L’art de la guerre en Afrique précoloniale

En regardant ces siècles de conflits et de transformations, on voit clairement que les systèmes militaires africains, bien que variés, partagent une histoire commune de défi, d’adaptation et de triomphe.

Nofi retrace la fascinante évolution des forces armées à travers le continent, mettant en lumière le rôle crucial des États et des peuples indigènes. Ces peuples, dont les forces de combat sont nées sur le sol africain, ont construit leurs bases militaires, fortifications et sources d’approvisionnement au cœur de leurs terres, transformant des tactiques simples en arts militaires sophistiqués au fil du temps. À mesure que leurs économies et leurs cultures s’épanouissaient, leurs systèmes militaires se raffinaient, se complexifiant pour répondre aux défis de l’époque.

Dans les antiques royaumes de Carthage, d’Égypte et de Nubie, les premiers maîtres de guerre ont laissé un héritage durable. Les forteresses nubiennes, les légions égyptiennes et les flottes carthaginoises témoignent de l’ingéniosité et de la puissance militaire qui ont façonné ces civilisations. La période précoloniale a également vu l’émergence de nombreux systèmes militaires diversifiés : des empires de cavalerie galopant à travers les vastes prairies aux royaumes nichés dans les zones tropicales et boisées, chacun développant des stratégies uniques pour protéger leurs terres et leur héritage.

L’introduction de la poudre à canon a marqué un tournant décisif, apportant des changements révolutionnaires dans la guerre africaine. Ce nouveau pouvoir destructeur, combiné aux avancées dans l’organisation et la culture indigènes, a eu des conséquences profondes et durables. Les tambours de guerre résonnaient à travers le continent, symbolisant non seulement les batailles pour le territoire, mais aussi pour la survie culturelle et politique des nations africaines.

Tous ces éléments tissent la tapisserie complexe de la guerre africaine. En raison de la vaste diversité de peuples et de régions, cette exploration se concentre sur les principaux systèmes militaires et leur développement précolonial. À travers les récits de certains peuples et événements emblématiques, nous découvrons comment les systèmes militaires et les innovations ont fleuri, illustrant la résilience et la créativité des civilisations africaines.

Plongeons dans cette épopée historique, où chaque bataille, chaque stratégie, et chaque innovation militaire révèle une facette de la grandeur et de la complexité des forces armées africaines avant l’ère coloniale.

Les facteurs environnementaux et leur influence sur l’art de la guerre en Afrique

L'art de la guerre en Afrique précoloniale
illustration d’angus mcbride montrant une danse de guerre exécutée par des guerriers et des nobles dans l’une des grandes enceintes rituelles du royaume du Zimbabwe © Look and Learn / Bridgeman Images.

L’évolution des systèmes militaires d’Afrique précoloniale (avant 1800) a été façonnée par un ensemble complexe de facteurs environnementaux, de développement indigène et de flux de technologies extérieures. Les armes à feu, les lances et les arcs coexistaient souvent, chaque type d’arme trouvant son utilité selon le contexte géographique et culturel. L’historien John Thornton souligne que l’environnement déterminait largement le type de forces militaires déployées par les États africains. Cette observation trouve écho dans plusieurs récits sur les cultures et les économies africaines, où l’environnement a joué un rôle clé dans le développement des États et de leurs armées.

L’environnement africain, particulièrement dans la région saharienne et vers le sud, présentait des défis uniques pour les opérations militaires à grande échelle. Parmi ces défis, on trouve :

  • La ceinture de la mouche tsé-tsé : Cette région infestée par la mouche tsé-tsé décimait les chevaux, les bêtes de somme et parfois même les humains, limitant ainsi les capacités de mobilité et de logistique des armées.
  • Le manque de bons ports naturels : Cette pénurie entravait le mouvement rapide des technologies, des troupes et du matériel vers l’intérieur des terres, ralentissant ainsi les avancées militaires et logistiques.
  • Les rivières difficiles à naviguer : Souvent bloquées par des cataractes, des bancs de sable et des chutes d’eau, les rivières africaines limitaient le transport de grandes quantités de matériel et de troupes.
  • Les sols pauvres : À l’exception de régions comme la vallée du Nil, les sols pauvres limitaient l’agriculture intensive, rendant difficile le soutien de grandes armées sur de longues périodes.

Ces facteurs environnementaux ont eu un impact significatif sur les systèmes militaires indigènes, influençant la taille et la composition des forces disponibles pour la bataille. Cependant, malgré ces obstacles, les peuples africains ont su développer des civilisations et des États élaborés et sophistiqués. Comme dans d’autres régions du monde, l’environnement a façonné les cultures locales et régionales, mais il n’a pas empêché l’innovation militaire et le dynamisme des peuples africains.

L’Antiquité

Les forces de combat de l’Égypte et de la Nubie

L'art de la guerre en Afrique précoloniale
Le pharaon Kamose enseigne les tactiques de combat à des guerriers noirs spécialement entraînés par Angus McBride.
© Look and Learn / Bridgeman Images.

