SANTÉ

Elle a découvert la source de la perte de cheveux chez les femmes afro

Le médecin sud-africain Ncoza Dlova est l’auteure d’une étude ayant permis l’identification d’un gène responsable de la perte de cheveux chez les femmes afro-descendantes.

Chez les femmes noires, la perte de cheveux est souvent associée à l’utilisation de produits toxiques ou de pratiques telles que le défrisage agressant le cuir chevelu. Le Professeur Ncoza Dlova, de l’Université du Kwa-Zulu Natal a montré que les choses étaient plus complexes.

Dans une étude ‘Variant PAD13 in Central Centrifugal Cicatricial Alopecia’ publiée en 2019 dans le prestigieux New England Journal of Medicine, Ncoza Dlova, et ses co-auteurs ont pu identifier un gène qui serait à l’origine d’une forme de perte de cheveux très fréquente chez les femmes afro-descendantes.

Celle-ci est appelée ‘Central Centrifugal Cicatricial Alopecia’ (alopécie centrale centrifuge et cicatricielle). Il s’agit d’une forme d’alopécie commençant au sommet du crâne. Elle se développe ensuite vers le reste du crâne sous la forme de cercles de taille croissante. Elle conduit ensuite à la scarification de la peau et à l’endommagement des follicules, les cavités dans lesquelles poussent les poils; donc à la perte permanente des cheveux.

Le gène identifié comme étant à l’origine de la condition est la Peptidylarginine Deiminase 3, (PAD13). L’étude a montré que le gène, qui s’occupe de la modification des protéines nécessaire à la formation de la tige pilaire, avait muté chez les patientes étudiées. Bien que génétique, Ncoza Dlova et ses collègues ont montré que la condition pouvait largement être aggravée par l’utilisation de produits chimiques et de défrisages.

Bien que l’étude de 2019 soit une collaboration internationale Ncoza Dlova, elle fait suite à ses recherches et notamment à une de ses études de 2013 sur le même sujet. Le Professeur Ndlova, qui est la première femme à diriger l’école de médecine clinique de l’Université du KwaZulu Natal a déclaré que la découverte était « probablement la plus grande avancée dans l’histoire de la dermatologie sud-africaine ».

VOUS AIMEREZ AUSSI:

SOLUTIONS NATURELLES CONTRE L’ALOPECIE

Articles : 1093