Trilogie Kemi Seba

Burkina Faso : Roch Kaboré ancien ministre de Compaoré élu président au premier tour

Politique

Burkina Faso : Roch Kaboré ancien ministre de Compaoré élu président au premier tour

Par SE

L’annonce a été publiée dans la nuit de lundi à mardi, Roch Marc Christian Kaboré a été élu président du Burkina Faso dès le premier tour organisé ce dimanche 29 novembre. Lors de la campagne pour la présidentielle, le nouveau chef d’Etat avait affirmé qu’il ferait  « un coup KO « , il gagnerait dès le premier tour. Pari réussi ! 

Une page qui se tourne…

C’est avec 53.49% des voix que Roch Marc Christian Kaboré se retrouve en tête des résultats provisoires devant son principal concurrent, Zéphirin Diabré ( 29.65%) selon la Commission électorale nationale indépendante. Fils de ministre, membre de lutte communiste-reconstruite, il marche sur les traces de Thomas Sankara -le père de la révolution burkinabè- dès 1984 avant de devenir l’un des piliers de l’ancien régime de Blaise Compaoré. Ancien ministre, ex-président du CDP (parti de Blaise Compaoré) et ex-président de l’Assemblée nationale, Kaboré a définitivement interrompu les rapports avec le parti de Compaoré au début de l’année dernière pour passer du côté de l’opposition et fonder son propre mouvement, le MPP (le Mouvement du peuple pour le progrès). Il s’oppose notamment au projet de révision de la constitution devant permettre à Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat. Certains de ses collègues de l’opposition le qualifient d’opportuniste alors que les fidèles de Blaise Compaoré affirment que c’est un traître.

C’est dans le calme et la sérénité que les burkinabè sont allés voter ce dimanche 29 novembre sous un couvre-feu toujours en place depuis le coup d’Etat du 17 septembre dernier. Avec cette victoire remarquable qui sera confirmée par la Conseil Constitutionnel, le Burkina Faso entre dans une nouvelle ère. En effet, Roch Marc Christian Kaboré est le premier président démocratiquement élu dans le pays depuis 1960 et après une année de transition sous la présidence de Michel Kafando. « Ma première pensée est de reconnaître l’honneur de cette charge élevée et de ressentir le poids de cette grande responsabilité. Nous devons nous mettre au travail immédiatement. C’est tous ensemble que nous devons servir le pays. » a déclaré Kaboré devant ses partisans quelques temps après l’annonce des résultats dans la nuit d’hier.

4821225_6_f9f9_dans-un-bureau-de-vote-a-ouagadougou-le-29_8fae696e8861e49fdf04149a7e8341d3

Zéphirin Diabré, candidat de l’UPC (Union pour le progrès et le changement) arrivé en deuxième position s’est même rendu physiquement à la rencontre de son rival pour le féliciter. Il avait d’ailleurs déjà reconnu sa défaite avant la proclamation des résultats. Un de ses proches s’est exprimé en ce sens  » C’est sûr que je suis déçu, car mon candidat n’a pas gagné. Mais quelque part aussi, je suis content parce que c’est l’expression de la démocratie. Après ce que le peuple burkinabè a traversé, aujourd’hui on est content. C’est quelque part une satisfaction, c’est une victoire. »

L’élection à la présidence de Roch Marc Christian Kaboré qui intervient un an après la chute de Blaise Compaoré -le 31 octobre 2014- est un moment marquant de l’histoire du Burkina qui jusqu’ici n’a été le plus souvent dirigé par des personnalités qui sont arrivées au pouvoir par la force. Actuellement à Paris, où il séjourne pour la conférence des parties sur le climat (COP21), le président de la transition Michel Kafando a estimé devant la presse française que la victoire de Kaboré est  » une victoire pour le Burkina et pour l’Afrique. »

C’est donc dans la joie que le peuple burkinabè et les partis politiques célèbrent cette réussite.

4821047_6_c3f1_2015-12-01-437a154-jp03-burkina-election-1201-1_d7d10f6b15ef0e5ab936b272143bcc04