Dans les vastes étendues brûlantes de l’Égypte ancienne, les guerriers affûtaient leurs compétences sous un soleil implacable, leurs arcs et flèches témoignant d’un héritage profondément enraciné. L’évolution de la guerre égyptienne, passant du simple au complexe, reflète le développement de leur culture et de leur civilisation matérielle. Les innovations indigènes, souvent enrichies par des influences extérieures, ont été raffinées en interne, transformant l’armée égyptienne en une machine de guerre redoutable.

Sous l’Ancien Empire, les armes allaient des simples arcs et flèches avec des pointes de pierre et de cuivre, aux lances, poignards et haches en cuivre pour les combats rapprochés. Les tactiques, bien que rudimentaires, permettaient de manœuvrer de grandes masses d’hommes. Les archers ouvraient généralement la bataille, suivis par l’infanterie dans un engagement au corps à corps. Ces méthodes ont permis l’unification du territoire, inaugurant l’ère des dynasties sous les hégémons du sud.

Avec le Moyen Empire, la sophistication militaire s’est étendue. Des expéditions bien organisées en Nubie ont mené à la construction de forteresses comme celles de Buhen, avec des fossés profonds et des murs atteignant jusqu’à 24 pieds d’épaisseur. Des quotas de recrutement régionaux étaient établis, et des scribes enrôlaient des soldats pour les armées de l’État. Les fantassins nubiens, renommés pour leur habileté à l’arc et à la lance, jouaient un rôle clé dans le renforcement des forces égyptiennes. Les échanges fréquents entre Égyptiens et Nubiens ont tissé une toile complexe de relations ethniques et culturelles, tout en contribuant à l’efficacité militaire.

Les mercenaires nubiens, respectés et bien intégrés, ont influencé la diffusion des techniques de guerre et des armes avancées comme l’arc composite. Les chars, symboles de statut et de puissance, étaient utilisés par l’élite nubienne, comme l’illustrent les scènes de tribut montrant des armes et armures fabriquées en Nubie. L’historien Morkot souligne l’importance du commerce international des armes dans la vallée du Nil, une artère vitale pour la diffusion technologique.

Les armes égyptiennes ont souvent été mises à l’épreuve par le royaume de Kush, une puissance majeure du Nil. Les Koushites ont presque anéanti l’Égypte lors de la 17e dynastie, comme en témoignent les inscriptions dans la tombe de Sobeknakht. V. Davies, de l’Égyptologie au British Museum, affirme : « [Kush] a balayé les montagnes, le Nil, sans limite… Si les Koushites avaient occupé l’Égypte, ils auraient pu l’éliminer. » Cependant, les Égyptiens ont survécu, ouvrant la voie à l’ère impériale du Nouvel Empire.

L’invasion des Hyksôs a apporté des technologies militaires avancées, y compris des armes en bronze, des armures corporelles et des chars tirés par des chevaux. Les Égyptiens, après un siècle de domination étrangère, ont reconquis leur territoire grâce à la mobilisation des armes et des unités de combat traditionnelles. Ahmosis I a inauguré la 18e dynastie en repoussant les Hyksôs, établissant un Nouvel Empire de puissance militaire.

Sous le Nouvel Empire, l’armée égyptienne a atteint de nouveaux sommets de sophistication. Des arsenaux centraux ont distribué des armes standardisées, et les soldats recevaient un entraînement intensif. L’arc composite, plus puissant, est devenu une arme de choix. Les troupes nubiennes, maintenant leur réputation d’excellence en archerie, jouaient un rôle crucial. Les campagnes de Thoutmosis III témoignent de la sophistication égyptienne, avec des stratégies élaborées et des formations militaires bien organisées.

À la bataille de Megiddo, les troupes égyptiennes ont démontré leur maîtrise tactique. Thoutmosis a déployé ses forces pour couper les lignes de retraite ennemies, concentrant une puissante force de chars au centre. Les chars, manœuvrant habilement, ont écrasé les flancs ennemis, tandis que l’infanterie, armée de javelots et de haches, avançait pour compléter la victoire. Ces succès ont renforcé l’influence égyptienne dans la région, même face à l’ascension de la Perse et à la conquête d’Alexandre le Grand.

La civilisation carthaginoise une mosaïque militaire

Dans la Tunisie moderne, s’élevait autrefois l’empire de Carthage, une puissance militaire dont la force reposait sur une armée « mixte« . Les troupes de Carthage, comme une mosaïque complexe, étaient composées de contingents issus de diverses tribus et nations. Les Phéniciens, et une population mixte de Libyens et de Phéniciens, les Liby-Phéniciens, constituaient les classes privilégiées de la ville. Les plus fiables étaient les soldats libyens, tant l’infanterie lourde que les tirailleurs légers et cavaliers. La cavalerie légère la plus redoutable venait des tribus numides. À cette base locale s’ajoutaient des contingents soumis ou alliés, ainsi que des mercenaires d’Iberia, de Sicile, de Grèce et d’Italie. Sous des commandants compétents tels qu’Hamilcar, Hasdrubal et Hannibal, cette armée composite fonctionnait remarquablement bien, bien que la coordination et le contrôle fussent souvent moins efficaces que dans le système romain plus standardisé.

