ENVIRONNEMENT

Disparition des archives du chlordecone : à qui profite le crime ?

Les associations CRAN et VIVRE suivent attentivement les travaux importants de la commission parlementaire sur le Chlordécone et du Paraquat.

Disparition des archives du chlordecone : à qui profite le crime ?

Comme les membres de la commission, les habitants des Antilles, les associations CRAN et VIVRE ont appris avec stupéfaction que des documents essentiels du Ministère de l’Agriculture, notamment les rapports de la commission de Toxicologie entre 1972 et 1987 avaient… disparu.  Jean-Marie FLOWER Vice-Président de l’association VIVRE a déclaré :

« La stupéfaction se double de colère quand le représentant du Ministère reconnait que la découverte est ancienne et qu’aucune enquête n’a encore été déclenchée par les différents ministres de l’agriculture  »

C’est la raison pour laquelle, sans attendre la fin des travaux parlementaires, les associations CRAN et VIVRE ont sollicité Me Christophe Lèguevaques et Me Joanes LOUIS avocats au barreau de Paris, pour qu’ils demandent au Procureur de la République à Paris d’étudier l’opportunité d’une plainte, sans que cela ne perturbe le travail de la commission. Ghyslain Vedeux, président du CRAN a déclaré :

« Cette requête a pour but de demander une « enquête approfondie » pour apprécier l’étendue de la disparition des archives et déterminer les auteurs et les commanditaires »

Si le parquet de Paris ne diligente aucune enquête, les associations en tireront le moment venu toutes les conséquences. Par ailleurs, si Le CRAN et l’Association VIVRE ont souhaité réagir immédiatement sur la révélation concernant la disparition d’archives publiques indispensables à la compréhension du scandale écologique et sanitaire majeur qui affecte les Antilles, elles réfléchissent également à d’autres actions judiciaires ou non, pour faire avancer la vérité et obtenir des réparations. Elles proposeront dans les mois à venir, des initiatives à d’autres associations et acteurs du dossier Chlordécone et Paraquat afin de briser la loi du silence.

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Propos afrophobes et racistes à Ouistreham : le CRAN porte plainte

Contacts:

Le CRAN(domiciliée à Paris)
tel : 0033652110034
e-mail : messy@hotmail.fr

Association VIVRE(domiciliée au Lamantin)
Tel : 0033690821725
Mail : associationvivre97129@gmail.com

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 610