Placman

Martin Luther King Jr., au-delà du rêve, un leader révolutionnaire

Politique

Martin Luther King Jr., au-delà du rêve, un leader révolutionnaire

Par Mathieu N'DIAYE 4 avril 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Le Révérend Martin Luther King Jr. est une figure emblématique dans la lutte pour la libération des peuples africains à travers le monde, reconnu tant au sein de la communauté noire qu’ailleurs. Cependant, comme c’est souvent le cas avec les personnalités historiques, peu de personnes ont approfondi l’étude de son parcours et de son combat contre la ségrégation raciale et la pauvreté.

Au-delà du rêve, la révolution oubliée de Martin Luther King Jr.

Beaucoup réduisent le pasteur afro-américain charismatique de Géorgie, Martin Luther King Jr., à son image de rêveur intégrationniste, célèbre pour son discours « I Have a Dream » en 1963, tout en négligeant son côté révolutionnaire jusqu’à son assassinat en 1968. Dans l’imaginaire collectif, souvent façonné par l’éducation et les médias, King le pacifiste est souvent opposé à Malcolm X1, perçu comme un raciste noir violent. Cependant, il est important de se rappeler que les élites favorisent souvent la non-violence plutôt que la radicalité…

Ceux qui ont suivi les enseignements de Cheikh Anta Diop2, qui nous encourageait à nous « armer de sciences jusqu’aux dents« , reconnaissent que le Dr. Martin Luther King Jr. était en réalité bien plus révolutionnaire et radical que ce que l’on a tendance à croire.

L’évolution radicale de Martin Luther King Jr.

Dans les dernières années de sa vie, Martin Luther King Jr. avait adopté un discours plus critique, remettant en question son approche intégrationniste et non-violente. Lors d’une conversation avec Harry Belafonte3, un de ses proches amis, King aurait exprimé des réflexions plus tranchantes sur ces sujets :

« J’ai pris conscience d’une chose qui me perturbe profondément. Nous nous sommes battus avec acharnement et depuis longtemps pour l’intégration, comme je pense que nous aurions dû le faire, et je sais que nous gagnerons, mais j’en suis venu à penser que nous nous intégrons à une maison en flammes. Je crains que l’Amérique n’ait perdu la vision morale qui pouvait être la sienne, et je crains que même si nous nous intégrons, nous entrons dans un endroit qui ne comprend pas que cette nation doit se préoccuper profondément du sort des pauvres et des laissés-pour-compte.

Tant que nous ne nous engagerons pas à faire en sorte que les classes défavorisées bénéficient de la justice et de perspectives d’avenir, nous continuerons à perpétuer la colère et la violence qui déchirent l’âme de cette nation. Je crains que je ne sois en train d’intégrer mon peuple à une maison en feu ».

Dr. Martin Luther King Jr: ‘I fear I am integrating my people into a burning house’, amsterdamnews.com, 12 janvier 2017

Dans son ouvrage « Where Do We Go From Here?4« , publié de manière posthume, Martin Luther King Jr. exprime, un an avant son assassinat en 1967, des interrogations profondes sur la direction et les méthodes du mouvement pour les droits civiques. Cet ouvrage révèle une facette plus introspective et critique de King, qui questionne les approches adoptées jusque-là dans la lutte pour l’égalité et la justice sociale :

« Pourquoi l’Amérique blanche se berce-t-elle d’illusions et comment rationalise-t-elle le mal qu’elle perpétue ?« 

Dans ses dernières années, Martin Luther King Jr. est devenu de plus en plus critique envers l’attitude des Blancs américains envers la justice et l’équité pour les Noirs. Il a exprimé des doutes sur leur engagement envers les droits humains, qualifiant leur foi en ces principes de « fantasme d’auto-tromperie et de vanité confortable« .

Dans « All Labor Has Dignity« 5, un recueil de ses discours, Martin Luther King Jr. exprime des critiques plus sévères envers l’Amérique blanche et raciste, s’éloignant de son discours initial sur la fraternité universelle et la solidarité raciale. Ses propos révèlent une évolution vers une approche plus incisive et critique.

« Les Américains blancs ont laissé les Noirs dans la panade et, dans des proportions dévastatrices, ont pris le parti de l’agresseur. Il est apparu que les ségrégationnistes et les citoyens blancs ordinaires avaient plus en commun entre eux qu’avec les Noirs ».

Martin Luther King Jr., souvent présenté dans la culture populaire comme le symbole du militant noir pacifique, a admis, vers la fin de sa vie, la possibilité d’une séparation temporaire comme étape vers une société véritablement intégrée. Cela marque une évolution notable dans sa pensée et sa stratégie de lutte pour les droits civiques.

Martin Luther King Jr. et la guerre du Vietnam, une voix contre l’injustice

Martin Luther King Jr. s’est exprimé de manière claire et sans équivoque sur la guerre du Vietnam en 19686, un sujet très sensible à l’époque. Sa position sur ce conflit a marqué un aspect important de son activisme :

« Et je suis triste de dire que la nation dans laquelle nous vivons est la coupable suprême. Dieu n’a pas appelé l’Amérique à s’engager dans une guerre injuste insensée, comme la guerre du Vietnam. Et nous sommes des criminels dans cette guerre. Nous avons commis plus de crimes de guerre que presque tout autre pays dans le monde, et je vais continuer à le dire. « 

Les derniers mots de King, un message de défi et d’espoir

Dans son dernier discours à Memphis, le 3 avril 1968, Martin Luther King Jr. a abordé la question des représailles noires contre l’injustice, en mentionnant spécifiquement « la puissance du sevrage économique » comme moyen de lutte. Cette approche marque une évolution dans sa stratégie de résistance.

