SOCIÉTÉ

3 Haïtiens meurent chaque jour de coups de feu

La semaine dernière, la Commission Nationale Episcopale Justice et Paix de l’église catholique romaine en Haïti (Jilap) a fait part, via son rapport, du taux inquiétant de morts par balle par jour lors des mois précédents.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

La commission nationale « Jistis ak lapè » (Jilap /’Justice et paix’) a publié jeudi dernier son 53ème rapport. Celui-ci fait état, lors du mois de janvier d’un total de 68 morts et de 70 morts en février, soit un nombre inquiétant de 138 morts à la suite de coups de feu. Pour le mois de février, ce nombre implique une hallucinante moyenne avoisinant les trois morts par balle par jour en Haïti. Un taux constant depuis des mois, puisque la période d’octobre à décembre 2014 a vu 252 meurtres par armes à feu et l’année 2014 dans son intégralité 942. La directrice du Jilap Jocelyne Colas a dénoncé la contradiction entre la propagande officielle de l’Etat sur une supposée amélioration de la sécurité et la réalité, bien moins glorieuse, qui verrait la violence entre gangs encouragée à des fins électorales. L’année prochaine auront en effet lieu les élections présidentielles et du congrès national. Selon le rapport du Jilap,« Les affrontements entre les gangs rivaux, illustrent clairement une démarche électorale, qui vise à établir un contrôle plein et entier de certaines zones, en vue de développer des zones d’influence en faveur de tel ou tel politicien ou autorité». Différents responsables de la Jilap ont invité la police et les autorités concernées à garantir une sécurité pour les Haïtiens. Ce mois-ci, le 13 mars dernier, lors d’un match de football entre le lycée Daniel Fignolé et le collège Jean Jacques Rousseau au Centre Sportif de Carrefour, un élève du lycée avait sorti une arme à feu pour forcer l’arbitre à annuler un but qui avait été validé.

Articles : 980