La NHA fête ses 10 ans

Ramsès le Grand a établi la norme pour tous les souverains qui ont suivi

Histoire

Ramsès le Grand a établi la norme pour tous les souverains qui ont suivi

Par Runoko Rashidi 5 février 2022

Pour ne rien manquer de l'actualité,
inscrivez-vous à la newsletter depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Tout au long du mois du Black History Month, Nofi diffusera des articles de feu Runoko Rashidi qui explorent la richesse et la diversité des vies des Noirs du monde entier, de nos jours et dans le passé Aujourd’hui, le cas Ramsès le Grand !

La récupération pour le monde africain de l’ancien héritage kamite, qui comprend la connaissance de souverains héroïques tels que Ramsès le Grand, doit être considérée comme une partie intégrante du mouvement de libération des Noirs. Il nous inspirera et nous guidera. Le Kmt était le cœur et l’âme de l’Afrique, et il nous suffit de jeter un coup d’œil à ses nobles traditions, à sa dignité, à son humanité et à sa splendeur royale pour mesurer notre véritable chute du pouvoir.

Ramsès le Grand
Statue de Ramsès II, le “jeune Memnon”. Provenant du Ramesseum, Thèbes, Egypte, 19ème dynastie, environ 1250 av. British Museum, Londres.

Bien que ce soit le Soudan africain – l'”Éthiopie” (Terre des Noirs) des temps anciens – qui ait donné naissance à la plus ancienne civilisation, c’est au Kmt (Égypte ancienne), enfant de l’Éthiopie et plus grande nation de l’Antiquité, que l’essentiel des recherches historiques a été effectué. Pour l’instant, du moins, le Kmt reste le point central de nos recherches centrées sur l’Afrique, et sera probablement l’objet d’une grande partie de nos études pendant un certain temps encore. Non seulement les origines de l’Égypte ancienne étaient africaines, mais tout au long de l’âge dynastique et pendant toutes les périodes de réelle splendeur depuis l’unification initiale de la Haute et de la Basse Égypte au quatrième millénaire avant notre ère, les hommes et les femmes à la peau noire et aux cheveux laineux régnaient pratiquement en maîtres.

Dans la lutte intense et incessante pour établir et prouver scientifiquement les fondements africains de la civilisation égyptienne ancienne, le regretté chercheur sénégalais Cheikh Anta Diop reste un champion des plus féroces et ardents. Diop, 1923-1986, comptait parmi les plus grands égyptologues du monde et occupait le poste de directeur du laboratoire de radiocarbone de l’Institut fondamental d’Afrique noire à Dakar, au Sénégal. La gamme de méthodologies employées par le Dr. Diop dans le cadre de ses travaux approfondis comprennent notamment l’examen de l’épiderme des momies royales égyptiennes récupérées lors de l’expédition Auguste Ferdinand Mariette pour vérifier la teneur en mélanine ; des mesures ostéologiques précises et des études méticuleuses dans les domaines pertinents de l’anatomie et de l’anthropologie physique ; des examens et des comparaisons minutieux des groupes sanguins modernes de la Haute-Égypte et de l’Afrique de l’Ouest ; des études linguistiques détaillées ; l’analyse des désignations ethniques employées par les Kamites eux-mêmes ; la corroboration de traits culturels africains distincts ; la documentation des témoignages et références bibliques concernant l’ethnicité, la race et la culture ; et les écrits des premiers érudits grecs et romains pour les descriptions de l’apparence physique des anciens Egyptiens.

Ramsès le Grand
Cheikh Anta Diop (1923- 1986), scientifique, historien, anthropologue, chimiste, homme politique sénégalais.

Diop croyait fermement que “le point culminant de l’histoire égyptienne était la dix-neuvième dynastie de Ramsès II“.

