Trilogie Kemi Seba

Les Africains plébiscitent la limitation à deux mandats présidentiels

Politique

Les Africains plébiscitent la limitation à deux mandats présidentiels

Par Sébastien Badibanga

Selon une enquête du consortium Afrobaromètre, réalisée dans une trentaine de pays africains entre 2011 et 2014, 90% des sondés au Bénin sont favorables à la limitation à deux mandats présidentiels, 86% en Côte d’Ivoire, 85% au Mali, 84% en Guinée.

« Il faut aller en Algérie pour que la limitation soit mise en minorité dans l’opinion : 44% des Algériens seulement y étaient favorables », rapporte RFI Afrique. Et d’ajouter : « Au Burundi, 51% des sondés étaient favorables à la limitation à deux mandats en 2012. » « En 2014, 85% des Togolais étaient favorables à une limitation du nombre de mandats », conclut le site internet.

Des présidents assoiffés par le pouvoir

Début mai, le parti du président béninois Boni Yayi a remporté sur le fil les élections législatives. A dix mois de la présidentielle, le chef de l’Etat est soupçonné de vouloir modifier la Constitution afin de présenter une troisième candidature à sa propre succession.

Même scénario au Burundi, où la tension est à son comble. Et pour cause, le président Pierre Nkurunziza a été victime d’une tentative de coup d’Etat avortée. En cause, sa troisième candidature à la tête du pays. Or, la loi burundaise limite les candidats à deux mandats présidentiels.

Au Togo, le président sortant Faure Gnassingbé a largement été réélu fin avril. Alors que son opposant Jean-Pierre Fabre dénonce des fraudes électorales. Il faut dire que sa famille est accusée de népotisme. En effet, elle accapare le pouvoir depuis 48 ans.

Pour couronner le tout, la même question risque de se poser en République démocratique du Congo (RDC) et au Congo-Brazzaville. Puisque Joseph Kabila et Denis Sassou-Nguesso tentent plus ou moins de modifier la Constitution pour continuer de régner sans partage.

Crédits photo : Reuters