Trilogie Kemi Seba

Fusillade de Charleston : Quand l’esprit ‘Martin Luther King’ triomphe sur la haine

Société

Fusillade de Charleston : Quand l’esprit ‘Martin Luther King’ triomphe sur la haine

Par Sébastien Badibanga

L’auteur de la tuerie voulait déclencher une guerre raciale entre les Noirs et les Blancs. Mais, l’amour a eu raison de sa haine.

Comme l’affirmait le célèbre pasteur Martin Luther King, la haine ne peut pas combattre la haine. Seul l’amour peut vaincre la haine. A charleston, les familles des neuf personnes tuées mercredi 17 juin à l’église Emanuel African Methodist Episcopal ont pardonné à l’auteur de cette fusillade, le suprématiste blanc Dylann Roof, âgé de 21 ans.

« Je te pardonne »

En effet, des centaines de paroissiens, de toutes origines confondues, se sont retrouvés dans ce lieu de culte fréquenté habituellement par des Afro-Américains. « Hommes et femmes, Blancs et Noirs, jeunes et vieux, s’étaient massés jusqu’à l’extérieur (…) pour célébrer la mémoire de leurs coreligionnaires noirs », rapporte LeParisien.fr.

Dylann Roof voulait déclencher une guerre raciale entre les Noirs et les Blancs. Résultat : la ville de Charleston n’a jamais aussi été rassemblée. Les familles des neuf personnes tuées par cet adepte de la suprématie blanche font contre mauvaise fortune bon  cœur : « Tu as fait mal à beaucoup de gens, mais que Dieu te pardonne. Je te pardonne », lance la fille d’une victime, vendredi, lors du procès.

Par ailleurs, des milliers de personnes ont manifesté à Columbia, capitale de la Caroline du Sud, où flotte encore le drapeau des confédérés : Etats esclavagistes du Sud des Etats-Unis pendant la Guerre de Sécession (1861-1865).

« Un acte terroriste »

France 3 a recueilli la réaction d’un ami de Dylann Roof. « Un soir, il avait bu et il m’a dit : ‘je vais blesser un maximum de gens’, mais personne ne l’avait pris au sérieux. Bien sûr que c’est un acte raciste, il disait souvent que les Noirs étaient en train de prendre le pouvoir et qu’il voulait le retour de la ségrégation dans le pays », raconte Joey Meek à la chaîne française.

Le FBI a, en outre, découvert un site internet lié à l’auteur de la tuerie de Charleston. On l’aperçoit avec un drapeau américain, ainsi qu’un drapeau confédéré. Pire, il en vient à justifier son acte. Les autorités américaines n’ont pas encore authentifié cette plateforme. Une chose est sûre : pour la justice américaine, il s’agit d’un acte terroriste.

Barack Obama et Hillary Clinton réclament le renforcement de la loi sur la libre circulation des armes à feu.