ENVIRONNEMENT

Afrique du Sud: des lions d’élevage, chassés puis vendus pour leurs os

En Afrique du Sud, des milliers de lions sont élevés chaque année dans le seul but d’être abattus par des chasseurs fortunés. En toute légalité.

De plus en plus, la « chasse en conserve » se répand en Afrique du Sud. Elle consiste en une chasse de lions élevés en captivité lâchées dans un enclos, qui servent de proies faciles à de riches chasseurs friands de trophées de félins. Cette « activité » constitue un nouveau marché bien rodé qui va de l’élevage à la vente d’os de lions.

La chasse en conserve menace les lions

La pratique de « la chasse en conserve » est née dans les années 1980. « La faune sauvage se raréfiant, les adeptes de la chasse aux trophées ont constaté qu’il leur fallait beaucoup plus de temps – parfois jusqu’à trois semaines de safari – pour abattre un lion en Tanzanie, en Namibie ou encore au Zimbabwe », explique Sergio Lopez, président fondateur de l’ONG Wildlife Angel. « Les Sud-Africains ont flairé le bon plan : pourquoi ne pas élever des lions spécialement pour la chasse ? Les clients – le plus souvent nord-américains – peuvent ainsi faire l’aller-retour dans la journée, tuer la bête, et repartir. »

Ainsi, des fermes dédiées à cette pratique se développent en Afrique du Sud. Elles assurent aux chasseurs occidentaux d’avoir la satisfaction de tuer du lion en arrivant. Par ailleurs, ces fermes exercent une pression sur les lions sauvages en en prélevant régulièrement afin de réduire la consanguinité au sein de leur établissement. Comble de l’horreur, la « chasse en conserve » vient répondre à la pénurie de lions sauvages…En effet, c’est parce que les riches chasseurs perdent trop de temps à chercher des lions sauvages dont le nombre diminue dangereusement, que s’est développé l’élevage de jeunes félins au destin déjà scellé.

Est-il nécessaire de rappeler l’importance des lions dans la chaîne alimentaire et l’équilibre écologique? La moitié des lions sauvages d’Afrique auront disparu d’ici 2035 portant la population à seulement 10 000 individus au lieu de 200 000 il y a 50 ans et l’espèce risque de s’éteindre d’ici 2050.

Le commerce d’os en direction d’Asie

L’élevage de lions en captivité est une pratique légale en Afrique du Sud. Pourtant, elle ne répond à aucun objectif de conservation : 7 000 à 8 000 lions évolueraient ainsi en captivité dans près de 300 établissements.

Selon le New York Times, l’industrie de l’os de lion en Afrique du Sud fournit le marché de la médecine traditionnelle en Asie, surtout au Laos et au Vietnam. Ainsi, pour répondre à la demande, l’Afrique du Sud a mis en place un quota de 800 squelettes chaque année. Ces os sont prélevés sur les fauves élevés en captivité dans des fermes et tués lors de safaris…La boucle est bouclée!

Il s’agit d’un business très rentable pour les éleveurs sud-africains. En effet, lors de safaris, tuer un lion élevé en captivité peut rapporter 31.000 euros aux éleveurs. Avec la revente des os, ils peuvent toucher  8000 euros de plus.

Malgré les multiples appels des défenseurs d’espèces menacées, l’Afrique du Sud, seul pays autorisé à exporter des os de lion, ne semble pas vouloir revenir sur cette pratique immorale mais extrêmement rentable…

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Braconnage : Ils sont dévorés par des lions alors qu’ils chassaient le rhinocéros

Sources:

http://eco-volontaire-international.com/stop-a-lexploitation-des-lions-eleves-dans-des-fermes-en-afrique-du-sud-et-au-commerce-de-leurs-os/

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/01/21/le-commerce-florissant-des-os-de-lions-en-afrique-du-sud_5412385_3212.html

https://www.geo.fr/environnement/en-afrique-du-sud-des-lions-eleves-specialement-pour-la-chasse-aux-trophees-194109

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/environnement-africain/afrique-du-sud-800-squelettes-de-lions-d-elevage-pour-le-marche-asiatique_3057111.html

 

Articles : 119