Les premières victoires de Carthage contre Rome en Afrique illustrent la puissance de cette armée « mosaïque« . Pendant la première guerre punique, le général romain Marcus Atilius Regulus décida de porter la campagne directement sur le sol africain, espérant écraser Carthage chez elle (256-255 av. J.-C.). L’invasion de Regulus avança rapidement, ses légions envahissant Tunis et utilisant la ville comme base pour des raids contre Carthage. Rejetant les termes de paix sévères proposés par Regulus, Carthage réforma son armée, y ajoutant de nouveaux contingents, y compris des Grecs, des levées locales, et des vétérans de la campagne sicilienne d’Hamilcar. Le commandant spartiate Xanthippe restructura l’organisation et institua un entraînement rigoureux devant les murs de la ville. Environ 100 éléphants de guerre furent mobilisés pour l’affrontement décisif. Placés en avant-garde, ils chargèrent sur la ligne de front légionnaire, causant des ravages. La cavalerie carthaginoise, surpassant largement celle des Romains, attaqua les flancs et l’arrière de l’infanterie. La force romaine fut presque anéantie, marquant une grande victoire terrestre pour Carthage, parfois appelée la bataille de Tunis. Cependant, un second affrontement en Afrique ne fut pas aussi favorable pour Carthage.

Dans la deuxième guerre punique, Rome comprit de nouveau qu’il fallait frapper Carthage sur son propre sol pour la vaincre. Sous Scipion l’Africain, les forces romaines, avec l’aide significative des cavaliers numides sous Masinissa, réussirent cette stratégie. À Zama, les forces d’Hannibal, bien moins impressionnantes que celles qu’il avait en Italie, manquaient de la cavalerie numide dévastatrice et de l’infanterie libyenne de choc. Les meilleurs cavaliers servaient désormais Rome, sous Masinissa, laissant Hannibal avec une force réduite et inexpérimentée. Il dut composer avec une combinaison non coordonnée de troupes mercenaires gauloises et espagnoles, de levées locales africaines et des vétérans de la campagne italienne.

Malgré ces défis, Hannibal déploya ses troupes avec brio à Zama. Divisant ses forces en trois échelons, il plaça les mercenaires en première ligne, les levées locales en seconde, et la vieille garde, des vétérans d’Italie, en troisième. Les éléphants de guerre ouvraient la charge, mais les ajustements romains neutralisèrent cette menace. La bataille devint un combat acharné entre les vétérans d’Hannibal et l’infanterie romaine. Le retour de la cavalerie numide, attaquant par derrière, scella le sort de l’armée carthaginoise. Rome avait triomphé, mettant fin au système militaire de Carthage et émergeant comme la nouvelle puissance dominante en Afrique du Nord.

Les forces de combat soudanaises contre les armées perses, romaines et islamiques

Les archers soudanais

Sous le soleil impitoyable des déserts de Nubie et à l’ombre des collines verdoyantes, les guerriers soudanais aiguisèrent leurs talents avec une ardeur indomptable, leurs arcs imposants sculptés dans le bois de palmier servant de symbole puissant de leur héritage martial. Bien que les invasions assyriennes, grecques, romaines et arabes aient mis fin à l’ère dynastique égyptienne, la prouesse des archers soudanais – également connus sous les noms de Koushites, Éthiopiens, Nubiens, Napthans ou Méroïtes – a laissé une marque indélébile dans l’histoire militaire de la région et au-delà.

Après le déclin de la période pharaonique, plusieurs États puissants émergèrent dans la vallée du Nil méridional, inaugurant les ères de Kush, de la Nubie chrétienne et d’autres groupements. Ces guerriers se sont affrontés non seulement entre eux, mais également contre des ennemis redoutables comme les légions de Rome, les armées de Perse et les forces de l’Islam.

Les archers soudanais étaient la force de frappe la plus redoutable. Armés d’arcs impressionnants mesurant entre six et sept pieds de long, ces arcs étaient si puissants que beaucoup d’archers utilisaient leurs pieds pour les bander. Hérodote, l’historien grec, raconte que ces arcs étaient principalement construits en bois de palmier assaisonné, avec des flèches en canne. Sur les champs de bataille, les archers soudanais se dressaient comme des figures imposantes, leurs flèches souvent enduites de poison, une technique de guerre terrifiante qui augmentait leur létalité.

Ces archers, célèbres pour leur précision et leur force, n’étaient pas une vision rare sur les champs de bataille de la Méditerranée et du Moyen-Orient. En affrontant les armées romaines, ils déployaient des flèches empoisonnées, semant la terreur et la mort parmi les légionnaires. Les éléphants de guerre, majestueux et puissants, accompagnaient parfois les forces méroïtiques, ajoutant une dimension impressionnante à leur armée. Plus tard, les Blemmyes, descendants de ces fiers guerriers, montaient des chevaux et des chameaux pour mener des raids audacieux sur les frontières égyptiennes, perpétuant les tactiques de leurs ancêtres avec un art consommé de la guerre.

