SANTÉ

Le chirurgien sud-soudanais Evan Atar Adaha reçoit le Prix Nansen 2018

L’action médicale de Evan Atar Adaha au Soudan du Sud a été récompensée par le prix Nansen.

Le chirurgien sud-soudanais Evan Atar reçoit le Prix Nansen 2018

Le docteur Evan Atar Adaha est devenu le lauréat du prix Nansen 2018 décerné par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR). Ce chirurgien sud-soudanais s’emploie à soigner ceux qui fuient les violences au Soudan et au Soudan du Sud.

À Bunj, Evan Atar Adaha dirige l’unique hôpital opérationnel d’une zone peuplée de 200 000 personnes vivant sur un territoire grand comme la Suisse. Une cinquantaine de personnes dont quatre médecins travaillent dans cet hôpital soutenu par le HCR et l’ONG Samaritan’s Purse. A Bunj, « le docteur Atar travaille sans relâche pour mobiliser des financements et former des jeunes aux soins infirmiers et obstétricaux », observe le HCR.

L’organisme onusien souligne que le chirurgien âgé de 52 ans « vit près de l’hôpital sous une simple toile de tente alors que sa famille habite à Nairobi, au Kenya. »

Le chirurgien sud-soudanais Evan Atar reçoit le Prix Nansen 2018

Un engagement indéfectible

Pour le chirurgien, il n’y a pas de choix possible. Son altruisme et son humanité le poussent à poursuivre ses actions. Quels que soient les risques.

«Si je dis à un patient que je suis désolé, je ne peux pas le soigner, ils disent OK, laissez-moi rentrer à la maison et y mourir. C’est la situation désespérée de ces personnes. Par conséquent, nous ne pouvons pas penser à les abandonner, nous devons continuer ».

C’est cet engagement indéfectible qui a poussé Evan Atar Adaha, un chirurgien sud-soudanais âgé de 53 ans, à travailler sans relâche dans l’une des régions les plus violentes au monde. En octobre, il a reçu le prix Nansen pour les réfugiés 2018 du HCR. Il fournit des soins médicaux vitaux aux réfugiés contraints de fuir les conflits et les persécutions au Soudan et au Sud-Soudan.

«Le Dr Atar nous donne de l’espoir. Quelqu’un qui, en pleine guerre, peut continuer à aider les gens comme il le fait depuis des décennies ne peut qu’être une inspiration », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Le Soudan du Sud connaît la plus grave crise de réfugiés en Afrique et la troisième à l’échelle mondiale. De plus, elle s’intensifie plus vite que tout autre en Afrique, selon le HCR. Ainsi, il y aurait 1,9 million de personnes déplacées et 2,5 millions de réfugiés dans les pays voisins.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

LE DOCTEUR DENIS MUKWEGE RECOIT LE PRIX SAKHAROV

Source:

La Croix

Articles : 272