Le règne de soixante-sept ans de Ramsès le Grand fut pour Kmt une ère de prospérité générale, de gouvernement stable et de grands projets de construction. Les anciennes divinités comme Ptah, Rê et Seth furent élevées au rang de divinités de haut rang. L’adoration d’Amon fut restaurée et ses prêtres réintégrés. Des guerres importantes sont menées contre les Libyens, les Hittites et leurs alliés. De la Nubie au delta égyptien, de merveilleux temples sont creusés dans les falaises nues. De splendides tombes sont construites, rénovées et embellies dans les collines de l’ouest de Waset et d’Abydos. La nouvelle ville égyptienne de Pi-Ramsès fait des débuts impressionnants.

Ramsès a été déifié de son vivant et, grâce à la projection incessante de sa personnalité incomparable, le nom de Ramsès, le fils d’Amon-Rê, est devenu synonyme de royauté pendant des siècles. Ramsès II était vraiment grand. Il était la figure dominante de son époque et a établi les modèles et les normes que les autres ont utilisés pour gouverner.

En ce qui concerne l’ethnicité du grand Ramsès, Cheikh Anta Diop a jeté le gant sans hésiter, et a parlé de lui dans un langage d’une fermeté et d’une certitude sans équivoque :

“Ramsès II n’était pas leucoderme et aurait pu être encore moins roux, car il régnait sur un peuple qui massacrait instantanément les roux dès qu’il les rencontrait, même dans la rue ; ces gens étaient considérés comme des êtres étranges, malsains, porteurs de malheur et inaptes à la vie….Ramsès II est noir. Laissons-le dormir dans sa peau noire, pour l’éternité”.

Malheureusement, la momie de Ramsès II a été plus que dérangée. Au cours de la XXIe dynastie, les momies de Ramsès II et de Seth Ier, ainsi que d’autres momies royales, ont été retirées de leurs tombes et réinhumées dans les falaises de Deir el-Bahari. C’est là que les momies ont été découvertes par le Département des Antiquités en 1881 et transportées au Caire.

Le grand roi ne fut pas non plus autorisé, comme le souhaitait Diop, à “dormir dans sa peau noire“. Il fut soumis à de nombreuses observations et expériences récentes. À propos de ces dernières, Ivan Van Sertima fait un certain nombre d’observations extrêmement fascinantes :

“L’une des choses qui m’a le plus frappé chez Diop en tant que personne était son honnêteté absolue. Il n’avait jamais peur de critiquer quelque chose d’africain ou de noir dès lors que cela méritait une critique. Je ne l’ai jamais trouvé dans une quelconque équivoque ou exagération. Il m’a dit à deux reprises, à Londres et à Atlanta, que la noirceur ou l’africanité de Ramsès II ne faisait aucun doute. Il m’a dit qu’il avait vu la momie, et que la peau de la momie était aussi noire que sa peau. Il a dit, cependant, qu’après avoir été soumise aux rayons gamma, la peau avait un aspect grisâtre. Elle avait perdu sa couleur sombre d’origine. Pourtant, il a estimé qu’il aurait quand même été possible d’établir son appartenance ethnique grâce à sa méthode, le test de dosage de la mélanine.

Une méthode similaire est maintenant utilisée aux États-Unis. Il a déclaré que les scientifiques impliqués avaient utilisé beaucoup plus de rayons gamma que nécessaire pour leur expérience. Il a demandé la permission d’examiner un spécimen de la peau et des cheveux de la momie, mais cette permission lui a été refusée. Les autorités ont déclaré que cela endommagerait la momie. Plus tard, après une certaine découverte qui a été dissimulée, les scientifiques ont abandonné la momie, supprimé tous leurs rapports et fait circuler une rumeur selon laquelle il ne s’agissait pas vraiment de la momie de Ramsès II.”

RAMSÈS LE MILITARISTE : LA BATAILLE DE KADESH

Ramsès le Grand
Ramsès II pendant la bataille, tuant un ennemi tout en piétinant un autre (relief à l’intérieur du temple d’Abou Simbel).

Ramsès II ne se lasse pas de relater la bataille de Cadès. Le récit officiel de la bataille de Cadès est inscrit sur les temples d’Abydos, d’Abou Simbel, du Ramesseum, de Karnak, de Louxor et sur deux papyri hiératiques. Elle s’est déroulée la cinquième année de son règne, près de l’Oronte, dans la vallée de la Bekaa. À cette époque, l’armée kamite était organisée en quatre divisions, chacune portant le nom d’une des divinités principales du royaume : Rê, Ptah, Seth et Amon. Le contingent égyptien comprenait le lion de compagnie du roi et deux des fils du monarque.