Ces combattants, avec leurs arcs tendus et leurs flèches acérées, étaient plus qu’une simple force militaire. Ils incarnaient la résilience et la détermination d’un peuple prêt à défendre son héritage et sa terre contre tous les envahisseurs. Leur habileté à l’arc n’était pas seulement une démonstration de puissance, mais aussi une affirmation culturelle de leur identité et de leur place dans le vaste panorama de l’histoire africaine.

Les forces nubiennes contre les armées perses

Lorsque Cambyse II de Perse envahit l’Égypte en 525 av. J.-C., il remporta rapidement une victoire décisive à la bataille de Péluse, submergeant les forces égyptiennes, capturant Memphis et prenant le dirigeant égyptien Psammétique en captivité. Mais alors qu’il se dirigeait vers le sud pour attaquer le royaume de Kush, la situation changea drastiquement.

Les difficultés logistiques liées à la traversée du terrain désertique n’étaient que le début des défis auxquels les Perses allaient faire face. Les armées koushites, connues pour leur férocité, opposèrent une résistance farouche, particulièrement par leurs archers, dont les volées précises de flèches décimaient les rangs perses. Ces archers visaient souvent les visages et les yeux des guerriers perses, semant la terreur parmi eux. Une source historique décrit la scène : « Ainsi, depuis les remparts comme sur les murs d’une citadelle, les archers ont maintenu un tir continu de flèches bien visées, si dense que les Perses avaient la sensation qu’un nuage descendait sur eux, surtout lorsque les Éthiopiens faisaient des yeux de leurs ennemis des cibles… Si infaillible était leur visée que ceux qu’ils perçaient de leurs flèches couraient partout dans la foule avec les flèches sortant de leurs yeux comme des doubles flûtes.« 

Ces archers soudanais étaient plus qu’une force militaire redoutable ; ils incarnaient la résilience et la détermination de leur peuple à défendre leur terre et leur culture. Un dirigeant koushite, en un acte de défiance audacieuse, nargua les espions perses en leur offrant un arc, les invitant à revenir lorsqu’ils seraient capables de le bander. Cet acte symbolisait non seulement la force physique mais aussi la volonté indomptable des Koushites.

Entravés par la ténacité et l’habileté des Koushites, les Perses furent forcés de battre en retraite, échouant dans leur tentative de conquête. Cette confrontation est un témoignage vibrant de la puissance et de la détermination des forces soudanaises, qui, avec leurs arcs en bois de palmier et leur précision mortelle, ont laissé une empreinte indélébile dans l’histoire des guerres africaines.

Les forces koushites contre les légions romaines

illustration d’angus mcbride montrant un guerrier nubien méroïtique tenant un guerrier tribal capturé devant la reine du royaume nubien de Meroë candance Amanitore © Look and Learn Magazine Ltd.

Lorsque Rome conquit l’Égypte, elle se heurta aux puissances soudanaises des régions méridionales. En 20 av. J.-C., les Koushites, sous le commandement de leur dirigeant Teriteqas, envahirent l’Égypte avec une armée de 30 000 hommes. Ces forces étaient principalement constituées d’infanterie, armée d’arcs de quatre coudées de long, de boucliers en peau brute, ainsi que de clubs, hachettes, piques et épées. Les Koushites pénétrèrent jusqu’à la région d’Assouan, battant trois cohortes romaines, conquérant Syène, Éléphantine et Philae, et capturant des milliers d’Égyptiens. Ils renversèrent les statues de bronze d’Auguste, récemment érigées, et emportèrent la tête d’une de ces statues à Méroé comme trophée, l’enterrant sous le seuil d’un temple de la Candace Amanirenas, symbolisant leur domination.

Mais Rome ne resta pas passive. Un an plus tard, Publius Petronius conduisit les légions romaines contre les Koushites. À Pselchis, les Romains repoussèrent une force méroïtique mal armée. Strabon rapporte que Petronius continua à avancer, capturant Premnis puis la ville koushite de Napata. Toutefois, jugeant le pays sans routes au-delà trop inhospitalier pour des opérations supplémentaires, il se retira à Premnis, fortifiant la ville et y laissant une garnison. Cependant, les hostilités ne cessèrent pas. Trois ans plus tard, sous la reine Candace Amanirenas, les Koushites lancèrent une nouvelle offensive avec de puissants renforts africains. La pression koushite avança de nouveau sur Premnis. Les Romains renforcèrent la ville, mais une campagne décisive n’eut pas lieu. Des négociations furent engagées, menant à des concessions importantes accordées aux Koushites.

Les diplomates méroïtiques furent invités à conférer avec l’empereur romain Auguste sur l’île grecque de Samos. Leur démarche n’était pas celle de suppliants battus. Ils présentèrent un paquet de flèches dorées avec un message clair : « La Kandake vous envoie ces flèches. Si vous voulez la paix, elles sont un signe de son amitié. Si vous voulez la guerre, vous allez en avoir besoin. » Les Koushites, refusant de payer un tribut, se présentaient comme une puissance régionale à part entière. Rome, désireuse de maintenir une frontière sud tranquille pour sécuriser ses approvisionnements en grains égyptiens, trouvait avantageux d’avoir un État tampon amical.

