One Love

Les Ashanti : un regard sur leur société matriarcale et matrilinéaire unique

Histoire

Les Ashanti : un regard sur leur société matriarcale et matrilinéaire unique

Par Anne Rasatie 28 janvier 2024

Pour ne rien manquer de l'actualité,
téléchargez l'application depuis ce lien
Recevez du contenu exclusif, de l'actualité, des codes promos Nofi Store ainsi que notre actualité évenementielle chaque week-end !

Explorez la richesse culturelle de la société matriarcale et matrilinéaire des Ashanti, où les femmes, incarnées par la figure de la Reine-mère, jouent des rôles pivots dans la politique, la spiritualité et la justice. Plongez dans le cœur de l’Afrique de l’Ouest et découvrez la structure sociale unique des Ashanti, où la lignée maternelle forge le destin des rois et des communautés. Cet article dévoile l’importance culturelle, l’héritage historique, et la signification profonde de la société matrilinéaire chez les Ashanti, un modèle de résilience et d’harmonie sociale.

Découvrez les Ashanti, une civilisation africaine remarquable, où la femme, honorée en tant que Reine-mère, joue un rôle prépondérant dans l’ordre social, même si c’est un homme qui règne. Plongez dans une époque où l’harmonie entre les sexes formait le pilier de la société, où les rôles distincts mais complémentaires de l’homme et de la femme étaient reconnus et célébrés comme la clé du bien-être collectif.

La civilisation Ashanti, célèbre pour son matriarcat, se distingue comme l’un des peuples les plus influents et prospères, où la femme n’est pas seulement présente, mais centrale dans l’administration politique, spirituelle et juridique.

L’organisation matrilinéaire des Ashanti

Statue ashanti symbole de la maternité

Définition et signification : matriarcat et matrilinéarité chez les Ashanti

Matriarcat :

« Nom masculin (latin mater, -tris, mère, avec l’influence de patriarcat) : Régime d’organisation sociale dans lequel la femme joue un rôle politique prépondérant. »

Source : Larousse

Matrilinéaire :

« Adjectif : Se dit d’un mode de filiation et d’organisation sociale dans lequel seule l’ascendance maternelle est prise en ligne de compte pour la transmission du nom, des privilèges, de l’appartenance à un clan ou à une classe. »

Source : Larousse

En essence, une société matriarcale hisse les femmes aux postes de responsabilité d’une communauté ou d’une nation, reconnaissant leur influence cruciale dans la sphère politique et sociale. D’autre part, la notion de matrilinéarité fait référence à un système de filiation et d’organisation sociale où l’ascendance maternelle est primordiale, notamment pour la transmission du nom, des privilèges, ou de l’appartenance à un clan.

Ainsi, une société peut présenter une structure matrilinéaire même dans un contexte patriarcal, pourvu que l’héritage du pouvoir ou du titre se transmette selon la lignée maternelle. Ce paradigme souligne l’importance fondamentale de la femme dans le tissu social et la continuité des traditions au sein des sociétés Ashanti.

La confédération Ashanti, qui, sous la visionnaire direction de son fondateur Osei Tutu, s’est érigée en tant qu’état le plus influent d’Afrique de l’Ouest au 19ème siècle. Occupant une vaste étendue de territoire qui englobe aujourd’hui près de 70% du Ghana ainsi qu’une portion significative de la Côte d’Ivoire, la confédération a vu le clan Oyoko dominer et s’affirmer parmi les diverses factions Ashanti.

Statue représentant un couple ashanti

Bien que moins mise en lumière, l’organisation sociale matrilinéaire de la civilisation Ashanti mérite une attention particulière. Le rôle des femmes y est primordial, influençant de manière significative les sphères politique, spirituelle et juridique. L’exemple emblématique de cette structure est incarné par Osei Tutu, le premier souverain à unifier les clans Ashanti.

Sa montée au pouvoir, orchestrée par la nomination de sa grand-mère, met en exergue l’importance de la lignée maternelle et la centralité des femmes dans le processus décisionnel et la gouvernance du royaume.

