ECONOMIE

Annie Malone, une des premières millionnaires afro-américaines

Annie Malone (1869-1957) est l’une des premières Afro-Américaines à atteindre le statut de millionnaire grâce à son travail d’entrepreneure dans le domaine des produits de beauté.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Dans un précédent article, NOFI présentait le parcours extraordinaire de Sarah Breedlove alias Madam C.J. Walker (1867-1919), une entrepreneure afro-américaine fille d’esclaves devenue millionnaire. Cette dernière, qui a fait fortune dans le domaine des produits de beauté est souvent affublée de qualificatifs honorifiques comme ‘la première femme millionnaire autodidacte américaine’ ou ‘la femme première noire millionnaire’. Je ne sais pas si l’application de ces qualificatifs à des femmes afro-américaines du vingtième siècle est approprié d’un point de vue historique. Toutefois, il est certain que Madam C.J. Parker a d’abord été l’employée d’une autre Afro-Américaine qui comme elle a dans sa vie atteint le statut de millionnaire aux Etats-Unis. Cette femme s’appelle Annie Malone.

Annie Malone

Annie Malone

Naissance et jeunesse

Annie Malone naît sous le nom d’Annie Turnbo en 1869 à Minneapolis dans l’Illinois aux Etats-Unis. Elle est la dixième des onze enfants de Robert Turnbo, un paysan qui aurait participé à la guerre de Sécession et de son épouse Isabella Cook Turnbo. Très tôt, la jeune Annie va perdre ses parents et être élevée par ses grandes soeurs. D’une santé fragile, elle ne pourra que fréquenter l’école jusqu’au lycée de manière sporadique. Elle y apprendra toutefois la chimie, dont les leçons lui seront utiles dans sa carrière d’entrepreneure.

Annie Malone

Annie Malone

L’initiation aux produits de beauté

Comme beaucoup de femmes noires dans l’Amérique d’alors, Annie Malone était conditionnée dès l’enfance à se focaliser son apparence, celle-ci devant être modelée dans la mesure du possible sur celle de ses compatriotes blanches. L’un  des traits caractéristiques distinguant l’apparence de ces dernières de la plupart des femmes noires américaines était la structure des cheveux. De ce fait, Annie Malone, ses soeurs et une grande partie des femmes noires américaines s’intéressaient, dès leur jeunesse, aux produits cosmétiques destinés à lisser leurs cheveux crépus. A l’époque toutefois, les femmes afro-américaines utilisaient des produits comme de la graisse d’oie, du savon ou d’autres types d’huiles qui endommageaient les cheveux. Durant ses années au lycée, Annie Malone mit en place un produit appelé ‘Wonderful Hair Grower’ qu’elle commença à vendre de porte à porte. Elle ouvra ensuite une petite boutique qui accompagna son succès grandissant.

Les débuts du succès

En 1902, Annie Malone déménagea à Saint Louis dans l’Etat du Missouri. Elle y recruta quelques employées, continua à faire du porte à porte et popularisa ses services. C’est à Saint Louis qu’Annie Malone rencontra et épousa son premier époux, Monsieur Pope. Elle en divorça toutefois rapidement, justifiant cette séparation par ses interférences abusives dans son travail. Le tournant de la carrière d’Annie Malone vint avec l’Exposition Universelle de 1904 qui eut lieu à Saint Louis. La vente de ses produits y fut un tel succès qu’elle décida, après l’Exposition Universelle, de viser le marché national dans son ensemble. Elle fit usage de la publicité dans les journaux, voyagea dans les états du sud toujours en proie aux lois racistes dites de Jim Crow pour y promouvoir ses produits au sein de la communauté noire locale. Elle recruta des représentantes et vendeuses dans tout le pays qui, à leur tour, en recruteront d’autres. Grâce à cette méthode, l’activité d’Annie Malone sera étendue au domaine national en 1910.

