One Love

L’énigme des Afro-argentins : traces et disparition d’une communauté

Société

L’énigme des Afro-argentins : traces et disparition d’une communauté

Par Mathieu N'DIAYE 23 janvier 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Découvrez l’histoire méconnue des Afro-argentins et les facteurs ayant mené à leur quasi-disparition en Argentine, un pays pourtant marqué par la traite négrière.

En observant l’équipe nationale de football argentine, dominée par des visages qui semblent exclusivement européens, il est difficile de concevoir que l’Argentine, aujourd’hui, cache dans les plis de son histoire une réalité bien différente : une part significative de sa population, autrefois, était enracinée dans le sol fertile du continent africain.

L'énigme des Afro-argentins : traces et disparition d'une communauté
L’équipe nationale argentine avant un match contre l’Italie en juin 2022. image: keystone

Nofi vous invite à explorer et à déchiffrer ce paradoxe historique : comment se fait-il que l’Argentine, malgré sa participation active à la traite négrière transatlantique et à l’esclavage, se retrouve aujourd’hui avec l’une des populations afro-descendantes les plus réduites du « Nouveau Monde » ? Cette interrogation soulève des vérités cachées et des pages délibérément omises de l’histoire argentine, révélant un chapitre oublié de la diaspora africaine.

Où se sont donc évaporés les Afro-argentins ?

L'énigme des Afro-argentins : traces et disparition d'une communauté
Candombe federal, época de Rosas, par Martín Boneo  (1829–1915). wikimedia.org

Dans leur quête impérialiste pour dominer les Amériques au 15ème siècle, les colonisateurs européens ont déployé une panoplie de stratégies d’exploitation, marquant le début d’une ère de souffrance et de déshumanisation. Parmi ces stratégies, le travail forcé des populations amérindiennes locales fut une tactique initialement privilégiée. Toutefois, cette approche rencontra des obstacles majeurs, témoignant de la résilience et de la résistance indomptable des peuples autochtones :

  1. La Résistance à l’acculturation : Plusieurs groupes amérindiens se sont farouchement opposés à l’assimilation forcée et à la destruction de leur culture, leur identité et leur mode de vie par les envahisseurs européens. Cette résistance a entravé les plans des colonisateurs de soumettre et d’exploiter ces peuples selon leur bon vouloir.
  2. Un taux de mortalité alarmant : Le travail imposé, souvent inhumain et éreintant, a entraîné un taux de mortalité élevé parmi les populations autochtones. Ces morts massives ont non seulement été le résultat d’une exploitation brutale, mais aussi d’un mépris flagrant pour la vie et la dignité humaine.
  3. Les maladies européennes : L’arrivée des Européens a été synonyme d’introduction de maladies inconnues dans le Nouveau Monde. Ces maladies, contre lesquelles les populations autochtones n’avaient aucune immunité, ont décimé des communautés entières, laissant derrière elles des sociétés brisées et vulnérables.

Cette réalité sombre et tragique a forcé les colonisateurs à chercher d’autres sources de main-d’œuvre, les menant à intensifier la traite négrière transatlantique, un autre chapitre sombre de l’histoire humaine. Ainsi, les Africains arrachés à leur terre natale sont devenus les nouvelles victimes de cette soif insatiable de domination et d’exploitation.

Les racines de l’esclavage en Argentine : de la traite négrière à la résilience des Afro-argentins

L'énigme des Afro-argentins : traces et disparition d'une communauté
Statue de « l’Esclavage » aussi connu sous le nom de « L’Esclave », par Francisco Cafferata. Buenos Aires, Argentine

Face à l’échec de l’exploitation des peuples autochtones, les colons espagnols se sont tournés vers une autre forme d’oppression brutale : la déportation et la réduction en esclavage des Africains sub-sahariens vers les Amériques. En Argentine, cette sombre page de l’histoire a commencé dans les colonies du Rio de la Plata dès 1588. Le port de Buenos Aires est devenu un carrefour majeur de la traite négrière, en particulier après que la ville a ouvert ses portes aux commerçants anglais pour l’importation d’esclaves.

Avant le 16ème siècle, les Africains arrivaient en Argentine en nombre relativement restreint, principalement des îles du Cap-Vert. Par la suite, la majorité des Africains déportés en Argentine provenaient de divers groupes ethniques parlant des langues bantoues, originaires de régions qui correspondent aujourd’hui à l’Angola, la République démocratique du Congo et la République du Congo. Ces hommes et femmes, arrachés à leurs terres et à leurs cultures, ont été forcés de traverser l’Atlantique dans des conditions inhumaines, pour être ensuite soumis à une vie d’esclavage et de labeur forcé.

Cette période marque le début d’une ère de souffrance et de résilience, où les Africains et leurs descendants ont dû lutter pour leur survie et leur dignité dans un monde qui les a systématiquement déshumanisés. Leur histoire en Argentine est un témoignage de la résistance et de la force de l’esprit humain face à l’adversité et à l’oppression.

Dans l’ombre de l’histoire officielle de l’Amérique latine, se cache une vérité souvent ignorée : près de 12 millions d’âmes africaines ont été arrachées à leur terre natale et déportées dans ce Nouveau Monde, devenant les piliers invisibles d’une économie coloniale florissante. Buenos Aires et Montevideo, ces ports symboliques de l’Argentine et de l’Uruguay, ont été les témoins silencieux de cette arrivée massive, marquant le début d’une ère de souffrance et de lutte.