Au sein de la société Ashanti, le roi, connu sous le titre d' »Asantehene« , gouverne de manière traditionnelle, mais la transmission du pouvoir royal suit un chemin matrilinéaire unique. Selon cette coutume, le roi est désigné sur la base des recommandations de la Reine-mère, soulignant ainsi l’autorité et l’influence significative des femmes dans la succession royale.

Intrigante et distinctive, cette tradition écarte le fils direct du roi de la ligne de succession, privilégiant plutôt le fils de la sœur du roi, un choix qui témoigne de la profonde empreinte matrilinéaire dans la lignée royale.

Une société basée sur le matriarcat

Poupées de fertilité Ashanti

Dans la société Ashanti, la figure de la Mère-Royale, désignée « Asantehemaa » ou Reine-mère « Ohemma« , occupe une position de grand prestige et de pouvoir. Représentée soit par la mère soit par la sœur du roi, la Reine-mère est vénérée et son autorité est unanimement respectée parmi les Ashanti. Avec une influence considérable, elle est l’unique femme ayant le privilège d’émettre des commandements et de prodiguer des conseils au roi, soulignant ainsi la portée et la valeur de son rôle dans la préservation de l’équilibre et de la sagesse au sein de la royauté et du peuple.

La Reine-mère Ashanti, jouissant d’une liberté exceptionnelle et d’un statut élevé, détient des droits et des responsabilités qui transcendent les normes conventionnelles. Elle a le privilège de maintenir des relations extraconjugales, même dans le cadre du mariage, illustrant son autonomie et son rang distingué. En tant qu’arbitre ultime en matière de justice, la Reine-mère préside sa propre cour, composée exclusivement d’hommes, où elle tranche les litiges avec autorité et discernement.

Sa connaissance approfondie de la généalogie la désigne comme gardienne du lignage royal, et c’est elle qui orchestre les rituels annuels de purification en l’honneur des ancêtres, renforçant ainsi son rôle central dans la préservation de l’harmonie et de la continuité culturelle au sein de la communauté.

La Reine-mère dans la société Ashanti symbolise l’essence même de la maternité, incarnant l’archétype de la mère par excellence. Elle représente non seulement la connexion vitale avec le passé, mais aussi le lien sacré avec les ancêtres féminins, tissant un fil ininterrompu entre les générations. Sa figure illustre la force nourricière et la sagesse intemporelle, étant une source d’inspiration et de guidance, reflétant la profonde vénération pour le principe féminin et l’importance de la filiation maternelle dans la culture et l’identité Ashanti.

Valoriser et préserver le patrimoine social des Ashanti : un héritage de sagesse et d’harmonie

La société matriarcale et matrilinéaire des Ashanti offre un aperçu fascinant d’une structure sociale où l’équilibre, le respect et la vénération des femmes sont des piliers fondamentaux. La préservation et la compréhension de telles structures traditionnelles sont cruciales, car elles enrichissent notre perception de la diversité culturelle et mettent en lumière l’importance de valoriser chaque facette de notre patrimoine. Reconnaître et célébrer la société Ashanti, c’est embrasser un legs précieux, marqué par la sagesse, la résilience, et l’harmonie sociale, qui continue de résonner à travers le temps et les frontières.

Participez à la découverte et à la célébration des Ashanti

Nous vous invitons à partager cet article enrichissant et à ajouter vos propres perspectives ou connaissances sur la fascinante société matriarcale et matrilinéaire des Ashanti. Votre voix compte et peut éclairer d’autres lecteurs. N’hésitez pas à explorer davantage de contenu captivant sur nofi.media pour une immersion plus profonde dans l’héritage culturel africain. De plus, pour un accès instantané et pratique à une pléthore d’articles et de ressources, téléchargez l’application nofi sur l’Apple Store ou Google Play. Rejoignez notre communauté dynamique et contribuez à la célébration de la richesse de la diversité culturelle africaine.

Pour plus de détails, consultez l’article détaillé sur Le mouvement Matricien et Lisapo Ya Kama.