SOCIÉTÉ

Guinée : Les femmes du ministère de la justice interdites de pantalon

Le nouveau ministre guinéen de la justice, Mohamed Lamine Fofana a officialisé une consigne administrative. Elle invite les femmes travaillant dans le Ministère à ne pas y porter de pantalon et autres vêtements pareillement jugés indécents. S’agit-il d’une mesure sexiste?

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.media

Imposer aux femmes des vêtements ‘pudiques’ est-il féministe?

On a assisté, ces dernières années, à l’avènement du féminisme inter-sectionnel (et de son inclusion des ‘féminismes musulmans’) comme un mouvement majoritaire. Depuis, un débat récurrent s’est installé autour de la question suivante. Le port de vêtements associés à la pudeur féminine dans les cultures islamiques est-il féministe?

Lire aussi : Kimberle Crenshaw et le concept d’intersectionnalité

Un type d’opinion dans ce débat dénonce le fait que l’Islam impose aux femmes un type de vêtements ‘pudiques’. C’est un homme qui a originellement prononcé cette injonction  religieuse. Elle le fut en réaction au comportement des hommes en général.  Pour ces raisons, elle ne serait pas féministe.

Un autre type d’opinion y présente l’injonction coranique du port de vêtements ‘pudiques’ comme féministe. Selon ce point de vue, le port de ces vêtements protégerait plus les femmes d’agressions sexuelles masculines que des vêtements plus légers. Il permettrait aussi aux femmes aux vêtements plus ‘couvrants’ de ne pas être constamment jugées sur leur physique. Cette dernière situation constitue en effet une revendication féministe historique.

Lire aussiLes femmes noires ne sont-elles que des fesses?

Guinée-Conakry : Les employées du Ministère de la Justice interdites de port du pantalon?

Il semble que ce soit sur cette dernière vision des choses que s’est basé le nouveau ministre guinéen de la justice, Mohamed Lamine Fofana. Sa décision n’est certes pas explicitement liée à l’Islam. Cette dernière est la religion majoritaire du pays (85%) qui est officiellement laïc.  Fofana a formulé une consigne administrative selon laquelle les employées de son ministère ne pourront plus y porter de pantalon.

Le conseiller de Fofana s’est entretenu avec nos confrères de ledjely.com. Sékou Kéïta y a réagi au début de polémique ayant accompagné la décision du ministre. Il a précisé que la mesure concernait les « pantalons de type collant qui mettent trop en évidence les rondeurs et les formes de la femme ». Elle touche aussi les mini-jupes et les « autres vêtements indécents ». Kéïta a même fourni un cas (très) précis où la consigne serait un moyen de protection des femmes concernées.

« Imaginez une femme en mini-jupe qui se retrouve brusquement dans un mouvement de foule. Elle peut se retrouver à terre du fait de la bousculade. Aussi, elle pourrait être ‘exposée’  » a-t-il déclaré.

 

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Le rôle des femmes dans l’indépendance de la Guinée

 

Articles : 987