Trompé par de faux rapports de renseignement, Ramsès, qui ne disposait que d’une petite garde personnelle, se retrouva bientôt loin devant le gros de ses troupes, et c’est précisément à ce moment-là que les ennemis de Kmt attaquèrent. Près de la ville syrienne de Kadesh, la bataille s’engagea, et ce n’est que la valeur personnelle et le courage de Ramsès qui sauvèrent l’armée de Kmt d’un désastre total. Rassemblant un petit groupe autour de lui, Ramsès chargea dans les lignes hittites pas moins de quatre fois et maintint sa petite force jusqu’à ce que la division Ptah de son armée arrive sur les lieux pour sauver la situation. Le monarque a suffisamment apprécié cette bataille pour la commémorer sur des monuments dans toute la Terre Noire. Se retirant vers l’ouest, les Kamites signèrent finalement un traité avec les Hittites qui prévalut pour le reste du long règne de Ramsès.

LA GRANDE NEFERTARI

Ramsès le Grand
Néfertari sur la paroi de son tombeau.

Pour Ramsès II, la reine Néfertari était “la belle compagne“. Les deux principaux titres de Néfertari étaient “la grande épouse du roi” et “la maîtresse des deux terres“. Le temple de Het-Heru, le temple nord d’Abou Simbel, a été construit par Ramsès II pour honorer cette épouse préférée, la reine Néfertari. Entre les statues de Ramsès II se trouvent celles de Néfertari, et la taille de ses statues signifie qu’elle sera honorée presque au même degré que son mari dans sa relation avec les divinités. Les deux temples d’Abou Simbel étaient utilisés comme entrepôts pour les trésors et le tribut exigé de la Nubie, combinant ainsi la fonction essentiellement religieuse des temples avec une fonction éminemment pratique.

On trouve deux inscriptions de construction, l’une dans la salle principale, l’autre sur la façade. La première se lit comme suit :

“Ramsès, il l’a fait comme monument pour l’épouse du Grand Roi, Néfertari, aimée de Mout – une maison taillée dans la montagne pure de Nubie, en grès blanc fin et durable, comme une œuvre éternelle.”

La deuxième inscription dit :

“Ramsès-Meriamon, aimé d’Amon, comme Rê, pour toujours, a fait une maison de très grands monuments, pour l’épouse du Grand Roi Néfertari, belle de visage….Sa Majesté a ordonné de faire une maison en Nubie taillée dans la montagne. Jamais rien de tel n’avait été fait auparavant.”

Après sa mort, la reine Néfertari a été vénérée comme une Osirienne divine, ou une âme qui s’était déifiée, et sous les attributs d’Asr (Osiris), Seigneur des morts, elle était adorée comme un dieu. Néfertari était logée dans une tombe de 5 200 pieds carrés, la plus splendide de la Vallée des Reines.

RAMSÈS LE BÂTISSEUR : ABU SIMBEL

Ramsès le Grand
Vue de la façade du grand temple d’Abou Simbel.

Ramsès II a commandé plus de bâtiments et a fait construire plus de statues colossales que tout autre roi kamite. Il a également fait graver son nom ou sculpter des reliefs sur de nombreux monuments plus anciens. Ramsès a lancé d’énormes activités de construction en Nubie. Il fit construire des temples à Beit-el-Wali, Gerf Hussein, Wadi-es-Sebua, Derr, Abou Simbel et Aksha en Basse-Nubie, et à Amara et Barkal en Haute-Nubie. Le temple d’Abou Simbel, l’une des plus grandes structures rocheuses du monde, est sans aucun doute une œuvre architecturale unique. Il est taillé dans une montagne de roches gréseuses sur la rive gauche du Nil qui était considérée comme sacrée bien avant que le temple de Ramsès n’y soit taillé. Il était dédié à Re-Harakhte, le dieu du soleil levant, qui est représenté comme un homme à tête de faucon portant le disque solaire. C’est un chef-d’œuvre de conception architecturale et d’ingénierie. L’objectif et la position du temple étaient entièrement consacrés à l’adoration du soleil à l’aube, et ce n’est qu’au lever du soleil, à certaines périodes de l’année, que le vaste intérieur était illuminé, lorsque la lumière pénétrait dans le sanctuaire. Ce devait être pour les anciens une expérience inoubliable que de se tenir dans la salle principale à l’aube et de regarder la lumière vivifiante du soleil pénétrer progressivement dans le sanctuaire intérieur, le Saint des Saints, d’une foi ancienne.