Ces esclaves Afro-argentins, réduits à n’être que l’ombre d’eux-mêmes, ont été contraints de travailler dans l’agriculture et l’élevage, des secteurs clés de l’économie coloniale. Leur labeur, bien que crucial, était invisibilisé, leur existence réduite à une simple marchandise au service de leurs maîtres. Dans les zones urbaines, notamment dans les quartiers de San Telmo et Monserrat à Buenos Aires, de nombreux esclaves se sont adonnés à l’artisanat, créant des objets d’une richesse culturelle inestimable, dont les bénéfices revenaient, ironiquement, à ceux qui les opprimaient.

La majorité de ces Africains déportés a été envoyée dans les provinces intérieures de l’Argentine, là où la production agricole était la plus importante. Ces régions, aujourd’hui encore, portent les traces de cette présence africaine, bien que souvent effacées ou minimisées dans les récits historiques dominants. Une part significative de la population africaine a également marqué de son empreinte d’autres provinces, tissant ainsi dans le tissu même de l’Argentine une histoire africaine riche et complexe, mais trop souvent négligée.

Cette histoire, celle de millions d’Africains déportés et réduits en esclavage, est un chapitre crucial de l’histoire latino-américaine. Elle rappelle la résilience et la force d’un peuple qui, malgré l’oppression et la souffrance, a su préserver son héritage et contribuer de manière indélébile à la construction de ces nations.

La mosaïque ethnique de Buenos Aires en 1806-1810 : aperçu historique

L'énigme des Afro-argentins : traces et disparition d'une communauté

Dans les premières années du 19ème siècle, Buenos Aires, cette ville aujourd’hui symbole de l’hispanité en Amérique du Sud, présentait un visage bien différent, riche d’une diversité ethnique souvent oubliée. En 1806-1807, la composition ethnique de Buenos Aires était un véritable kaléidoscope de cultures et d’origines, reflétant l’histoire complexe et métissée de la ville.

En 1810, la ville de Buenos Aires comptait :

Le Déclin de la Population Afro-argentine : analyse historique

L'énigme des Afro-argentins : traces et disparition d'une communauté
Famille afro-argentine de Buenos Aires, 1908.

Au cœur de Buenos Aires, le quartier de Monserrat, surnommé Barrio del Tambor, se distinguait autrefois par sa forte concentration de résidents africains. Situé à proximité du palais du Congrès, ce quartier était un symbole vibrant de la présence africaine en Argentine. Cependant, au fil des années, un déclin drastique de la population afro-argentine a été observé, résultant de multiples facteurs complexes.

1. Participation Disproportionnée dans l’Armée Nationale :

Durant la guerre du Paraguay (1865-1870), les Afro-Argentins formaient une part significative de l’armée nationale. Les pertes humaines considérables subies durant ce conflit ont particulièrement affecté la communauté noire, entraînant un déséquilibre démographique marqué entre hommes et femmes.

2. Politiques oppressives sous Domingo Sarmiento :

Le président argentin Domingo Sarmiento est accusé d’avoir mené des politiques oppressives visant à éliminer la population noire. Cela incluait l’enrôlement forcé dans l’armée, le confinement dans des quartiers défavorisés, et des mesures sanitaires inadéquates favorisant la propagation d’épidémies.

3. Impact des épidémies :

La fièvre jaune de 1871 a frappé durement les quartiers pauvres, où résidaient de nombreux Afro-Argentins, aggravant leur situation déjà précaire.

4. Immigration européenne et déplacement :

Entre 1880 et 1950, encouragée par la Constitution de 1853, une immigration européenne massive a modifié la démographie du pays. De nombreux Afro-Argentins se sont alors déplacés vers l’Uruguay et le Brésil, en quête de conditions de vie meilleures.

5. Difficultés des Afro-argentins libres :

Les Afro-Argentins en situation de liberté étaient souvent contraints à des emplois subalternes et mal rémunérés, ou à la mendicité. Cette précarité économique a contribué à l’appauvrissement général de la communauté.

Comprendre le passé pour éclairer le présent : l’héritage Afro-argentin

L'énigme des Afro-argentins : traces et disparition d'une communauté

La diminution notable de la population afro-argentine, attestée par le recensement de 2010 qui enregistrait seulement 149 493 individus, est le reflet d’une série de facteurs historiques et socio-économiques complexes. Cette évolution démographique n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt le résultat d’une série d’événements et de politiques qui ont façonné le destin de la communauté afro-argentine au fil des siècles.

La compréhension détaillée de ces facteurs est cruciale non seulement pour reconnaître et apprécier l’histoire riche et souvent négligée de la diaspora africaine en Argentine, mais aussi pour comprendre comment les dynamiques du passé continuent d’influencer la société argentine contemporaine. En examinant et en reconnaissant cette histoire, nous pouvons mieux appréhender l’identité culturelle diverse de l’Argentine d’aujourd’hui.

Découvrez l’histoire méconnue des Noirs d’Argentine

L’histoire des communautés noires en Argentine est riche et complexe, marquée par des siècles de présence, de contribution et de lutte. Pourtant, leur héritage semble souvent invisible dans le récit national. « Mais où sont passés les Noirs d’Argentine ? » explore cette question essentielle, révélant les couches cachées de l’histoire argentine et les défis contemporains auxquels fait face la communauté afro-argentine.

Engagez-vous avec nous sur Nofi.media pour plonger dans les récits oubliés et redonner aux voix africaines et afro-descendantes la place qu’elles méritent dans l’histoire. Ensemble, nous pouvons briser les silences, célébrer la diversité et construire un avenir plus inclusif.

Cliquez ici pour en apprendre plus sur les contributions, les luttes et l’histoire des Noirs en Argentine et pour soutenir les efforts visant à rendre visible leur héritage indélébile.