Les négociations aboutirent à un accord bénéfique pour les deux parties. Les Koushites obtenaient la paix sans devoir de tribut, et Premmis (Qasr Ibrim) ainsi que les zones au nord furent cédées aux Koushites. Le Dodekaschoinos fut établi comme zone tampon, et les forces romaines se retirèrent à l’ancienne frontière ptolémaïque grecque à Maharraqa. Auguste signa le traité, apportant ainsi la paix et la stabilité à la frontière égyptienne et renforçant son prestige. Le respect mutuel entre les envoyés koushites et Auguste créa une impression favorable parmi les autres ambassadeurs étrangers présents sur Samos, y compris ceux d’Inde, et renforça la position d’Auguste dans ses négociations avec les Parthes.

Ce traité inaugura une période de paix de près de trois siècles entre les deux empires. Des inscriptions érigées par la reine Amanirenas sur un ancien temple à Hamadab, au sud de Méroé, relatent la guerre et le résultat favorable du point de vue koushite. En plus de la signature du traité, Auguste ordonna l’érection d’un temple à Dendur en collaboration avec les prêtres régionaux, illustrant sa célébration des divinités locales.

Les forces koushites contre les forces arabes

Le troisième grand adversaire des guerriers de Nubie étaient les Arabes, qui avaient envahi l’Égypte et de grandes parties du Moyen-Orient. Pendant près de 600 ans, les puissants archers de la région ont créé une barrière à l’expansion musulmane dans le nord-est du continent africain, repoussant plusieurs invasions et assauts avec des volées de flèches piquantes. Un historien moderne (Ayalon 2000) compare la résistance nubienne à celle d’un barrage, retenant la marée musulmane pendant plusieurs siècles. Selon Ayalon :

« Les preuves absolument sans équivoque et l’accord unanime des premières sources musulmanes est que l’arrêt brusque des Arabes était causé uniquement et exclusivement par la résistance militaire superbe des Nubiens chrétiens… le Barrage nubien. L’ensemble de ces sources précoces comprend les deux chroniques les plus importantes de l’islam primitif, al-Tabari (d. 926) et al-Yaqubi (d. 905) ; les deux meilleurs livres existants sur les conquêtes musulmanes, al-Baladhuri (d. 892) et Ibn al-Atham al-Kufi (d. 926) ; l’ouvrage encyclopédique central d’al-Masudi (d. 956) ; et les deux meilleures sources précoces dédiées spécifiquement à l’Égypte, Ibn Abd al-Hakim (d. 871) et al-Kindi (961)… Toutes les sources citées ci-dessus attribuent le succès nubien à leur ARCHERIE exceptionnel… À ce facteur central, il faut ajouter la combinaison de la prouesse militaire et du zèle chrétien des Nubiens ; leur connaissance du terrain ; l’étroitesse de la ligne de front qu’ils devaient défendre ; et, très probablement, la série de cataractes situées à leur arrière, et d’autres obstacles naturels… Les Nubiens ont combattu les musulmans très férocement. Lorsqu’ils les ont rencontrés, ils les ont inondés de flèches, jusqu’à ce que tous soient blessés et se retirent avec de nombreuses blessures et des yeux crevés. Par conséquent, ils étaient appelés ‘les tireurs de l’œil’. »

Les Nubiens constituaient un « front africain » qui barrait la propagation de l’Islam, aux côtés d’autres en Asie centrale, en Inde et dans la zone anatolienne/méditerranéenne. Alors que l’expansion militaire islamique a commencé par des conquêtes rapides à travers Byzance, l’Asie centrale, le Maghreb et l’Espagne, de tels triomphes rapides ont échoué à la barrière soudanaise. Les divisions internes, ainsi que l’infiltration par des nomades ont affaibli le « barrage nubien » et il a finalement cédé à l’expansion musulmane depuis l’Égypte et ailleurs dans la région.

Les chevaux, les armes à feu et la transformation militaire

L’ère pré-poudre à canon

Illustration d’Angus McBride représentant Mansa Musa. L’un des plus grands empereurs de l’empire malien. Arrivé au pouvoir en 1307, il était peut-être le souverain le plus riche de son époque. On lui attribue l’âge d’or du Mali. © Look and Learn Magazine Ltd.

Dans les siècles enveloppés de mystère du début des temps médiévaux jusqu’à l’aube de l’expansion arabe et européenne aux 16e et 17e siècles, l’Afrique se tenait à la croisée des chemins, façonnant et réinventant ses stratégies militaires. Les champs de bataille, qu’ils soient le théâtre de petits raids ou de campagnes majeures, résonnaient des bruits des arcs tendus, des épées tranchantes et des lances acérées. Les guerriers africains maîtrisaient l’ensemble des armes de projectile, de coupe et de poussée, tout en utilisant des armes de tir telles que les arcs et les flèches empoisonnées des Ndongo, des Fulani et des Mossi.

Les fortifications se dressaient comme des géants silencieux, des châteaux imposants aux remparts de campagne ornés de tranchées profondes. Ces structures, bien plus que de simples défenses, étaient les gardiennes des récits de résilience et d’innovation. Chaque mur érigé et chaque tranchée creusée racontaient une histoire de détermination face aux envahisseurs.

