Trilogie Kemi Seba

Chimamanda Adichie : « Un Blanc ne peut pas définir ce qui est raciste »

Société

Chimamanda Adichie : « Un Blanc ne peut pas définir ce qui est raciste »

Par Sandro CAPO CHICHI

L’écrivaine nigériane Chimamanda Adichie s’est exprimée sur le supposé racisme de Donald Trump.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Sur le plateau de nos confrères de la chaîne américaine BBC News, l’écrivaine nigériane Chimamanda Adichie était invitée à discuter de l’élection de Donald Trump comme Président des Etats-Unis. Elle y était opposée à R. Emmett Tyrrell, Jr., éditeur en chef de l’American Spectator, un magazine en ligne connu pour ses positions conservatrices. Tyrell est un supporteur avoué de Donald Trump. Quant à Adichie, elle y ‘représentait’ ses détracteurs.

Chimamanda Adichie

Tyrell a déclaré que Trump n’avait pas été raciste.  Adichie a répliqué: « Je suis désolée mais en tant qu’homme blanc, vous ne pouvez pas définir le racisme. Le racisme est une réalité objective et Donald Trump est un habitant de cette réalité objective. »

Tyrell s’est ensuite lamenté de ces propos relevant selon lui du concept communiste de ‘fausse conscience’. Simplement parce qu’il serait un homme blanc, Tyrell ne pourrait rien dire. Il a ensuite demandé à Chimamanda Adichie de citer des propos de Trump qu’elle considère comme ‘racistes’.

Cette dernière a alors cité les propos du nouveau Président élu américain au sujet de l’affaire de l’Université Trump. Dans le cadre de celle-ci, il est accusé d’avoir fait payer des étudiants pour des cours à traitant du marché de l’immobilier, mais bidons.

Trump, connu pour ses propos contre l’immigration mexicaine, avait évoqué un conflit d’intérêt dans cette affaire. La raison est que le procureur, Gustavo Curiel, y est un fils d’immigrants mexicains.

A mon avis, cette affaire rappelle celle d’un match de tennis en 2001 entre l’Australien Lleyton Hewitt et l’Afro-Américain James Blake. En plein match, le premier s’était plaint de l’activité d’un juge de ligne noir qu’il accusait de favoriser Blake.

Je comprends que des Blancs peuvent à première vue se demander où est le racisme dans le comportement de Trump et d’Hewitt. Ceux-ci semblent en effet dénoncer ou prévenir une discrimination à leur endroit. N’est-ce pas la nature humaine de privilégier les siens même inconsciemment?

Toutefois, je pense que ce qu’ Adichie veut dire est qu’un homme mexicain est tout aussi capable de faire abstraction de son ‘tribalisme’ pour juger une affaire. Les Blancs, dont la sur-représentation dans les jurys a par exemple été notée aux Etats-Unis ne semblent pas souffrir de ce genre de préjugés.

C’est tout au moins le cas d’un point de vue institutionnel. Mais le fait que des Noirs contestent cette surreprésentation n’implique-t-il pas que pour eux les Blancs soient incapables de juger avec impartialité?

La réalité est qu’il existe un précédent à cette sur-représentation des Blancs dans l’espace juridique américain. Ce précédent est l’histoire raciste des Etats-Unis. Et que l’on est obligés de lutter contre son legs pour espérer éviter toute discrimination aujourd’hui. Il s’agit là du biais attesté d’une institution, pas de personnes.