« Jusqu’à présent« , enseignait-il, « seuls les éboueurs ont ressenti la douleur; désormais nous devons faire en sorte de redistribuer la douleur« .

Le gouvernement américain espionna Martin Luther King Jr. et tenta de perturber sa vie. Sa responsabilité dans sa mort est fortement suspectée. King, âgé de 39 ans, fut assassiné le 4 avril 1968 à Memphis. Parmi ses effets personnels, on a trouvé le brouillon d’un discours intitulé « Pourquoi l’Amérique ira probablement en Enfer« 7.

Que s’est-il passé dans le cheminement intellectuel de Martin Luther King pour amorcer ce virage révolutionnaire en fin de vie ? A-t-il compris que sa démarche non-violente pour apporter le bien-être aux africain-américains était plus que limitée ? Est-ce la rencontre du Dr King et de son épouse Coretta avec Elijah Muhammad8 (le leader de la Nation of Islam de l’époque) à son domicile de Chicago le 24 février 1966 qui entraîna la radicalisation de son discours ? Je laisse à chacun le soin de se faire son propre avis en approfondissant les quelques pistes de réflexion et clés de compréhension de cet article…

Préserver l’héritage de King, une mission pour l’avenir

Il est crucial pour ceux qui cherchent à élever leur communauté de comprendre Martin Luther King Jr. dans sa totalité et sa complexité, d’étudier en profondeur son héritage, et de le préserver contre les mauvaises interprétations qui pourraient nuire à la communauté noire, en France et ailleurs.

VOUS AIMEREZ AUSSI

https://www.nofi.media/2014/10/discours-i-have-a-dream-par-martin-luther-king/1755

Notes et références

  1. Malcolm X (1925-1965) : Militant afro-américain influent et figure majeure du mouvement des droits civiques. Initialement porte-parole de la Nation of Islam, il est connu pour ses discours sur l’identité noire, l’autodéfense face au racisme et la critique du pacifisme en tant que seul moyen de lutte. Après son pèlerinage à La Mecque, il a évolué vers une vision plus inclusive et universaliste, mais a été assassiné peu après. Son héritage reste central dans les discussions sur la lutte pour les droits des Afro-Américains. ↩︎
  2. Cheikh Anta Diop (1923-1986) : Historien, anthropologue et physicien sénégalais renommé pour ses travaux révolutionnaires sur la civilisation africaine, en particulier l’histoire de l’Égypte ancienne et ses liens avec l’Afrique subsaharienne. Ses théories ont influencé la perception de l’histoire africaine et la conscience panafricaine. ↩︎
  3. Harry Belafonte (né en 1927) : Chanteur, acteur et militant des droits civiques américain d’origine jamaïcaine. Ami proche de Martin Luther King Jr., il a été un fervent soutien du mouvement pour les droits civiques et a utilisé sa notoriété pour sensibiliser à la lutte contre l’injustice raciale. ↩︎
  4. « Where Do We Go From Here: Chaos or Community? » est un ouvrage écrit par Martin Luther King Jr., publié en 1967. Dans ce livre, King réfléchit sur les réalisations du mouvement des droits civiques et discute des défis futurs. Il explore des thèmes tels que la nécessité de la solidarité dans la lutte pour l’égalité, l’importance de la non-violence, et les problèmes économiques affectant les communautés afro-américaines. Ce livre est considéré comme une analyse introspective et un guide pour la suite du mouvement pour les droits civiques. ↩︎
  5. « All Labor Has Dignity » est un recueil de discours de Martin Luther King Jr., axé sur l’importance du travail et de la justice économique dans le mouvement des droits civiques. Publié posthumément, ce livre rassemble des discours moins connus de King, mettant en lumière ses efforts pour relier la lutte pour les droits civiques à des questions plus larges de justice sociale et économique. Il souligne l’interconnexion entre la lutte pour les droits des travailleurs et la lutte contre la ségrégation raciale. ↩︎
  6. La guerre du Vietnam, un conflit majeur qui a eu lieu de 1955 à 1975, a profondément marqué les États-Unis et le monde. Elle a opposé le Nord Vietnam, soutenu par ses alliés communistes, et le Sud Vietnam, appuyé par les États-Unis et d’autres nations anti-communistes. Ce conflit a été le théâtre d’une lutte idéologique intense et a provoqué de vives controverses, notamment aux États-Unis, où il a suscité des mouvements importants contre la guerre et a eu un impact profond sur la politique et la société américaines. ↩︎
  7. « Pourquoi l’Amérique ira probablement en Enfer » est un titre provocateur attribué à un discours prévu par Martin Luther King Jr. Ce titre suggère une critique sévère des politiques et des pratiques sociales et politiques des États-Unis à l’époque, en particulier en relation avec les questions de justice raciale et d’inégalité. Bien que le discours complet n’ait jamais été prononcé, le titre seul indique l’évolution de la pensée de King vers une critique plus directe et peut-être plus radicale de la société américaine. ↩︎
  8. Elijah Muhammad (1897-1975) : Leader de la Nation of Islam de 1934 à sa mort en 1975. Il a joué un rôle clé dans la promotion de l’identité afro-américaine et de l’indépendance économique, et a influencé des figures importantes comme Malcolm X et Muhammad Ali. ↩︎