Les forces d’infanterie et de cavalerie étaient omniprésentes sur le continent africain à cette époque précoloniale. Les chevaux, introduits en grand nombre, redéfinissaient la guerre avec leurs sabots tonitruants résonnant à travers les vastes savanes. Ces animaux, symboles de prestige et de puissance, apportaient vitesse et mobilité, changeant à jamais les tactiques militaires. Les cavaliers africains, fiers et intrépides, chargeaient avec une grâce et une force qui inspiraient autant la peur que l’admiration.

L’arrivée des armes à feu, venues d’au-delà des océans, marqua un tournant crucial dans l’histoire militaire africaine. Ces armes, avec leur pouvoir destructeur, exigeaient une adaptation rapide et redéfinissaient les méthodes de combat. Les soldats, habitués aux arcs et aux lances, durent apprendre à manier ces nouveaux instruments de mort. Les guerres prenaient une nouvelle dimension, mêlant tradition et modernité.

Ces changements technologiques ne furent pas seulement des bouleversements militaires, mais aussi des transformations culturelles et sociales. Les sociétés africaines, confrontées à ces innovations, durent repenser leur organisation et intégrer ces nouvelles armes dans leurs arsenaux. La résilience des peuples africains, leur capacité à s’adapter et à protéger leurs terres et leurs cultures, se révéla dans chaque bataille, chaque innovation.

L’arrivée du cheval

L’importance du cheval

illustration d’angus mcbride montrant un oba (roi) de l’empire du benin dans la grande capitale d’Ile-Ibinu lors d’une cérémonie. © Look and Learn Magazine Ltd.

Dans les récits anciens, les archers de l’Afrique de l’Ouest apparaissent souvent, Strabon les mentionne dès l’an 1 après J.-C., et ils figurent fréquemment dans les chroniques arabes des siècles suivants. Ces guerriers, maîtres des arcs et des lances, virent leur suprématie contestée avec l’arrivée des chevaux, largement introduits autour du 14e siècle dans les vastes étendues du Sahel, les régions sahariennes, et les savanes de l’Afrique de l’Ouest septentrionale.

L’introduction des chevaux, accompagnés de lances, d’étriers et de selles, bouleversa le paysage militaire. Les cavaliers, désormais munis de ces équipements, jouissaient d’un avantage significatif sur les fantassins, plus lents et moins mobiles. C’est ainsi que de nouveaux empires dominés par la cavalerie émergèrent, des puissances comme le Mali, le Songhai, Oyo, et Bornu prirent forme, redéfinissant les stratégies de guerre. Les chevaux, souvent importés, surpassaient en nombre ceux élevés localement, devenant essentiels à la force militaire de ces régions.

Groupe de guerriers Kanem-Bu. Extrait de La terre et ses habitants, Afrique, (publié en 1890-1893 [v.1, 1892]).

Les récits de l’empire du Mali évoquent l’utilisation des selles et des étriers, des innovations cruciales permettant des tactiques révolutionnaires comme les charges massives armées de lances et d’épées. Avec ces nouvelles possibilités, les armures évoluèrent également, protégeant aussi bien le cavalier que sa monture avec des casques en fer et des cottes de mailles. Certains historiens britanniques spéculent que Mansa Musa, l’empereur légendaire du Mali, fut un acteur clé de ces innovations. Lors de son célèbre pèlerinage à la Mecque en 1324, le sultan d’Égypte lui offrit de nombreux chevaux, tous équipés de selles et de brides, marquant ainsi un moment décisif pour l’intégration des technologies équestres dans le Mali.

L’essor de la cavalerie ne relégua pas les archers et les lanciers au second plan. Au contraire, ces forces travaillaient souvent de concert. Les sabots tonitruants des chevaux de cavalerie résonnaient à travers la savane, symboles de puissance et de prestige, tandis que les archers et les lanciers formaient une redoutable ligne de défense, créant une synergie mortelle sur les champs de bataille.

La montée en puissance de la cavalerie transforma non seulement les techniques de guerre mais aussi les sociétés elles-mêmes. Les alliances et les rivalités se redéfinirent autour de ces nouvelles capacités militaires. Les récits des batailles, des conquêtes et des innovations de cette époque montrent comment l’Afrique de l’Ouest, avec ses paysages variés et ses riches traditions culturelles, a su intégrer et adapter les nouvelles technologies pour forger des empires puissants et résilients.

Les limitations du cheval

Illustration d’Angus Mcbride montrant un groupe de cavaliers nubiens en armure du sultanat de Sennar observés par un marchand britannique impressionné au XVIIIe siècle de notre ère.

Dans l’histoire militaire africaine, l’introduction des chevaux apporta à la fois des opportunités et des défis. Bien que ces majestueux animaux symbolisaient le pouvoir et le prestige, leur utilisation sur les champs de bataille fut loin d’être sans obstacles. L’élevage et l’entretien des chevaux posaient de sérieuses difficultés dans de nombreuses régions d’Afrique de l’Ouest et centrale, en grande partie à cause de la maladie de la mouche tsé-tsé, qui frappait hommes et bêtes avec une implacable férocité. Les importations massives de chevaux, en particulier des races plus grandes, devinrent une nécessité pratique pour les royaumes souhaitant maintenir une force de cavalerie redoutable.

