. Elle utilise désormais son temps à dépenser et distribuer aux oeuvres caritatives son immense fortune. Elle a récemment dépensé plus de 100 millions de dollars pour acheter une propriété dans One Hyde Park, l’un des quartiers les plus huppés de Londres et a dépensé 45 millions de dollars pour un jet privé Bombardier Global Express 6000.

Alakija a également créé la Rose of Sharon Foundation, un organisme sans but lucratif et non gouvernemental basé à Lagos au Nigéria et qui soutient les orphelins, les veuves et autres personnes dans le besoin à travers le monde.

Articles : 132