POLITIQUE

Mamoudou Gassama, de sans-papier à sapeur-pompier

A moins que vous n’ayez passé les dernières 48 h en retraite, vous avez forcément entendu parler de l’héroïque histoire de Mamoudou Gassama. Au-delà de l’engouement pour ce courageux jeune homme Nofi, vous propose quelques pistes de réflexion.

L’impressionnante vidéo du sauvetage de Mamoudou Gassama, un jeune homme de 22 ans originaire du Mali, a fait le tour du net. Pour ceux qui n’aurai pas suivi cette incroyable histoire, voici un rapide retour sur les faits.

Tout est parti d’une vidéo diffusée dimanche 27 mai 2018 sur les réseaux sociaux. Celle-ci nous montre l’agile Mamoudou Gassama escalader la façade d’un immeuble de quatre étages de la capitale française. Que faisait Mamoudou Gassama suspendu à plusieurs mètre du sol ? Rien de plus que de sauver la vie d’un enfant suspendu dans le vide. Des images qui font froid dans le dos mais qui se terminent pour le mieux comme vous pouvez le voir dans cette vidéo :

Cet exploit hors du commun, a valu au jeune homme une invitation sur plusieurs médias, mais surtout à l’Elysée par Emmanuel Macron, ce lundi 28 mai 2018. De cette rencontre présidentielle, Mamoudou ressortira avec une promesse de naturalisation, par le plus haut magistrat de l’Etat français en personne (excusez du peu). Une aubaine pour lui qui était en situation irrégulière. Le président a de plus annoncé que le courageux jeune homme allait intégrer les sapeurs-pompiers. D’ancien sans-papier, Mamoudou Gassama obtenait la nationalité française et un emploi du jour au lendemain.

Image result for Mamadou Gassama

Cette histoire hors du commun nous évoque de nombreuses interrogations que nous désirons partager avec vous. Car au-delà de cet acte de bravoure, n’y a t-il pas matière à s’interroger sur le message envoyé par la présidence ? Qui saurait blâmer Mamoudou Gassama d’accéder à la nationalité française le jeune malien la désirait. Néanmoins, n’est-ce pas pour Emmanuel Macron une manière de signifier que ce que la France souhaite, c’est une immigration choisie ? Cette immigration devra-t-elle être uniquement composée de super-héros ? Faudra-t-il bientôt sauver un enfant pour accéder au précieux Graal qu’est la nationalité ? N’est-ce que comme cela que la France aime l’immigré d’hier devenu le « migrant » d’aujourd’hui  ? Quid des dizaines de milliers d’hommes et de femmes prêts à braver le péril que constitue la Méditerranée ? Appartenir à la dite « communauté nationale » semble désormais être une récompense…

Alors que Mamoudou est porté au pinacle, avec raison, rappelons-nous que le reste du temps le message envoyé par la classe médiatico-politique rime plus souvent avec répression, discrimination, négrophobie ordinaire et brutalité policière. Ce débordement de compliments (mérités) du pouvoir, à l’égard de Mamoudou intervient quelque jours après que le ministre français de l’Intérieur n’ai ordonné mercredi 23 mai dernier, l’évacuation de quelque 2 300 migrants d’un camp de « migrants« . Une évacuation musclée. Instrumentalisation avez-vous dit ? Ne serions-nous pas là les témoins d’une savant campagne médiatique visant à blanchir le gouvernement de ses actes passé ? Mamoudou Gassama ne serait-il pas le fameux ami noir que l’on brandit à chaque accusation de racisme ?

Enfin, et c’est sans doute ce que bon nombre d’entre vous doivent se demander, comment doivent donc réagir ceux qui sont en France depuis des années, travaillent ou étudient, paient des impôts mais vivent avec une carte de séjour ? Bref il ne s’agissait là que de quelques interrogations qui sont autant de pistes de réflexion que nous vous proposons noire et fièrement.

Quoi qu’il en soit Toutes nos félicitations à notre héros !

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Billet d’humeur: « Fatoumata au bois dormant » ou le conte de fée de l’intégration

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

Articles : 654