One Love

Péonage aux États-Unis : l’histoire obscure de l’esclavage après 1865

Histoire

Péonage aux États-Unis : l’histoire obscure de l’esclavage après 1865

Par Mathieu N'DIAYE 14 janvier 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Découvrez l’histoire troublante du péonage, une forme d’esclavage qui a persisté aux États-Unis bien après l’abolition officielle. Cet article révèle le combat de Mae Louise Miller et d’autres contre cette pratique injuste.

L’histoire longtemps méconnue du péonage, révélée par Antoinette Harrell, dévoile une réalité choquante : des Afro-américains réduits à une forme d’esclavage, un siècle après la Guerre de Sécession. Cette révélation troublante confirme que, malgré l’abolition officielle de l’esclavage, des pratiques oppressives ont persisté aux États-Unis, remettant en question notre compréhension de l’histoire des droits civiques. Nofi explore les facettes sombres du péonage et ses impacts durables sur la communauté afro-américaine.

Persistante réalité de l’esclavage aux États-Unis jusqu’en 1963

Péonage aux États-Unis : l'histoire obscure de l'esclavage après 1865

Dans un éclairage révélateur publié par Vice, l’historienne et généalogiste renommée Antoinette Harrell1 partage ses découvertes alarmantes sur le péonage aux États-Unis2. Ses recherches indiquent que de nombreux Afro-Américains dans les États du Sud étaient contraints au péonage, un système de travail forcé utilisé pour rembourser des dettes, souvent dans des contextes agricoles. Cette forme d’asservissement, similaire à l’esclavage, persistait malgré son interdiction en 1867.

Les trouvailles de Harrell, exposées dans son interview avec Vice, comprennent des témoignages de près de 20 individus ayant travaillé sous le joug du péonage à la Plantation de Waterford, dans la paroisse de St. Charles en Louisiane. Ces récits mettent en lumière une page sombre et souvent ignorée de l’histoire américaine, remettant en question la perception de l’abolition de l’esclavage et soulignant la longue lutte pour la liberté et l’égalité :

« Ils m’ont dit qu’ils avaient travaillé dans les champs pendant la plus grande partie de leur vie et qu’ils étaient redevables au propriétaire de la plantation. Ils n’avaient pas le droit de quitter la propriété (…) Les travailleurs s’endettaient de plus en plus chaque année. Certains d’entre eux étant encore liés à cette terre dans les années 1960. »

Antoinette Harrell, « Black People Were Enslaved in the US Until as Recently as 1963« , vice.com, publié le 28 février 2018

Péonage aux États-Unis : l’histoire poignante de Mae Louise Miller

Péonage aux États-Unis : l'histoire obscure de l'esclavage après 1865

Selon l’historienne Antoinette Harrell, le peonage aux États-Unis, une forme moderne d’esclavage, perpétuait une cruauté rappelant les heures sombres de l’esclavage traditionnel. Parmi les victimes, Mae Louise Walls Miller3, dont l’histoire tragique est un témoignage éloquent de cette époque noire. Née en 1943, Mae a été asservie dans les fermes de Gillsburg, Mississippi, et Kentwood, Louisiane, jusqu’à sa libération en 1961.

Le récit bouleversant de Mae Louise Miller a été révélé au grand public par Antoinette Harrell dans le documentaire « The Untold Story: Slavery in the 20th Century » (2009). Cette histoire a par la suite inspiré le film « Alice » (2022). En 2003, Mae et ses frères et sœurs ont poursuivi plusieurs entreprises en justice pour obtenir des réparations pour les descendants d’esclaves, soulignant la persistance de l’esclavage moderne. Bien que la poursuite ait été rejetée en 2004, l’histoire de Mae reste un appel poignant à reconnaître et à corriger les injustices historiques.

Harrell souligne également que le péonage n’était pas exclusif aux Afro-Américains, touchant aussi des immigrés d’Europe de l’Est. Cependant, elle affirme que la majorité des victimes au 20ème siècle étaient d’origine africaine, mettant en lumière la persistance des inégalités raciales.

Réflexion sur l’héritage du péonage et l’importance de la mémoire

Péonage aux États-Unis : l'histoire obscure de l'esclavage après 1865

En conclusion, l’histoire du péonage aux États-Unis, mise en lumière par des récits comme celui de Mae Louise Miller, rappelle un chapitre sombre de notre histoire qui continue d’avoir un impact profond. Ces révélations, grâce aux efforts d’historiens dévoués comme Antoinette Harrell, ne sont pas seulement des comptes rendus d’époques révolues, mais des appels à la vigilance et à l’action dans notre quête continue de justice et d’égalité.

La lutte de Mae Louise Miller et de tant d’autres pour la reconnaissance et la réparation est un témoignage de la résilience face à l’oppression et de l’importance de la mémoire historique dans la compréhension des inégalités actuelles. Alors que nous avançons, il est crucial de garder ces histoires vivantes, de reconnaître les erreurs du passé et de travailler ensemble pour un avenir où de telles injustices ne se répètent plus.

Le chemin vers la liberté et l’égalité est long et parsemé d’obstacles, mais en gardant vivantes les mémoires de ceux qui ont souffert et en apprenant de l’histoire, nous pouvons continuer à avancer vers un monde plus juste et équitable pour tous.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Notes et références

  1. Antoinette Harrell : Antoinette Harrell est une généalogiste et historienne afro-américaine renommée, spécialisée dans la recherche sur l’esclavage afro-américain et son héritage. Elle est particulièrement reconnue pour ses travaux approfondis sur le péonage aux États-Unis, une forme d’esclavage moderne qui a persisté après l’abolition officielle. Harrell a joué un rôle crucial dans la mise en lumière de ces histoires oubliées, contribuant à un réexamen important de l’histoire afro-américaine. Ses recherches ont conduit à la réalisation de plusieurs documentaires et elle est fréquemment sollicitée pour des conférences et des entretiens sur les questions relatives aux droits civiques et à l’histoire afro-américaine. ↩︎
  2. Antoinette Harrell, « Black People Were Enslaved in the US Until as Recently as 1963« , vice.com, publié le 28 février 2018 ↩︎
  3. Mae Louise Miller : Mae Louise Miller, née Mae Louise Walls, (24 août 1943 – 2014), fut une victime du péonage aux États-Unis, une forme d’esclavage moderne, dans les régions de Gillsburg, Mississippi, et Kentwood, Louisiane. Elle et sa famille ont été maintenues dans des conditions d’esclavage jusqu’au début des années 1960, bien après la proclamation de l’abolition officielle de l’esclavage. Sa lutte pour la liberté et son récit poignant ont été documentés et mis en lumière par l’historienne Antoinette Harrell. Mae Louise Miller a également participé à une action en justice collective pour obtenir des réparations pour les descendants d’esclaves, une démarche qui a attiré l’attention sur la persistance des pratiques d’asservissement et sur la nécessité de reconnaître et de réparer les injustices historiques. ↩︎