Des États comme Dagoma dans le nord du Ghana, Nupe et le royaume Yoruba d’Oyo au Nigeria dépendaient lourdement de ces importations, souvent financées par la vente d’esclaves. La comparaison avec l’Europe médiévale est inévitable : maintenir une cavalerie était une entreprise coûteuse. Les armures, selleries, écuries, harnachements et remonte-pieds nécessitaient des ressources considérables. Toute perturbation des routes commerciales pouvait réduire l’approvisionnement en chevaux, mettant en péril la capacité militaire des royaumes concernés.

Le terrain jouait également un rôle crucial. L’absence de plaines étendues rendait la déploiement de la cavalerie plus complexe. Les guerriers d’Oyo, par exemple, rencontrèrent peu de succès dans les denses forêts du Nigeria lors d’une invasion au 17e siècle. Les chevaux, ces créatures nobles, nécessitaient un entretien constant. Nourrir et soigner ces animaux représentait un défi logistique de taille, surtout pour de grandes formations militaires. Souvent, les chevaux de combat étaient gardés dans des écuries, nourris à l’abri plutôt que mis en pâture en plein air, où la menace de la mouche tsé-tsé était omniprésente.

À Oyo, un grand nombre d’esclaves étaient dédiés à l’entretien des chevaux, transportant le fourrage et l’eau vers les écuries, et accompagnant les forces de cavalerie en tant que troupes de soutien. Ces esclaves jouaient un rôle indispensable, assurant que les montures restaient en condition optimale pour les batailles à venir. Ainsi, bien que les chevaux aient apporté une nouvelle dimension à la guerre africaine, leur introduction eut un impact variable selon les régions.

L’arrivée des armes à feu

Dans le tumulte de la guerre Adal-Abyssinienne, l’Afrique a vu pour la première fois l’ombre des armes à feu changer le cours de son histoire. L’Empire Adal et l’Empire Abyssin se déployaient avec une férocité inégalée, chacun armé de canons et de mousquets. Importées d’Arabie et du vaste monde islamique, les forces d’Ahmed ibn Ibrahim al-Ghazi, à la tête des Adalites, furent les premières à introduire la guerre avec canons sur le continent africain. En réponse, l’Empire portugais intervint, fournissant et formant les Abyssiniens avec des canons et des mousquets, tandis que l’Empire ottoman envoyait soldats et canons pour soutenir Adal. Ce conflit, marqué par des éclats de poudre à canon et des volées de balles, révéla la puissance transformative de ces nouvelles armes face aux masses d’infanterie traditionnelle.

Les échos de cette transformation se firent sentir bien au-delà de la Corne de l’Afrique. Le long de la rivière Sénégal, les chefs de guerre employaient déjà des armes à feu dès le 16e siècle. Alors que le commerce mondial s’intensifiait et que les Européens établissaient leurs colonies au 17e siècle, l’impact de la poudre à canon se répandait comme une traînée de poudre. Mais comme ailleurs dans le monde, ces nouvelles armes n’effacèrent pas immédiatement les méthodes anciennes. Le mousquet à mèche, malgré ses avancées, avait ses faiblesses. Les troupes armées de ces armes devaient être protégées par des archers et des lanciers. La cavalerie conservait son rôle, indispensable pour les charges rapides et les embuscades.

illustration d’angus macbride montrant un fantassin du Royaume du Dahomey pendant les guerres franco-dahoméennes dans les années 1890

En Afrique du Sud, par exemple, les Khoi utilisèrent habilement leurs armes à feu pour des embuscades et des raids contre les colons néerlandais lors des guerres Khoikhoi-néerlandaises de 1659-1677. En Afrique occidentale, les États de savane et de forêt intégraient cette nouvelle technologie de diverses manières. Les Akwamu (Akan) furent parmi les premiers à adopter les armes à feu, importées via leurs contacts avec les Néerlandais au milieu du 17e siècle.

Guerriers de l’empire Ashanti | illustration de Richard Scollins

Pour les Ashanti, qui renversèrent l’hégémonie Akwamu au 18e siècle, la cavalerie lourde n’était pas aussi utile dans les denses forêts de la région. Les chevaux, vulnérables à la mouche tsé-tsé, étaient rares. À la place, les Ashanti intégrèrent canons, mousquets et fusils à pierre avec leurs armes traditionnelles. L’humidité et la pourriture des zones forestières posaient des défis pour l’approvisionnement en poudre à canon. Les Ashanti répondirent par des fortifications élaborées, utilisant les marécages et la végétation dense pour freiner l’avance ennemie, renforçant leurs remparts avec des piques en bois pointues ou empoisonnées. Ces mesures ralentissaient l’ennemi, permettant aux formations de fusiliers de se positionner pour le pilonner.

Les récits britanniques décrivent les mousquetaires ashantis, organisés par compagnies, pratiquant le « feu rapide« . Soutenus par des lanciers, certains portaient des boucliers de cuivre pour se protéger des tirs ennemis. Les troupes ashanti étaient bien équipées en poudre, balles, chargeurs, pistolets et fusils, démontrant leur adaptabilité face aux nouvelles technologies.