Sur la façade du temple d’Abou Simbel se trouvent quatre statues colossales assises, taillées dans la roche vivante. Les statues assises, deux de chaque côté de l’entrée, représentent Ramsès II portant la double couronne de Kmt. L’entrée s’ouvre directement sur la grande salle où l’on peut voir deux rangées de piliers quadrangulaires. Sur l’avant de ces piliers se trouvent quatre gigantesques statues debout du roi, portant à nouveau la double couronne. Chacun des colosses assis fait soixante-cinq pieds de haut, plus grand que les colosses de Memnon. Sur les murs de la grande salle, qui font trente pieds de haut, on trouve des scènes et des inscriptions concernant les cérémonies religieuses et les activités militaires du monarque contre les Hittites.

Le petit temple d’Abou Simbel, contemporain du grand temple, était dédié à l’ancienne et illustre déesse Het-Heru et à la reine Néfertari. Entre 1964 et 1968, les deux temples ont été déplacés vers leur nouvel emplacement, environ 210 miles plus loin du fleuve et 65 miles plus haut, pour un coût de quelque 90 millions de dollars.

PI-RAMSES

Ramsès le Grand
Pieds d’une statue colossale de Ramsès II trouvée à Pi-Ramsès

Pour les préoccupations internationales de Kmt et pour la reconquête de l’empire, il fallait une capitale proche de l’Asie et de la Méditerranée. À Memphis des Murs Blancs et à Waset, Ramsès eut l’ambition et l’énergie d’ajouter un nouveau centre urbain éblouissant. La pièce maîtresse de Pi-Ramsès était l’ancien palais d’été de Séthi Ier, qui fut complété et enrichi par Ramsès II. Pi-Ramsès était également un lieu où les soldats et les chars de Kmt pouvaient être logés pour être prêts à intervenir militairement.

Ramsès portait un grand intérêt personnel à l’ornementation de la ville et était constamment à la recherche de nouvelles ressources à cette fin. Il se félicitait de l’intérêt qu’il portait aux ouvriers qui y travaillaient. Il récompensait le contremaître avec de l’or en signe d’honneur pour avoir trouvé un bloc et l’avoir préparé pour son usage ; il assurait également les ouvriers qu’il avait rempli l’entrepôt à l’avance afin que “chacun d’entre vous soit pris en charge chaque mois. J’ai rempli le magasin de tout, de pain, de viande, de gâteaux, pour votre nourriture, de sandales, de linge et de beaucoup d’huile, pour oindre vos têtes tous les dix jours et vous habiller chaque année.

LE COMPLEXE DU TEMPLE DE KARNAK

Ramsès le Grand
Vue d’une partie de l’enceinte d’Amon-Rê avec la salle hypostyle (au centre).

Commencé bien avant l’époque de Ramsès II, le complexe du temple de Karnak s’est développé pour devenir l’un des plus grands sites sacrés du monde, englobant plus de 250 acres. La partie la plus célèbre et la plus spectaculaire du complexe du temple de Karnak est la grande salle hypostyle. Ramsès II a achevé cette salle de façon merveilleuse, et elle apparaît comme une stupéfiante forêt de colonnes – exactement 122. Les plus hautes de ces colonnes mesurent environ soixante-quinze mètres de haut, et nombre d’entre elles sont décorées de hiéroglyphes profondément incisés qui sont devenus une véritable signature de Ramsès II.