Conflit avec Madam CJ Walker et création de Poro

L’une des vendeuses recrutées et formées par Annie Malone fut Sarah Breedlove alias Madam CJ Walker. Peu après avoir quitté le réseau d’Annie Malone, Madam CJ Walker crée sa propre société, Madam C.J Walker Manufacturing Company, qui a rapidement rencontré le succès. L’un des produits de Madam CJ Walker appelé ‘Wonderful Hair Straightener’ attira l’attention d’Annie Malone qui le dénonça comme le résultat d’un plagiat de son propre ‘Wonderful Hair Grower’. En réponse à l’incident, Annie Malone créa sa propre marque Poro, du nom d’une société secrète ouest-africaine qu’elle présenta comme destinée à améliorer la condition spirituelle et physique du corps humain.

Annie Malone

Scène d’initiation d’une société secrète poro, Sierra Leone, 1936
Photographe : Sjoerd Hofstra

 

Philanthropisme

La marque Poro fut rapidement un succès commercial national, et même international. Annie Malone se distingua aussi par son extrême générosité envers la communauté noire américaine.

Annie Malone

Une affiche publicitaire d’un produit pour la peau de la marque Poro

Poro fut ainsi également le nom donné par Annie Malone à une école de formation au monde des produits cosmétiques qu’elle fonda en 1918, le Poro College, un établissement de Saint Louis disposant d’infrastructures communes aux campus universitaires de l’époque, ainsi qu’une usine. Le Poro College constituait aussi un lieu de réalisation de nombreux événements communautaires.

Annie Malone

Représentation d’époque du Poro College, fondé en 1918 par Annie Malone

Annie Malone fit également des dons à de nombreuses causes, finançant notamment les bourses universitaires d’étudiants afro-américains et la construction en 1922 d’un orphelinat qui existe aujourd’hui encore sous le nom de Annie Malone Children’s Home.

Annie Malone

Le Annie Malone Children’s Home à Saint Louis, Missouri Crédit : Camille Phillips

Le déclin
En 1914, Annie Malone avait épousé celui qui allait lui donner le patronyme sous lequel elle est toujours la moins connue. Aaron Eugene Malone était un ancien enseignant et un vendeur de bibles. Il allait devenir impliqué de près dans l’aventure Poro en tant que manager en chef et président de la société.  L’association du couple dans l’aventure allait être accompagnée, comme on l’a vu, d’un important succès financier. L’empire Poro employait à un certain moment 75000 personnes dans le monde. La fortune d’Annie Malone a été dans les années vingt, estimée à environ 14 millions de dollars.

Annie Malone

Annie Malone en 1927

Les spécialistes s’accordent toutefois à expliquer le déclin financier de l’empire d’Annie Malone par plusieurs facteurs. Le premier serait sa trop grande générosité à l’endroit des causes caritatives que l’on a évoqué plus haut. Une autre aurait été son choix de déléguer progressivement ses affaires à des personnes malhonnêtes et incompétentes. Le coup de grâce aurait été son divorce avec son dernier époux Aaron Eugene Malone qui eut lieu en 1927. Ce divorce lui coûta 200000 dollars, bien qu’elle parvint à conserver le contrôle de son entreprise, son époux en demandant initialement la moitié. Annie Malone déménagea à Chicago, où elle fut la cible de poursuites judiciaires de plus en plus récurrentes, notamment à propos de la gestion financière de son entreprise et d’un(e) employé(e) l’accusant de s’être appropriée son travail. En 1951, Poro fut saisi par l’Etat et Annie Malone dut vendre sa propriété de Saint Louis afin de payer les taxes réclamées par l’état.

Cette femme qui avait donné par pur altruisme ses gains pour aider les siens mourra dans des relatives solitude et amertume à Chicago d’une attaque. Sans époux ni enfant, son héritage financier largement réduit allait revenir à ses nièces et neveux. Son aventure et son personnage, aussi inspirants qu’attachants, restent toutefois à la disposition de tous.

Annie Malone

Annie Turnbo Malone (1869-1957)

Vous aimerez aussi:

Madame C. J Walker : de fille d’esclaves à millionnaire

 

Articles : 1044