D’autres États, comme Oyo, utilisaient la cavalerie en combinaison avec l’infanterie armée de fusils. Les unités d’élite d’Oyo lançaient des raids dans les régions forestières pour capturer des esclaves et du butin. Les batailles d’Oyo montrent une organisation en trois ailes principales : archers et porteurs de javelots sur les ailes, soutenus par des cavaliers armés de fusils ou de mousquets, avec l’infanterie armée de fusils formant l’épine dorsale de l’armée. Les cavaliers de la noblesse portaient des amulettes ou des boucliers de protection. Les unités spéciales de la garde royale, armées de fusils, protégeaient le roi.

L’Impact de la Poudre à Canon

Dans les siècles charnières du début de l’ère moderne, les interactions croissantes avec les Européens et leurs avancées technologiques ont initié une transformation militaire profonde des armées africaines. L’arrivée de la poudre à canon redessina les contours de la guerre sur le continent. Les mousquets et les canons changèrent radicalement les tactiques de bataille, imposant de nouvelles méthodes de défense et d’attaque. Les fortifications évoluèrent pour résister aux tirs d’artillerie, et les armées durent s’adapter aux nouvelles réalités des combats à longue distance.

En Afrique de l’Ouest, des royaumes tels que le Bénin, le Dahomey et l’Empire Ashanti intégrèrent rapidement les armes à feu dans leurs arsenaux. Les formations en ligne, conçues pour maximiser l’efficacité des mousquets, devinrent monnaie courante. Les rois et chefs militaires comprirent vite l’importance cruciale de maintenir un approvisionnement constant en poudre à canon et en munitions, forgeant des alliances commerciales stratégiques avec les Européens pour sécuriser ces ressources vitales.

La cavalerie, autrefois la colonne vertébrale des armées, dut elle aussi s’adapter. Face aux nouvelles menaces posées par les fusils, les tactiques évoluèrent. Les soldats utilisaient de plus en plus l’infanterie montée, se déplaçant rapidement à cheval mais combattant à pied avec des armes à feu. Les cavaliers intégrèrent des pistolets et des carabines légères à leur arsenal, venant compléter leurs épées et leurs lances.

Ces transformations militaires n’étaient pas uniquement une réponse aux technologies européennes. Les dynamiques internes, les rivalités entre États africains et les nécessités économiques jouèrent également un rôle crucial. Les guerres pour le contrôle des routes commerciales, des ressources naturelles et des zones de peuplement poussaient les États à moderniser leurs armées et à adopter les innovations militaires de l’époque.

Dans les vastes forêts du Dahomey, les chants de guerre résonnaient, mêlés au crépitement des mousquets. Les sabots tonitruants des chevaux de cavalerie résonnaient à travers les savanes, symboles de puissance et de prestige dans les empires du Mali et du Songhai. La résilience des peuples africains, confrontés à ces bouleversements, témoignait de leur capacité à s’adapter, à protéger leurs terres et leurs cultures.

L’impact de la poudre à canon allait bien au-delà des champs de bataille. Il redéfinissait les structures sociales, économiques et politiques. Les fortifications se renforçaient, les alliances se forgeaient et les rivalités s’intensifiaient. Chaque coup de canon, chaque volée de balles sculptaient un nouveau chapitre de l’histoire africaine, unissant tradition et innovation dans une danse complexe de pouvoir et de résistance.

Conclusion

Les systèmes militaires d’Afrique précoloniale dévoilent une mosaïque riche et complexe de stratégies, d’armes et de tactiques, façonnées par l’environnement, les innovations locales et les interactions avec des puissances extérieures. Des vastes étendues arides de l’Égypte ancienne, où les guerriers affûtaient leurs compétences sous le soleil brûlant, jusqu’aux campagnes de Carthage, des royaumes soudanais aux États ouest-africains, les armées africaines ont toujours démontré une capacité remarquable à s’adapter et à évoluer.

En regardant ces siècles de conflits et de transformations, on voit clairement que les systèmes militaires africains, bien que variés, partagent une histoire commune de défi, d’adaptation et de triomphe. Leurs récits, résonnant à travers les âges, rappellent que même dans l’adversité, l’esprit humain trouve toujours des moyens de s’élever et de triompher. Ces guerriers, avec leurs chevaux galopants et leurs armes tonitruantes, ont écrit les pages d’une histoire riche et complexe, une histoire où chaque bataille, chaque innovation, témoignait de la grandeur et de la résilience des civilisations africaines.

Mathieu N'DIAYE
Mathieu N'DIAYE
Mathieu N’Diaye, aussi connu sous le pseudonyme de Makandal, est un écrivain et journaliste spécialisé dans l’anthropologie et l’héritage africain. Il a publié "Histoire et Culture Noire : les premières miscellanées panafricaines", une anthologie des trésors culturels africains. N’Diaye travaille à promouvoir la culture noire à travers ses contributions à Nofi et Negus Journal.

Articles récents

Articles similaires