LE COMPLEXE DU TEMPLE DE LUXOR

Ramsès le Grand
Pylône des Luxor-Tempels à Luxor, en Égypte.

Le magnifique temple de Louxor se trouve à un peu plus d’un kilomètre au sud du temple principal de Karnak. À Louxor, Amon était vénéré sous la forme ithyphallique du dieu de la fertilité intemporelle connu sous le nom de Min. Le temple est appelé Louxor, de l’arabe el-Qusur, qui signifie les châteaux, nom donné au village qui s’est développé sur le site. Le temple est en grande partie l’œuvre d’Amenhotep III et de Ramsès II, qui ont ajouté une cour à colonnades et deux obélisques devant le temple. L’un subsiste, l’autre est à Paris, transporté en France en l’honneur du déchiffrement des hiéroglyphes kémétiques par Jean François Champollion. Ramsès avait également fait ériger à Louxor six statues colossales à son effigie. Aujourd’hui, seules quatre de ces statues subsistent, deux assises et deux debout.

LE RAMESSEUM

Ramsès le Grand
Ramesséum

Le Ramesseum est le temple funéraire de Ramsès II situé sur la rive ouest du Nil à Louxor. Il était appelé “La maison des millions d’années de Ramsès II dans le domaine d’Amon“. Dans la première cour du Ramesseum, il a érigé une statue de granit de cinquante-six pieds de haut, à peine plus petite que les Colosses de Memnon. Le gigantesque monolithe a été extrait à Assouan, puis transporté par ferry jusqu’à Waset, déchargé, transporté sur plusieurs kilomètres jusqu’au temple et érigé sur le site. Son poids d’origine a été estimé à environ 1 000 tonnes, soit environ trois fois le poids de l’un des obélisques d’Hatchepsout à Karnak. C’est dans le Ramesseum que le poète anglais Percy Bysshe Shelley (1792-1822) a puisé l’inspiration pour le sonnet dans lequel il écrit :

“Je m’appelle Ozymandias [Ramsès II], roi des rois ; regardez mes œuvres, puissants, et désespérez !”.

Aujourd’hui, il ne reste que la tête, le torse et les jambes de la statue. Le reste a été détruit par des moines chrétiens déterminés à éradiquer ce qu’ils considéraient comme de l’idolâtrie.

L’IMMORTEL RAMSÈS

Après avoir vécu vigoureusement pendant plus de neuf décennies, Ramsès II mourut au deuxième mois de sa soixante-septième année de règne. Dans la pensée africaine, il n’y avait cependant pas de mort définitive, mais seulement un déclin progressif et un renouvellement périodique. L’Égypte a peut-être été la première nation à formuler clairement les notions purement africaines de résurrection et d’immortalité. Comme l’a déclaré succinctement un auteur, dans le contexte de l’Égypte, “si Osiris, le Nil et toute la végétation pouvaient ressusciter, l’homme aussi“. L’homme pouvait ressusciter, mais seulement s’il faisait en sorte que les paroles de Dieu, qui étaient vérité, justice et droiture, se manifestent sur terre. Ceci était fondamental pour la vision du monde africaine (dans ce cas, kaméenne).

Lorsque nous examinons la civilisation de Kmt, nous constatons ce qui est peut-être la réalisation la plus fière dans toutes les annales de l’histoire humaine. Nous devons voir dans le Kmt la connaissance que ce que le peuple africain a fait, le peuple africain peut le faire. De cette façon, les grandes actions de nos illustres ancêtres, y compris l’incomparable Ramsès II, sont ressuscitées, et l’histoire ancienne embrasse à la fois ce qui est et ce qui peut être, et jette les bases du mouvement vers l’avant du peuple africain.

Notes et références

*Ce bref essai est extrait de l’ouvrage de Runoko Rashidi, “Uncovering the African Past : The Ivan Van Sertima Papers”, Books of Africa scheduling (2015).

Cet article est la traduction de “Black History Month Special: Ramses The Great, The Pride of Africa, Set The Standard For All Rulers Who Followed” publié le 1er février 2015 sur atlantablackstar.com.